03-08-2020 00:12 - MAURITANIE : Point-de-Mire/Pas d’entrave à la Justice ? Alors quels ministres seront limogés ?

MAURITANIE : Point-de-Mire/Pas d’entrave à la Justice ? Alors quels ministres seront limogés ?

Points Chauds - L’information est passée comme un éclair. Et pourtant, citée par le Journal Sahara Média elle porte sur un détail de grande importance : « des députés mauritaniens ont réclamé mercredi que soit retirée la confiance à tous les responsables liés aux irrégularités révélées dans le rapport de la commission d’enquête parlementaire ».

Cette demande a été formulée lors de la séance consacrée à l’adoption de la recommandation relative au transfert des dossiers élaborés par la commission d’enquête au ministre de la justice pour les mesures à prendre et leur orientation vers les juridictions spécialisées.

Le 30 juillet une source de presse citée rapporte que « le secrétariat général du gouvernement a annoncé que le départ en vacances de la première vague des ministres prévu le 1er août 2020 est reporté à une date qui sera fixée ultérieurement ». La source note qu’aucune raison n’a été donnée sur le motif de ce report de départ en congés des ministres.

Le Conseil des ministres s’est réuni ce 30 juillet. Au vu des événements qui se sont succédés à la rafale avec, les dernières réunions marathons de la Commission d’Enquête parlementaire, la transmission du rapport final et des conclusions qu’il renferme, on pourrait bien se demander s’il n’y a pas corrélations de ces détails avec ces différents événements.

On peut donc légitimement poser la question de savoir si ce conseil des ministres, le dernier de la première année au pouvoir de Ould El Ghazouani, n’est pas aussi le dernier conseil auquel ont assisté les ministres indexés dans des révélations scandaleuses en rapport avec la gestion des affaires du pays par Ould Abdel Aziz de 2008 à 2020.

Très probable. Les conclusions de l’enquête parlementaire, menée avec professionnalisme, impartialité, sens de de devoir et de responsabilité, font porter un lourd fardeau à des ministres qui étaient ce jeudi 30 juillet autour de la table du conseil des ministres entrain de discuter peut être pour la dernière fois, des affaires du pays dans la mythique salle de réunion du palais ocre construit par Maaouiya (par destin) pour ceux qui l’ont renversé.

L’enquête parlementaire, a prouvé que certains ministres et certains collaborateurs de l’ancien président ont été entraînés dans ses agissements. Ils apparaissent au vu des conclusions de cette enquête comme des « reconnus coupables » des faits avérés par un cumul de preuves irréfutables même si ils se considèrent innocents.

Ce qui est certain, c’est que quelque soit l’honnêteté morale et religieuse de Ould El Ghazaouani et sa volonté sincère de ne pas chercher à être en personne derrière des sanctions à l’égard de certains de ses collègues quand il était ministre de la défense qu’il a gardé depuis une année dans ce premier gouvernement de coalition politique de sa mouvance, le nouveau président ne pourra pas résister longtemps à la recommandation des députés, à la pression de la rue et à la critique de la presse.

En tous cas, il est politiquement et diplomatiquement pour Ould El Ghazouani intérêt de se débarrasser de ces collaborateurs devenus trop encombrants avant que les policiers de la Brigade des Crimes Economiques ne viennent les chercher avec leur méthode musclée très critiquée ces derniers temps.

A quelque chose malheur est bon. L’enquête parlementaire nous a appris beaucoup de choses qui nous seront utiles. Cette enquête nous a appris que la gestion de la chose publique sous le régime passé suivait une dynamique de destruction massive des socles de notre souveraineté et le bradage de nos ressources. Elle nous apprend aussi que le pouvoir était concentré entre les mains d’un seul homme, « collecteur de fonds » déguisé en chef d’état. Cette enquête nous apprend enfin -et c’est ce qui fait le plus mal-, qu’aucun des collaborateurs de l’ancien chef de l’état « converti en courtier d’affaires internationales » n’a la culture de la démission lorsqu’on leur impose d’engager l’état dans des malversations abjectes ou des actes qui frôlent la haute trahison.

Comme d’ailleurs enfin, cette enquête nous a démontré que des ministres et certains responsables éclaboussés par des scandales qui étouffent toute une nation n’ont pas un minimum de courage intellectuel ou moral pour jeter l’éponge ne serait-ce que par respect pour le peuple mauritanien.

Les trois dernières démissions spectaculaires qui ont été enregistrés endans ce pays depuis un quart de siècle sont celles du Ministre Ould Maham, qui a démissionné pour sortir indemne d’une humiliation dans laquelle voulait le plonger celui pour lequel il était les deux bras, la seconde, qui a fait l’effet d’un pétard, celle de l’ancien Dircab de Ould Abdel Aziz, qui explique que c’est pour protester contre la « souillure » dont il a fait l’objet de la part de la Commission Parlementaire d’Enquête, alors qu’en réalité c’est parce que la scolarité de ses enfants dans une prestigieuse école à l’étranger a été interrompue par une injonction de rentrer sans délai et sans préavis au pays.

Et la troisième digne d’éloges, celle de ce cadre négro-mauritanien du Ministères des Affaires Etrangères qui a jeté l’éponge pour protester contre ce qu’il qualifie de comportement raciste de son ministre de tutelle.

Il y’a probabilité donc que dans les jours qui viennent des événements sans précédents se précipitent. Si au début de la semaine prochaine, des démissions volontaires de ministres ne sont pas annoncées, certains d’entre eux risquent de quitter leurs fonctions sous escorte policière et sous les feux des projecteurs des caméras des télévisions.

Pendant qu’il est temps, ils ont le choix. Soit, qu’ils démissionnent et se mettent volontairement à la disposition de la Justice, s’ils n’ont rien à se reprocher même si par ailleurs ils ont tout à se reprocher, soit alors qu’ils restent mais dans ce cas qu’ils ne soient pas surpris des désagréments que pourraient leur causer les policiers de Ould Merzoug qui ont vraiment des difficultés à se conformer aux règles qui régissent les droits humains.

En tous cas les «cauris» de la vieille halpoular de Couve, l’un des quartiers les plus pauvres de Nouakchott, un « nomansland » du grand banditisme et de l’insécurité ont parlé. Ces cauris disent que « l’homme de teint clair » qui semble être un très grand responsable de ce pays et qui ne parle pas beaucoup, va surprendre par sa prise de certaines décisions spectaculaires qui vont le sortir de cette épreuve la tête haute, et qui vont montrer certains la tête baissée.

Mais il parait comme dit l’adage qu’on « ne doit pas démentir l’horoscope, mais aussi on ne doit pas faire confiance à ce qu’il dit ».

Je ne pense pas personnellement que la justice de Haimouda Ould Ramdhane croit aux spéculations des cauris. La Justice d’un pays de droit croit à des faits et des preuves matérielles irréfutables. Et ce sont ces faits et ces preuves irréfutables qui risquent de faire descendre aux enfers, certains responsables et certains hommes d’affaires qui n’ont jamais su faire la différence entre ce qui dit le Dieu qui recommande de ne pas « manger » l’argent des orphelins et des pauvres et ce que dit le Satan qui conseille le contraire c’est-à-dire de voler l’argent des mendiants et des handicapés et d’aller jouer au « casino » chez les mécréants.

Bonne fête à tous, essimah et gardez votre ndeywné s’il est prélevé sur des fonds « mal acquis ».

Mohamed Chighali.




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 9
Lus : 4387

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • pyranha (H) 03/08/2020 18:52 X

    elhousseinou,ton crétinisme se passe de commentaires en effet il y a ceux qui comme moi souhaitent qu'il soit pendu et les mesquins qui ont profité du carnage naturellement vont tenter de le protéger. Mais alhousseini ,ne souhaite jamais que la rue devienne le tribunal, car si je t'aurais croisé ce jour ton cous cous ou ton el aiche sera terminé bandes de complices profitards...

  • bleil (H) 03/08/2020 16:00 X

    A quelques exceptions prés (les nouveaux venus) le gouvernement mériterait de se mettre au diapason du monde tel qu'il est ! avec des ministres capable de refléxions stratégiques sur la problématique du développement humain durable et les desiderata d'un changement qualitatif de l'action gouvernementale pour répondre aux besoins de nos paisibles populations...

  • Marrakech (F) 03/08/2020 15:37 X

    Ghazwani doit totalement s'affranchir de la tutelle d'Aziz en limogeant les ministres et responsables que lui a légués son prédécesseur s'ils n'ont pas le courage de prendre eux même la décision démissionner !

  • Destroyer (H) 03/08/2020 13:49 X

    Les ministres à limoger sont bien connus mais le paradoxe c'est qu il s'agit de ministres recommandés ou du moins imposés à Ghazwani par Aziz et ghazwani continue à les garder. Ould bechir, ould Abdel vetah, ould chrougha et j'en passe

  • bilbassy (H) 03/08/2020 12:36 X

    elhousseinou(H)@. Sans nul doute, vous faites partie des bénéficiaires du saccage de ce pays. Vous osez malgré les aveux, les preuves, la documentation dire que L'ex président mérite notre reconnaissance. Ce Monsieur qui est entré par effraction (je cite feu Ely) dans l'histoire de ce pays, qu'il a saccagé, transformant la mauritanie en souks. Supporter votre bienfaiteur, mais ni'insulter pas les mauritaniens.

  • elhousseinou (H) 03/08/2020 09:41 X

    Vous êtes ridicule Quelle enquête un tissu de mensonges et de calomnies Ghazouani est plus au courant de tous de ce qu est Aziz Vous verrez la su ite réservée à cette mascarade Je le dis volontiers parceque n'avoir jamais bénéficié d'une faveur de Aziz Qui criaient au 3em mandat ces mêmes députés Vous ne pourrez jamais influencer Ghazouani qui a dirigé 10 ans l'institution la plus compliquée à savoir les Forces Armées Si aujourd'hui on est en sécurité c'est par le travail fait par Aziz Ghazouani Félix Ndiaga et Misgharou Cette sécurité n'a pas de prix regardez la Libye le Mali Revenez sur terre Aziz mérite mieux que ca: au moins u e reconnaissance

  • Marrakech (F) 03/08/2020 08:11 X

    Excellent article ! Ghazwani doit maintenant poursuivre l'action de la CEP en limogeant les responsables (ministres, hauts fonctionnaires, dirigeants d'entreprises publiques,...) indélicats qui ont exécutés sans état d'âme les ordres d'Aziz et ont ansi activement contribué au détournement des ressources du pays ! Ils n'ont pas eu la décence de démissionner, vont certainement expliquer qu'ils n'ont fait que se conformer à la volonté de leur chef et se défausser de leur responsabilité en changeant leur ex maître ! ! !

  • almoudo3 (H) 03/08/2020 05:26 X

    Un article bon a lire, et qui presage ce qui doit etre. Ces collaborateurs d Aziz doivent demissioner, c est plutot plus clement que d etre obliger de demissioner pour etre conduits en arrestations. Ce pays doit retrouver sa dignite.

  • diargua (H) 03/08/2020 01:42 X

    Balchoyi spaciba tavarech Chigali. Cet article fera réfléchir mais aussi sera objet de sagesse. En tout cas vous bouclez la ceinture de cette série de ripoux de Aziz.