04-04-2020 11:40 - Mauritanie : les prix des légumes et des huiles fixés sur les marchés

Mauritanie : les prix des légumes et des huiles fixés sur les marchés

Saharamédias - Le ministère du commerce et du tourisme a publié une circulaire par laquelle il fixe sur les marchés les prix à la consommation des légumes (pommes de terre et oignons) et ceux des huiles.

Ces prix ont été fixés en concertation avec les importateurs de ces produits après la suppression des droits de douane à l’importation décidée par l’état dans le cadre des mesures prises pour limiter les impacts du coronavirus sur les populations.

La circulaire fixe à 380 anciennes ouguiyas le prix au détail du litre d’huile, le bidon de 20 litres d’huile à 7.200 MRO pour les importateurs et 7.300 anciennes ouguiyas la vente en demi-gros.

Le couple des sacs d’oignons et de pommes de terre en gros est fixé à 8.000 MRO à 8.200 en demi-gros et le kilogramme à 200 MRO.

La circulaire oblige les marchands de légumes à afficher de manière visible les prix à l’intérieur de leurs commerces conformément au code du commerce et de remettre quotidiennement des copies des factures à l’achat à la direction de la concurrence, la protection des consommateurs et la répression de la fraude relevant du ministère du commerce et du tourisme.

Ces nouvelles tarifications sont effectives depuis jeudi, depuis que la circulaire a été signée du secrétaire général du département.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 4324

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • palabre (H) 05/04/2020 03:57 X

    il est impératif d'accompagner cette décision par des mesures concrètes

  • palabre (H) 05/04/2020 03:54 X

    il ne suffit pas de faire des circulaires ,afficher et s'arrêter là,non nous savons monsieur le ministre que les prix sont arbitraires et les commerçants sont les seuls décideurs dans ce pays alors si vous voulez vraiment aidez la population faites accompagner a ce circulaire des mesures concrètes.

  • Ahmedabdallah (H) 04/04/2020 17:46 X

    Arrêtez vos mensonges éhontés les gars du ministère du commerce! Aujourd'hui, à l'intérieur du pays, le prix d'un sac de 50 kilogrammes de riz (non avarié) est fixé, au bas mot, à 12.000 um ancienne monnaie; le prix d'un bidon d'huile de 20 litres est fixé arbitrairement par les commerçants des villes de l'intérieur du pays à 8.000 um ancienne monnaie, et celui du "couple des sacs d’oignons et de pommes de terre" en gros est vendu à 10.300 Mro, tout aussi arbitrairement par les mêmes commerçants véreux et sans vergogne, et surtout sans pitié, même en cette période de Coronavirus très préjudiciable aux maigres bourses des chefs de ménage déjà durement éprouvés! Or qui dit prix fixés par les autorités nationales dit normalement mêmes prix sur toute l'étendue du territoire national! Je vous dis qu'il n'en est rien! Alors, messieurs du ministère du commerce, bougez-vous, et aller contrôler les commerçants contrevenants et infligez-leur des amendes dissuasives, au lieu de rester à vous calfeutrer dans les salons dorés de Nouakchott, et de chercher à duper le pauvre peuple pris en tenaille et qui ne sait plus où donner de la tête!