30-07-2020 21:45 - Editorial/Haute Cour de Justice/Qui ira à la maison d'arrêt de Tichitt ?

Editorial/Haute Cour de Justice/Qui ira à la  maison d'arrêt de Tichitt ?

Chighali Mohamed - Après 6 mois de travail intense la Commission d’Enquête Parlementaire (CEP) mise en place pour faire toute la lumière sur la gestion des 11 années de pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz a déposé ses conclusions.

C’est un travail titanesque de professionnels à la fin duquel, une compilation des anomalies, des dysfonctionnements et des violations des dispositions légales ou réglementaires des textes de loi, a permis de mesurer l’ampleur des dégâts commis et de situer les responsabilités.

Ce document élaboré après des enquêtes menées à la rafale et dans des conditions contraignantes a mis toute la lumière sur des zones d’ombres sur les manigances au sommet de l'Etat de celui qui a été désigné par les accusations de toutes les personnes entendues comme le commanditaire de tous les actes répréhensibles pouvant entraîner des mises en examens ou des poursuites judiciaires.

Inspiré par la prudence du caméléon, le nouveau président Ould El Ghazouani est allé lentement, avec prudence et intelligence pour atteindre son objectif. Celui de se débarrasser par cas de « force majeur indépendant de sa volonté» à la fois de son ancien ami et compagnon d'arme mais également de certains responsables qu’il avait « recyclés » surtout, pour les mettre en confiance en attendant que l’enquête tire les conclusions de ses investigations et qu’elle les renvoie elle même à ceux qui auront à charge de les débarrasser de son régime par des mises en examen.

Ould El Ghazouani qui, il y’a seulement quelques jours a adressé à Ould Abdel Aziz son prédécesseur par personne interposée (Ould Kherchi) un message pour lui dire que l’exécutif, ne s’interférera pas dans le travail de la commission d’enquête parlementaire a joué quitte et double.

Il n’a pas cherché à enfoncer son ami de longues dates, comme d’ailleurs il n’a pas cherché non plus à amortir le choc que pouvait lui faire subir une enquête dont les conclusions vont permettre de le neutraliser définitivement. Dans un film western célèbre l’acteur principal avait dit que « la vengeance est un plat qui se mange froid ».

Ould Ghazouani sans s’impliquer ni de loin ni de près dans cette affaire de chasse à l’homme, a pris sa revanche. Il s’est vengé de celui qui l’a soutenu sans le soutenir réellement, de celui qui a cherché volontairement à l’humilier publiquement par des coups bas et celui qui lui a laissé en héritage un pays en ruines.

Le nouveau président s’est vengé intelligemment en laissant Aziz face aux conséquences des actes qui caractérisent sa gestion désastreuse de la vie politique, économique et sociale d’un pays qui a été mis à sac en 10 ans par une dictature unique dans son genre et dans les annales de l’histoire de ce pays.

Aujourd’hui, 90 jours après la mise en place de la commission chargée de faire toute la lumière sur ses crimes en série, Ould Abdel Aziz, un président forgé de toutes pièces par une poignée de politiciens et des milliers de mauritaniens qui faisaient confiance à son discours rassembleur de cette année 2009, (année qui a envoyé la Mauritanie en enfer), est désormais seul face à sa triste réalité. C’est un homme traqué. Humilié. Vomis par ceux-là mêmes qui ont fait de lui, tout par le passé et un moins que rien maintenant.

Dans quelques jours, Ould El Ghazouani va respirer à pleins poumons. Les « autres », ces membres de la commission d’enquête parlementaire indépendante ont fait la sale besogne à sa place. Leurs recommandations vont lui permettre de se débarrasser de «casseroles» qu’il a traînées une année durant au sein de son gouvernement dans l’étonnement général d’une population qui le juge par ses actes, et dans l’incompréhension de partenaires surpris par son attachement à des responsables indexés dans la gabegie, le détournement, et la corruption en bande organisée.

Maintenant, si Ould Ghazouani veut accompagner le peuple mauritanien dans ses souhaits, s'il tient réellement à se désolidariser avec des responsables qu’une enquête parlementaire indépendante et crédible a identifiés comme des complices de crimes en série et s'il veut mettre tout le monde en confiance, il doit poser un acte fort.

Et cet acte pourrait être le lancement en urgence d’un appel d’offre pour la construction dans les 30 jours qui suivent d’une prison à 150 kilomètres au nord de Tichitt pour accueillir les criminels économiques qui, comme j’ai l’impression, vont se bousculer à la porte de cette maison d’arrêt qu’il serait conseillé pour des raisons objectives de construire loin de la capitale.

Des entreprises capables de construire des édifices publics en temps record existent sur le marché. Elles sont nombreuses créées de toutes pièces parfois en moins de 24 au guichet unique pour les besoins des causes sous le régime d’un homme qui avait fait de son bureau du palais présidentiel, le siège social d’une entreprise familiale spécialisée dans le courtage et le négoce d’affaires ficelées sur fonds de corruption, de trafic d’influence et de gabegie.

Dans cette prison de Tichitt, les détenus reconnus coupables de crimes économiques et de détournement de deniers publics pourront savourer solidairement le repos des années durant jusqu’à ce qu’ils restituent aux pauvres l’argent qu’avait promis de mettre à l’abri du vol, un président "très doué pour les encaissements illicites" comme disait un journaliste surpris par le carnage économique dont a été victime un pays pauvre ruiné par une poignée d’hommes dans le cercle fermé d'une secte qui pratique le vol en bande organisée.

Mohamed Chighali



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 2209

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • Marrakech (F) 01/08/2020 08:24 X

    Le système Aziz reposait sur des personnes malhonnêtes (ministres, hauts fonctionnaires, hommes d'affaires,...) qui exécutaient ses ordres en parfaite conscience des conséquences néfastes de leurs actes sur le pays : le siphonage des ressources publiques, l'accroissement de la pauvreté, ... Aziz est le principal acteur de ce système mais il avait besoin de complices pour organiser cette gabegie pendant une décennie. Inculper Aziz n'est qu'une étape, il faut aussi amener à comparaitre ceux qui ont effectivement participé au pillage des biens publics et qui essayent maintenant de minimiser leur responsabilité !

  • Destroyer (H) 31/07/2020 07:18 X

    La liste de ceux qui iront est déjà établie. Je pense déjà à certains membres du gouvernement actuel de ghazwani dont son ministre secrétaire général de la présidence, celui du pétrole, et celui de la pêche parmi d' autres hommes d'affaires dont zein el abidine

  • leguignolm (H) 31/07/2020 01:26 X

    La chose extraordinaire que j’avais constaté sur ce travail gigantesque Grand Barbu a bien fait les choses d’amener cette histoire de Covi19 qui fait immobiliser les soldats d’enquête parlementaire et les personnes convoquées si le temps était autrement, il pourrait avoir d’importe quoi et l’enquête serait trainée.

  • Doumbélane (H) 30/07/2020 23:59 X

    Mohamed, doucement et doucement, ne fait pas construire des prisons au Marabout pour mettre en fraicheur des voleurs, moi je prefere qu'ils soient mis dans les prisons qui existent deja.

  • pyranha (H) 30/07/2020 22:07 X

    Merci Chigali,ce nom est bien connu d'une famille héroïque et très courageuse de toute façon si la justice ne s'exprime pas,la justice de la rue va régler son compte inchallah. Si Aziz compte sur une quelconque division de noir et de maure pour espérer s'en sortir,il fait une erreur mortelle, cette fois,noirs et maures sont unis pour faire respecter la loi.ou c'est la justice dans sa fermeté ou c'est rue à Gazouni de choisir.les richesses de ce pays doivent revenir à tous les citoyens pas à Aziz seulement et sa famille.

  • elhousseinou (H) 30/07/2020 22:02 X

    Revoyez vos termes " vomis" Ces gens se prenant pour justiciers sont les pilleurs de ce pays Ces gens ne sont que des traîtres qui retournent leurs vestes ou leurs Thiaya Pourquoi n'ont ils pas dit une chose pendant 10 ans Ghazouani était DGSN puis cemna et ministre de la Défense Si Aziz était un mauvais Président Ghazouani Meguett Misgharou et Sultan auraient renversé son régime Et ces députés qui avec leurs wilayas ont occupé des mois durant pour un 3eme mandat de Aziz qui n'a pas voulu trahir la promesse de 2 mandats Tous militaires civils poussaient dans ce sens Certains règlent des comptes comme Maham dont les malversations de son épouse ont été sanctionnées, il a sollicité la protection de Aziz qui a refusé d'entraver ke travail de L'IRE Aziz avait dit même a Bouamatou "pas d'amis ou parents pour les affaires de l'Etat"

  • Mohamedene (H) 30/07/2020 22:01 X

    Il est sûr que le chef d'orchestre de ce désastre ne jouit surement pas de toutes ses facultés mentales, d'où la tentation que peut avoir les conseillers et autres avocats de Ould Abdel Aziz de médicaliser son état de santé par un certificat médical d'inaptitude. La conséquence c'est l'écroulement comment un château de carte du dossier d'accusation qui ne tient qu'à la responsabilité de Aziz. La preuve de ce consensus est la présence des copains et complices dans l'acte de déchéance de 11 ans, aux plus hautes fonctions de l'état malgré leurs forfaitures. Un signal fort doit venir du président de la république par la démission de tous les individus suspects.