29-05-2020 18:45 - Winding: Abass Diallo tué à bout portant par l’armée, l'AMDH dénonce une dynamique répressive dans la Vallée

Winding: Abass Diallo tué à bout portant par l’armée, l'AMDH dénonce une dynamique répressive dans la Vallée

Le Calame - Abass Diallo (34 ans) a été tué à bout portant, dans la nuit du 28 au 29 mai, par une unité de l’armée mauritanienne d’une balle en pleine poitrine, à Winding (Mbagne), situé aux abords du fleuve Sénégal.

Originaire du village de Dabane (M’Bagne), Abass, charretier, transportait de la marchandise pour le compte d’un commerçant. Surpris par une unité de l’armée, en charge de la surveillance des frontières, Abass et le commerçant prendront la poudre d’escampette avant que le charretier ne reçoive la balle mortelle.

« A une distance très réduite, la victime a reçu une balle en pleine poitrine. La victime était accompagnée de son neveu et du commerçant auquel appartiennent les marchandises débarquées d'une pirogue. Il est exclu de parler d'actes isolés ou d'erreur... », s’indigne l’AMDH sur la base de données recueillies.

Père de cinq enfants, Diallo laisse une famille orpheline. Première à réagir suite à cette bavure, l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme déplore cette «succession d'événements tragiques qui secouent les citoyens depuis la mise en place des mesures restrictives de liberté».

«Les forces de l'ordre continuent sur une dynamique répressive sans précédent en faisant usage des armes. La fermeture des frontières et le manque d'assistance et de soutien pour les populations dans les zones rurales en particulier réactivent les gestes de survie qui bravent les interdits ».

Le déploiement de l'armée rappelle, note l’AMDH, les périodes d'exceptions du régime militaire répressif. Il faudra qu'une enquête indépendante soit conduite pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles les armes ont été utilisées contre des citoyens qui ne cherchent qu'à survivre dans cette période d'exception et de restriction de circulation ».

Rappelons qu’il ya quelques semaines des jeunes de Winding, qui s’étaient organisés en groupes de veille pour empêcher les manœuvres d' infiltrations transfrontalières après avoir neutralisé un groupe de trafiquants qui bénéficiaient de complicités des forces de sécurité et pour avoir dénoncé le « laxisme des forces de sécurité dans leur lutte contre le trafic illégal transfrontalier » avaient été arrêtés et déferrés à Aleg avant d’être libérés. Ils avaient été rudoyés lors de leur interpellation.

Depuis la fermeture des frontières du fait du COVID-19, il a été enregistré une intensification des trafics de marchandises entre les deux rives.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2898

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • ASSOCIATIONMAINSPROPRES (H) 29/05/2020 23:28 X

    L'armée a bien fait de tirer sur ces infiltrés qui nous amènent la mort. La pirogue venait d'où ? Bravo.

  • netali (H) 29/05/2020 23:01 X

    La Mauritanie même avec cette pandemie tous le monde entier prie Allah que cela qui la terre et vous vous continuez dans votre lancée d'injustice Allah est le seul juge et le plus fort.

  • lass77 (H) 29/05/2020 21:35 X

    C'est de l'amateurisme. Une armée republicaine ne tire pas sur les citoyens. Cette version fallacieuse qui consiste à dire que le defunt voulait agresser le militaire ne peut tenir. On ne parle meme pas d'enquete, c'est le caractere typique d'un pays où regne l'injustice. Comment un soldat peut ouvrir le feu dans des telles circonstances comme si on etait à Gaza pour avoir la gachette facile.

  • mdmdlemine (H) 29/05/2020 20:48 X

    A ce stade, il y a lieu de mener une enquete indépendante le ministère de la défense doit convaincre les ONG de défense des droits de l'homme de sa thèse qui ne tient pas débout du premier coup puisqu'à l'armée a encore besoin de temps et de la conscience pour se hisser aux abus Un communiqué n'apporte rien dans une situation où les équilibres sociaux sont précaires et fragilisés par des ramifications administratives sevrées de népotisme, de régionalimse et clientélisme même si au sommet on se féliciter d'une situation relativement meilleure que par le passé La défense et l'intérieur doivent solliciter le concurs de la CDHN, le MPT et les OSC pour mettre cette situation au clair et ne pas la laisser pourrir pour enfoncer le passif humanitaire dé"jà trés lourd