29-07-2020 23:30 - Vidéo. Mauritanie: le prix du mouton explose à cause du Covid-19

Vidéo. Mauritanie: le prix du mouton explose à cause du Covid-19

Le360 Afrique - La Mauritanie se prépare à célébrer la grande fête de l’Aïd Al-Adha le vendredi 31 juillet prochain, dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19. Une situation sanitaire dont les dommages collatéraux sont probablement à l’origine de la flambée du prix du mouton à Nouakchott.

Vendredi 31 juillet, les Mauritaniens célébreront, à l’instar des autres musulmans, la fête de l’Aïd Al-Adha, appelée aussi «Tabaski» ou «fête du mouton». Seulement, cette année, cette célébration se fera dans le contexte particulier de la pandémie du coronavirus.

A Nouakchott, parmi les conséquences de cette pandémie, il y a la hausse notable du prix du mouton. Mardi 28 juillet au foirail de la capitale, situé dans la banlieue sud de Nouakchott, le plus petit agneau de sacrifice se négociait autour de 5.000 nouvelles ouguiyas, soit l'équivalent de 120 euros, contre un prix moyen de 95 euros l'année dernière pour un mouton adulte.

Du coup, tous les clients tiennent le même discours: «le mouton est trop cher pour cette Tabaski», et ce malgré la piètre qualité du bétail qui s’explique par le manque de pâturage cette année. Une donnée qui justifie certainement les prix élevés des ovins.

Les éleveurs ayant été obligés d‘acheter du fourrage pour nourrir leur bétail, ils répercutent ces frais sur le prix du mouton.



Amadou Gueye, vendeur de moutons reconnaît que les prix qui oscillent entre 7.500 (178 euros) et 10.000 ouguiyas (238 euros) sont hors de portée de la plupart des bourses, surtout dans un contexte de crise liée à la pandémie de Covid-19. Il profite de l’occasion pour interpeller l’Etat sur l’usage du Fonds Covid-19 annoncé par l’Etat pour soutenir les populations pauvres.

Pour sa part, Youba Ould Mohamed, venu se procurer un mouton, dit avoir fait le tour des vendeurs sans pouvoir trouver un animal à un prix correspondant à sa bourse. Il juge que les prix sont excessivement élevés comparativement aux années passées.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1738

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)