25-03-2020 08:54 - L'Editorial du Calame : Si fragile Mauritanie

L'Editorial du Calame : Si fragile Mauritanie

Le Calame - Coronavirus par ci, coronavirus par là... Depuis quelques semaines, on ne parle plus que de ce maudit virus et des dégâts qu’il occasionne à travers le monde : hôpitaux débordés, morts par centaines, villes confinées, populations déprimées. Et il y a de quoi.

Jamais depuis les pandémies des siècles passées, le monde n’a connu une telle catastrophe sanitaire. Alors qu’on le croyait à l’abri d’un tel scénario grâce aux progrès de la science, le voilà incapable d’arrêter la propagation d’un virus. Qui ne cesse de faire des ravages. Avec seulement deux cas positifs, notre pays est jusqu’à présent épargné.

Les mesures prises par les autorités dans ce cadre (mise en quarantaine des voyageurs en provenance des pays à risque, fermeture des aéroports et de la frontière avec le Sénégal et le Maroc, couvre-feu à partir de 18 heures) sont particulièrement appréciables.

Prions pour que la promiscuité dans les marchés, les transports urbains et interurbains, les mosquées, les bureaux, les domiciles ne nous joue pas un seul tour. Que la situation reste sous contrôle jusqu’à la fin de la pandémie. Et qu’aucun des confinés ne soit porteur du virus. Le ministre de la Santé et ses équipes n’auront en tout cas ménagé aucun effort.

Ils sont encore au four et au moulin. Et c’est comme ça à chaque fois que la compétence prend le pas sur les autres considérations dans les nominations. Le docteur Nedhirou en est en tout cas la preuve formelle. Mais il lui reste bien des chantiers. Cette crise a mis à nu la situation des hôpitaux publics qui ne disposent pas du minimum vital : cinq lits de réanimation respiratoire (contre mille six cents au Maroc et sept mille en France), cinq respirateurs à circuit ouvert, quatre médecins pneumologues, aucune radio ou échographie mobile au lit du patient et la liste des carences est encore longue.

Quand on sait que les malades atteints de Covid 19 ont besoin d’être intubés en cas de détresse respiratoire, il y a de quoi avoir des sueurs froides. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les milliards que nos hommes d’affaires ont généreusement offerts à notre pays doivent, en plus d’aider ceux dont la crise a compromis les activités et, donc, leurs moyens de subsistance, servir à équiper nos hôpitaux.

Nous ne pouvons pas rester les bras ballants face à la moindre urgence sanitaire. La santé, dit-on, n’a pas de prix… mais elle a un coût. Des hôpitaux ont certes poussé au cours de la dernière décennie mais ils n’ont servi, pour le moment, qu’à donner des marchés à des proches.

Très mal construits, faute de contrôle sérieux, sous-équipés et surdimensionnés, ils commencent à tomber en ruines dès les premières années d’exploitation. Les exemples ne manquent pas. Nedhirou sait à présent à quoi s’en tenir, une fois cette crise dépassée. Il faut sauver l’hôpital public, si l’on ne veut pas aller au devant de grandes désillusions.

Espérons que cette alerte soit sans frais et qu’elle nous serve de leçon pour l’avenir. Seigneur Dieu des bons enseignements, sauve la Mauritanie ! Elle est si fragile...

Ahmed Ould Cheikh



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1482

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • yawonni (H) 26/03/2020 16:21 X

    Mr Ahmed on vous attendez surtout sur la pratique de certains pharmaciens véreux qui profitent de cette crise pour gonfler leurs poches.

  • Marrakech (F) 25/03/2020 18:13 X

    La priorité d'Aziz et de son successeur n'est pas la santé publique ! S'ils sont malades ou blessés, les présidents mauritaniens sont évacués d'urgence vers des hôpitaux occidentaux au frais de l'Etat mauritanien ! Les simples citoyens doivent de se contenter de services de soin très basiques !