21-09-2020 12:11 - Guerre contre les Biens mal acquis : Ould Abdel Aziz, pas au bout de ses peines

Guerre contre les Biens mal acquis : Ould Abdel Aziz, pas au bout de ses peines

L'Authentique - L’ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas encore sorti d’auberge. 24 heures après sa dernière sortie médiatique à la chaine d’information France 24, le voilà qui doit faire face à un « déchaînement » de la justice qui vise ses biens.

La justice continue de suivre son cours dans l’affaire portant sur le Rapport de la Commission d’Enquête Parlementaire.

En début de présente semaine, elle a procédé à la saisie de plus de 20 milliards d’ouguiyas, sur fond des dossiers de corruption objet de l’instruction, sur la base du rapport établi par la commission d’enquête parlementaire dans lequel 317 personnes sont citées, dont entre autres, l’ex-chef de l’Etat, des membres de sa famille, des ministres et cadres supérieurs en fonction pendant la décennie Ould Abdel Aziz.

Une partie de ce montant a été assemblée après le gel de comptes bancaires appartenant aux personnes cibles ou à leurs enfants, tandis que le gros du « paquet » a été retrouvé au terme de descentes policières effectuées dans les villas des responsables cités dans le rapport des députés.

Cette mesure aurait touché deux comptes bancaires ouverts au nom de l’ancien Président dans lesquels sont encore déposés ses salaires de ses onze ans de présidence, en plus d’autres comptes bancaires, sociétés, usines et immobiliers appartenant à des proches et des membres de sa famille.

Elle aurait aussi touché les comptes bancaires de son genre et du père de celui-ci, ceux de la Fondation Rahma, ceux des deux derniers Premiers ministres de l’ex-président et ceux de 34 de ministres qui ont, tous, travaillé sous ses ordres. Un rapport a été établi qui retrace les mouvements bancaires des derniers mois, de toutes les personnalités ciblées

Près de 200 voitures ont été mises sous scellé. Il s’agit de gros camions, de véhicules Tout-terrains et d’engins de travaux publics, mais aussi et surtout de voitures haut de gamme.

Le parc ainsi constitué - assimilé par la Justice à des propriétés de l’ancien président-, est inscrit au patrimoine de la Fondation Rahma dirigée par le fils de l’ex-président Badr Ould Mohamed Abdel Aziz. Laquelle est depuis vendredi dernier, objet d’une enquête ouverte sur la base de violations de la loi sur la corruption et le blanchiment d’argent.

Aux dernières nouvelles, les limiers de la police chargée des crimes économiques et financiers se sont lancés dans la quête d’un mécanisme permettant de faire venir à Nouakchott des responsables et des investisseurs étrangers afin de les entendre.

Les nationalités visées par ces convocations en cours de planification sont deux hommes d’affaires indiens représentant la partie bénéficiaire de la convention relative au dossier de la convention sur le quai des containers, les représentants de la société chinoise maitre d’ouvrage du marché relatif à l’éclairage public de 2016, les représentants de la société indienne signataire du marché électrique portant sur une ligne haute tension à Nouadhibou, et un investisseur soudanais impliqué dans le dossier de la Sonimex.

Une autre action est prévue dans les jours qui viennent par la justice. Il s’agirait de se faire aider par des institutions extérieures et de la Justice internationale pour recenser et rapatrier le cas échéant, tous les avoirs extérieurs de l’ancien Président- sur lesquels pèsent des présomptions de corruption et qui, selon certains indiscrétions, seraient plus importants que ceux qu’il possède en Mauritanie.

N.H



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 5726

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • angenoir (H) 21/09/2020 14:40 X

    @CHOS, mai enfin votre commentaire n'a rien á voir avec l'article en question ,ici on parle de corruption , de saisie,de biens mal acquis et de détournements, je ne vois pas ce que fait le système èducatif ici.

  • Esprit Critique (H) 21/09/2020 12:37 X

    Celui la c'est le roi des vo***eurs et merite la prison a vie

  • chos (H) 21/09/2020 12:35 X

    Tout en saluant l’action engagée par la justice, je rappelle que le systéme éducatif détruit chaque année 95% de la ressource humaine scolarisée et peut être rattrapé pour compter d’Octobre 2020. Idem pour lAgriculture... cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr .