09-07-2020 16:02 - Entretien avec Aly SY, Consultant Oil & Gas en Mauritanie

Entretien avec Aly SY, Consultant Oil & Gas en Mauritanie

OR NOIR AFRICA - Pouvez-vous nous présenter votre structure, parcours ? Vos Services dans le secteur ?

Aly SY, fils du premier directeur général de BP en Mauritanie. Je parle couramment cinq langues : anglais, français, arabe, Woolof et Pulaar. Je possède la nationalité mauritanienne de naissance et française. Après des études en France, j’ai obtenu une Maîtrise en Gestion des Affaires et de l’Administration en 1998.

Je suis parti vivre aux Etats-Unis pour améliorer mon niveau d’anglais à l’Université d’Howard à Washington DC, au département de l’ESL.En 2000, après deux merveilleuses années à Washington DC, j’ai décidé de retourner à la maison, pensant que ce sera plus avantageux de partager les expériences cumulées en France et aux Etats-Unis et ainsi apporter ma pierre dans l’édifice au développement de mon pays natal.

Après 6 ans de travail pour diverses sociétés pétrolières avec des postes au Nigeria, Ghana, Côte d’ivoire, j’ai lancé en 2009 ma propre entreprise de Consulting, conseil et représentation de multinationales comme Trafigura, Vitol , Litasco, ou dans les mines, AMCO drilling (entreprise de forage Royaume-Uni), William Clark & ​​Co (Cabinet de Finance des USA), Wartsila ; j’ai eu à faire des missions pour KMPG Londres et actuellement je représente la société de drilling numéro un dans le monde, TGS pour qui j’ai négocié et obtenu un contrat de sismique multiclient 2D et multifaisceaux avec la Mauritanie pour les 5 prochaines années.


Qu’est-ce qui vous a poussé à vous installer au Mauritanie ?


Je ne peux pas dire que quelque chose m’a poussé à m’installer en Mauritanie, car j’y suis chez moi. J’ai fait toutes mes études de primaire et secondaire en Mauritanie dans le système public et après obtention du Bac, mon pays m’a offert une bourse d’étude supérieure en France pendant 6 ans. La moindre des choses est de rendre au pays ce qu’il m’a donné.


Que pouvez-vous nous dire sur le projet gazier Grand Tortue Ahmeyim entre la Mauritanie et le Sénégal ?


Le projet Grand Tortue Ahmeyim ou GTA est un gisement transfrontalier entre la Mauritanie et le Sénégal avec une réserve estimée de 15 à 25 TCF (Trillion Cubic Feet) qui est une unité de mesure de volume de gaz naturel. Pour information 1 TCF équivaut à 28 Milliards de mètres cubes. Je vais éviter d’entrer dans des explications techniques qui pourraient disperser vos lecteurs pas forcement dans l’industrie. Il faut retenir, en ce qui concerne les mauritaniens et les sénégalais, qu’il est prévu de dimensionner le projet en 3 phases : une première phase de 2.5 millions de tonnes de Gaz Naturel Liquéfiés (GNL) qui vont rapporter 200 millions de dollars us par an en impôts et rentes et les 2 autres phases qui vont suivre vers 2026 vont rapporter 1 milliard de dollar us par an.


Quelles sont les parts des deux pays (Sénégal et Mauritanie) dans ces projets ?


La part est 50/50. C’est la pratique dans l’industrie avec tous les pays qui partagent un champ pétrolier ; on peut citer le Qatar et l’Iran, l’Algérie et la Libye, etc. En fait, il faut partir de quelque chose et tant qu’on n’a pas développé le champ, tant qu’il n’ya pas une historique de production sur une période, on ne peut déterminer la part de chaque pays. Il faut noter que c’est bien indiqué sur le contrat et que le pays qui a la plus grande part sera indemnisé par l’autre. En général les partages tournent autour de 45/55 voire 40/60, c’est un cas d’école. J’en profite pour dire aux lecteurs sénégalais que le partage ne se fait pas en fonction de la population du pays!


Est-ce que dans les codes pétroliers et gaziers en Mauritanie, portant sur ces blocs en prospection ou en exploitation, sont fiscalisés ou pas ?


Heureusement qu’il est fiscalisé ! Il y’a un contrat de partage de production depuis 2010, Contrat d’Exploration et de production (CEP) qui lie un état avec la société ou un consortium de sociétés pétrolières. Dans ce contrat, il y’a un impôt sur le bénéfice (BIC) qui ne peut être en dessous de 25%. En plus du BIC, il y’a l’ITS pour les employés locaux fixés par la loi mauritanienne et un ITS forfaitaire avec un barème, sur les salaires des étrangers. En ce qui concerne les entreprises de services, il y’a la fiscalité simplifiée où l’opérateur est obligé de retenir 6% sur chaque facture payée qui couvre le BIC et l’ITS.


Comment le gouvernement mauritanien doit-il utiliser les recettes issues de ces ressources gazières ?


Cette question est plutôt politique. Le Premier Ministre et son Ministre du Pétrole sont plus compétents que moi pour y répondre. Comme tous mauritaniens, nous avons bon espoir et souhaitons que le gouvernement soit à la hauteur de l’utilisation de cette nouvelle manne financière pour améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens. Le budget de la Mauritanie est d’environ 1.5 milliard de dollars, cette affaire peut être une bouffée d’oxygène en tirant la croissance vers le haut et ainsi transformer la vie des populations dans la mesure où elle crée davantage de biens et de services.


Comment associer le secteur privé ?


Le secteur privé ne peut être associé qu’à travers le contenu local. Les entreprises locales doivent se mettre à niveau, être plus dynamiques et penser aussi à des joint venture pour les expertises non disponibles localement.


Le port de Nouakchott est-il assez équipé pour un tel volume d’activités ?


Le port de Nouakchott est équipé mais est ce que c’est suffisant ? Voici la question qu’on devrait se poser par anticipation des futurs besoins. BP a fait des investissements importants notamment un quai qui est exclusif à ses activités, une plateforme… etc. A Nouadhibou, se fait un transbordement de 800 000 tonnes de roches sur 5 mois qui viennent de Norvège à destination de N’diago (ville frontalière avec le Sénégal). Les sociétés françaises Eiffage et SOGECO font un excellent travail.


Que pouvez-vous nous dire sur la découverte de BirAllah du bloc C8 au large de la Mauritanie ?


BirAllah est un gisement important, la plus grande découverte de gaz en 2019. Ses réserves sont estimées à 50 TCF (je rappelle 1 TCF équivaut à 28 milliards de m3 de gaz) ; Pour vous donner une idée de son importance, les réserves algériennes sont de 180 TCF.


Pour le moment BP n’a pas encore divulgué son programme de développement, ce qui est compréhensible. Le problème du gaz c’est qu’il faut trouver un acheteur sur 25-30 ans, par la suite, commencer les études de développement. Aussi, les prix du GNL chutent, ce n’est peut-être pas le moment de le développer. Cette découverte peut faire de la Mauritanie un pays important dans le domaine gazier et comme l’a dit Jonathan Evans à jeune Afrique (vice président de BP) : « Cette région est amenée à devenir une nouvelle base pour BP ».


Quelle définition donneriez-vous au Contenu Local et quel est son importance et ses objectifs pour la Mauritanie ?


Le contenu local fait référence aux mesures qui exigent que les sociétés pétrolières ou les investisseurs étrangers en général utilisent une certaine proportion de ressources locales, d’emploi local, des exigences d’acquisition de nouvelles compétences et des exigences de transfert de technologie. C’est très important de le développer car cela profite aux entrepreneurs locaux. Maintenant il ne s’agit pas de crier partout contenu local si les entreprises ne sont pas au niveau ! En Mauritanie, le Ministre du Pétrole, lors d’une rencontre à paris avec le Patronat français le 10 octobre 2019, avait dit que la décision du gouvernement mauritanien était de ne pas trop insister sur le contenu local et laisserait le champ libre aux investisseurs. Avec l’environnement du tissu entrepreneurial, je comprends et adhère à cette décision.


Quelles sont les actions du gouvernement dans le domaine de la formation aux métiers des hydrocarbures ?


Le gouvernement travaille d’arrache-pied pour former et mettre à niveau les mauritaniens dans ce secteur. A ce titre, BP et Kosmos, les partenaires de l’état dans GTA, ont investi il y’a presque un an, cinq millions de dollars us dans la création d’un centre de formation dédié aux métiers du gaz et pétrole. La société TGS que je représente en Mauritanie, prendra aussi en charge un géophysicien et un géologue en stage. Le Ministère du Pétrole a aussi un budget important de formation pour ses cadres et ils viennent de recruter des ingénieurs pour relever le défi de producteur de gaz qui se pose à eux.


Ces activités impactent-ils le secteur de la pêche en Mauritanie ?


Je ne suis pas un expert en Pêche pour répondre de manière précise à l’impact des activités pétrolières sur la pêche, essentiellement artisanale dans cette zone. Par contre, je peux dire que le gouvernement mauritanien prend très au sérieux les questions liées à l’environnement ; A ce titre une Ministre d’une compétence connue et reconnue dans ce milieu dirige ce département et toutes les études d’impacts environnementales sont prises au sérieux à la Direction du Contrôle de l’Environnement.


Quelle est votre vision dans le secteur des hydrocarbures en Mauritanie ?


En général c’est à un politicien à qui on demande sa vision sur un sujet, par contre en tant qu’expert on peut avoir une opinion ou un avis. Tout d’abord, il faut signaler que les ressources sont la propriété légitime d’un pays et un pays comme le notre qui, faut le dire, n’a pas le savoir faire, le financement et aussi ne prend aucun risque « découverte ». Ce n’est donc pas le moment de crier ou de penser que nos ressources sont pillées mais plutôt travailler sans relâche pour modifier cet équilibre par le transfert de compétences et donc de technologies. On doit se concentrer sur l’utilisation des ressources pour former les nôtres qui pourront dans le futur prendre le relai.


Que faire pour que ces ressources profitent aux populations ?


Pour que ces ressources profitent aux populations, il faut mettre en place une politique de formation très ambitieuse, de transformation des matières premières notamment dans l’agriculture, l’élevage, la pêche. La meilleure des richesses n’est pas la richesse naturelle mais plutôt humaine. Souvent, le gouvernement arrive à trouver des financements en milliard USD mais n’arrive à absorber que 20 % des montants par manque de mise en place de projets !


Quel avenir pour le pétrole et le gaz en Afrique ?


Au début des années 60, seuls 4 pays ont commencé une modeste exploitation pétrolière, on en est à 20 aujourd’hui. Il faut reconnaitre que le continent est essentiellement constitué de bassins sédimentaires. En ma qualité de représentant d’une société sismique qui donc possède toutes les données, études géologiques, géophysiques et géochimiques, je suis tenu au secret professionnel et ne pas entrer dans le détail de l’utilisation de ses données avec les états et les sociétés pétrolières.






Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 5228

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • MIRROR2000 (H) 11/07/2020 10:06 X

    @Moukhabarat, se passer de gens comme moi (sans aucune prétention), donc une partie de sa population, c'est ce que fait la Mauritanie depuis des décennies. Et pour se battre, rassurez-vous, les gens comme moi n'ont pas attendu que des gens comme toi dont le mensonge et le déni sont la seule force (éphémère certes) viennent leur dire ce qu'il faut faire.

  • moukhabarat (F) 11/07/2020 00:37 X

    @MIRROR2000 La Mauritanie peut se passer ds pleurnicheurs comme toi qui au lieu de se battre pour faire leur trou aboient. Dans les faits comme tous les castés tu n'as pas encore brisé les chaines de ton histoire.

  • CLNMYN (H) 10/07/2020 09:42 X

    Bien formes a justifier expériences et compétences a justifier tout est dans le cerveau ni dans les établissements prives moi je connais des diplômes en informatique formes a Nouakchott qui sont excellent

  • RIMBOY01 (H) 10/07/2020 01:54 X

    Chère Aly, félicitations pour vos réalisations. il est en effet très intéressant de voir un jeune homme s’engager dans un domaine où les Mauritaniens en général manquent de connaissances et d’expérience. Cependant, je ne suis pas d’accord avec certains de vos commentaires. Les opérations de BP dans le port de Nouakchott sont gérées par deux grandes sociétés, Maurilog et SEPCO. BP fait appel au personnel, aux équipements et terres-plein de ces entreprises locales pour mener à bien toutes leurs activités à terre. sachant que nos capacités de quai sont très limitées, il est impossible qu’un seul opérateur puisse obtenir un quai dédié uniquement à eux. il est également très regrettable que vous respectiez les lignes directrices du gouvernement pour ne pas faire respecter l’utilisation du contenu local afin qu’il puisse profiter à nos jeunes en créant des emplois et en transférant des compétences, comme vous l’avez mentionné. La seule façon pour nous de profiter de ce boom pétrolier et gazier, c’est d’absorber les investissements provenant du contenu local, alors que nos entreprises locales n’ont même pas encore absorbé 5 p. 100 de l’investissement global effectué jusqu’à maintenant par ces opérateurs. vous avez parlé de nombreux impôts gagnés par le gouvernement dans le cadre du contrat de partage que vous avez mentionné, mais vous avez omis de mentionner que tous ces accords compromettent la santé financière de nos entreprises locales, parce que la plupart de ces opérateurs sont exonérés de TVA alors que notre entreprise locale sont tous soumis à la TVA. par la suite, le solde est toujours un surplus qu’ils ne peuvent jamais réclamer et qui fait en sorte que nos entreprises n’ont pas d’offres commerciales compétitives par rapport au marché international. En outre, il n’est pas nécessaire d’être un expert en matière de pêche pour savoir que tous les forages en mer sont soumis à une zone interdite de pêche qui peut atteindre des kilomètres des puits.( grand manque à gagner pour nos pêcheur)En plus d’un risque plus élevé de déversement de pétrole, sachant que nous n’avons pas d’équipe d’intervention disponible dans le pays pour traiter une telle problématique. Quoi qu’il en soit, je suis très fier de vous et je suis convaincu que vous réaliserez plus que ce que vous avez déjà fait. Je vous souhaite bonne chance.

  • Habib Nadif (H) 09/07/2020 18:33 X

    monsieur Aly Sy toutes mes facilitations tu es un homme valable et tu peut être un bon ministre du pétrole inshallah

  • MIRROR2000 (H) 09/07/2020 16:53 X

    @Moukhabarat, Nous sommes bien là mais vous nous montrez et démontrez tous les jours, par vos manœuvres, que nous ne sommes pas chez nous. Combien de jeunes cadres sont rentrés après de brillants parcours à l’extérieur et après plusieurs années au chômage pensent même à repartir ailleurs à la recherche de meilleures conditions de vie? La preuve encore une fois, pourquoi les organes de presse ne mettent pas en valeur les compétences des négro-africains aussi ? OR NOIR AFRICA est un organe de presse non mauritanien je pense... Merci à Mr SY pour cette brillante analyse. Parcours admirable.

  • moukhabarat (F) 09/07/2020 16:19 X

    SI TOUS NOS JEUNES CADRES BIEN FORMES REVENAIENT AU PAYS! Mr Sy vous êtes une raison d'être fier des mauritaniens.