01-07-2020 15:10 - Le Bernard Madoff mauritanien déclare 2 chamelles et laisse 8 900 personnes sur le tapis

Le Bernard Madoff mauritanien déclare 2 chamelles et laisse 8 900 personnes sur le tapis

Financial Afrik - Il disait n’avoir en tout et pour tout bien que deux chamelles.

Au final, Cheikh Aly Ridha bin Mohammed Naj al-Saidi alias Cheikh Ridhaa, le marabout qui avait fait fortune en promettant aux propriétaires de terrains et de maisons d’acquérir leurs biens pour un montant de trois à quatre fois au dessus du cours normal, a mis la clé sous le paillasson avec un passif de 90 milliards d’anciennes ouguiyas (MRO) ou 240 millions de dollars.

A l’achat, les vendeurs percevaient une petite avance, une promesse ou une bénédiction en attendant un reliquat qui ne viendra jamais. Le bien, lui, est immédiatement revendu en dessous du cours normal à travers un réseau de courtiers et d’intermédiaires de tout acabit.

“Ma maison valait 35 millions de dollars, ils me l’ont acheté et elle a été revendu à 11 millions”, déclare ce client, séduit par le discours religieux du “guide”.

Grande fut la désillusion pour notre interlocuteur, qui préfère garder l’anonymat, de peur d’ennui, et ces nombreux pères de familles, aujourd’hui face à la plus grande escroquerie de la Mauritanie moderne. Car jusque-là, toute tentative de porter l’affaire au pénal a échoué par la “grâce de Dieu”, dira-t-on. Qui protège donc le prédicateur et homme d’affaires Cheikh Ridhaa ?

La société (ou plutôt le bureau) du mystérieux homme d’affaires est tombée en faillite, laissant sur le carreaux des centaines de personnes aveuglées par cette naïveté dont ont en partage les chercheurs d’or. Car Cheikh Ridhaa n’a fait recours qu’au vieux système de Ponzi, cette cavalcade qui a permis à Bernard Madoff de tromper des milliers de petits porteurs dans une Bourse organisée.

Mais là où l’américain, condamné le 29 juin 2009 à 150 ans 6 mois après la découverte de son forfait estimé à 65 milliards de dollars , avait usé d’analyses techniques pour amadouer ses victimes, le prédicateur mauritanien, toujours en liberté, avait mis en avant sa dévotion de modeste serviteur de Dieu et d’homme aux pouvoirs mystiques.

Les victimes qui menaçaient de faire appel jusqu’ à l’ONU espéraient que le nouveau président, Mohamed Cheikh Ould Ghazouani, serait moins ambigu que son prédécesseur, Mohamed Ould Abdel Aziz, resté de marbre face aux doléances des présumées victimes et s’interdisant, en bon libéral, d’intervenir dans une affaire privée.

En octobre 2019, un tribunal commercial s’est intéressé au dossier déposé par l’un des avocats des plaignants et avait convoqué le prédicateur. L’instance commerciale aurait finalement décidé en juin 2020 de la liquidation judiciaire bureau commercial de Sheikh Ali Rida bin Muhammad Naji al-Saidi sous la conduite d’un juge et d’un syndicat de faillite.

Reste à savoir, en attendant l’évaluation de l’actif et du passif, si les victimes, qui n’arrivent pas à porter l’affaire au pénal, rentreront dans leurs droits.

Par Zeinab Filali





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 7182

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Terrier (H) 02/07/2020 06:50 X

    Personnellement, c’est vraiment pas lui à qui j’en veux vraiment ! Lui c’est un lascar et par ailleurs il ne s’en cache pas...mais pour moi la grande énigme dans cette affaire c’est c’est ce millier de barbus-moines , vociférant jour et nuit dans les haut-parleurs à vous faire crever le tympan et défendant DIEU et le bien sur terre et n’avaient et n’ont encore aujourd’hui pipé un seul mot à l’égard de ce truand qui a ruiné des centaines de milliers de familles mauritaniennes !! Alors les frérots cette histoire c’est toujours légal et en conformité avec la cheria ?? Toujours no comment ? Ou l’intérêt du peuple mahou mouhim ??

  • Muhammad (H) 01/07/2020 22:17 X

    AH bon il ya des maisons a 35 millions de dollar en Mauritanie???? Vous etes sur de cette information Mme Zinab filali???

  • graindesel (H) 01/07/2020 16:04 X

    Salam. il est dit: "dites la vérité même si elle va à votre encontre!". Ces "pauvres" mères et pères de familles ne sont t-ils pas aussi fautifs que ce monsieur. il ne s'agit que d'arnaqueurs arnaqués. ils sont victimes de l’appât du gain facile. certains ont vendu leurs maisons et l'ont racheté à moitié prix par des proches! Allah est seul juge. Une certitude: ce monsieur mérite un bonne punition dans le respect de la loi.

  • avocatgeneral (H) 01/07/2020 16:01 X

    Un juge appliquant strictement la sharia allait statuer depuis belle lurette sur le sort de cette homme qui si on ne prend megarde continuera à porter un coup dur a nos us et coutumes de pieux musulmans !