30-07-2020 20:16 - Un syndicat évoque le calvaire de l’enseignement privé en période du covid-19

Un syndicat évoque le calvaire de l’enseignement privé en période du covid-19

Sahara Médias - Le syndicat national des promoteurs de l’enseignement privé a déclaré que la pandémie du coronavirus a fortement impacté ce secteur de façon générale et plus particulièrement le personnel y travaillant.

Lors d’une conférence de presse, le syndicat a dit que les services de l’enseignement privé sont basés sur les efforts de retraités en plus des diplômés chômeurs, qui ont été contraints par le coronavirus à suspendre leurs prestations et à aller à la recherche d’autres sources de revenus.

Pour le syndicat, cet arrêt de 6 mois a été catastrophique pour l’enseignement privé, caractérisée par l’accumulation des frais du bail, les salaires des travailleurs manuels, qui se sont rendus à Tasiast et à Nouadhibou à la recherche de leur quotidien, devenu impossible dans les écoles privées.

Le Syndicat estime que la reprise des cours début septembre prochain exige, pour qu’elle soit sûre, la satisfaction de certaines conditions particulièrement difficiles.

Il y a par exemple la déduction des effectifs dans les classes afin de respecter la distanciation obligatoire, disponibiliser les désinfectants, le savon et l’eau et obliger les enfants à respecter les dispositions établies par les autorités sanitaires.

Cet ensemble de contraintes, selon le syndicat, sera de nature à augmenter davantage les charges comme par exemple le recrutement d’un nouveau personnel pour l’exécution de ces tâches, la location de nouveaux bâtiments et les équiper en tables-bancs.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1474

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • chos (H) 30/07/2020 21:35 X

    Il m'a été donné de constater que l'enseignement officiel national de 700 h/an héritier de la loi française de 1952 détruit 95% de nos ressources humaines et miniéres et conçu à Maaden El Ervane en 95 le systéme asiatique intensif et anglo-saxon modulaire de 2700 h/an réducteur du cursus de 3/4, garant du triplement du salaire mensuel des professeurs que je propose pour servir de base d'une réforme de l'enseignement dans le pays.cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr .