29-06-2020 15:51 - Mauritanie: les enseignants du privé sollicitent le président pour être payés

Mauritanie: les enseignants du privé sollicitent le président pour être payés

RFI Afrique - Dans le pays, les écoles seront fermées jusqu’au 1er septembre à cause de la pandémie du coronavirus. Dès le début de la période de confinement, le 10 mars, le gouvernement mauritanien avait demandé à toutes les entreprises privées, y compris les écoles de continuer à payer leurs personnels. Mais les enseignants du privé attendent toujours le versement de leurs salaires depuis quatre mois.

Les enseignants n'ont pas d'autre choix que de faire appel au chef de l’État mauritanien pour leur venir en aide. Ils affirment avoir rencontré leurs employeurs pour le versement de leurs salaires. Mais sans succès. Ils ont multiplié les démarches en portant leurs revendications aussi devant le ministre du Travail et les instances dirigeantes du parti au pouvoir.

Pour Moustapha Mohamed Diop, le secrétaire général du Syndicat des enseignants du secteur privé, il y a urgence : « Notre problème est devenu un cas social. Des centaines de familles ne peuvent plus se nourrir, ne peuvent plus se soigner, ne peuvent plus payer leur location, ne peuvent plus payer leurs factures. »

Même son de cloche pour le secrétaire général du Syndicat national des promoteurs de l'enseignement privé en Mauritanie. Moctar Aress, insiste lui sur l’arrêt des cours depuis le 10 mars dernier et pose un constat amer sur le système de scolarité privée : « Les écoles privées en Mauritanie vivent exclusivement des frais d’écolage versés par les parents d’élèves.

L’État n’intervient pas en soutenant l’école privée pour qu’elle puisse faire face à ses dépenses permanentes, donc en priorité le salaire des enseignants. »

Les enseignants soutiennent que les écoles appartiennent majoritairement à des hommes d’affaires qui ont suffisamment de ressources pour payer les salaires.

Avec notre correspondant à Nouakchott,
Salem Mejbour




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 1
Lus : 1303

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Ksaleh (H) 29/06/2020 16:11 X

    Nos pays pauvres peuvent beaucoup apprendre la gestion du sociale post COVID19 avec les pays nantis, à l'instar de leur apprentissage auprès d'eux concernant les mesures de lutte contre la Pandémie. En effet aucune catégorie socio économique dans ces pays n'a souffert de la crise sanitaire sans avoir une aide étatique. Cette aide constitue un rêve par là, pour les retraités jetés dans la rue et les enseignants du privés largués par les parents qui n'ont aucune raison de les payer contre aucun travail. Il est ainsi fondamentale que le gouvernement mauritanien, étend ses aides à ces catégories oubliées !