15-10-2020 14:12 - Dossier corruption de la Décennie : vers l'audition "de près de 300 personnes" dans les jours à venir

Dossier corruption de la Décennie : vers l'audition

L'Authentique - Après la convocation par la police chargée des crimes économiques, de l’ex-président, de son gendre, d’anciens ministres et d’hommes d’affaires, près de 300 personnes devraient être entendues dans les jours qui viennent.

Il s’agit de tous ceux qui ont été cités dans le Rapport de la Commission d’enquête Parlementaire et d’autres encore, impliqués directement ou indirectement dans les affaires soulevées dans ledit Rapport.

Parmi ceux-là, on note à nouveau des ministres, des anciens Directeurs généraux d’institutions publiques, des hommes d’affaires, des intermédiaires financiers mais aussi et surtout, des membres de la famille présidentielle, dont son fils Beder en sa qualité de président de la Fondation Arrahma.

De sources dignes de foi, la justice a instruit la Police d’accélérer la cadence de l’enquête tout en évitant de la bâcler, et présenter au plus tôt, ses procès-verbaux d’audition. Selon ces mêmes sources, le Procureur devrait se saisir définitivement de l’affaire avant la fin du mois de novembre, peu avant la mise en place de la Haute cour de justice prévue dans le courant de ce même mois seule habilitée à juger l’ex-président dans des affaires portant sur la « haute trahison ».

Tout porte donc à croire que les dossiers du Rapport de la Commission d’enquête Parlementaire seront scindés en deux parts,- la première impliquant l’ex-président uniquement, lequel pourrait réponde les prochains jours à une cinquième convocation, - et la seconde qui devrait permettre d’entendre toutes les personnes ciblées, mais aussi, à nouveau, l’ex-président de la République, dans les affaires se rapportant au pénal.

Ces dernières semaines, plusieurs personnes ont été entendues puis retenues des jours durant dans les locaux de la Police. Il s’agit de l’ex-président, son gendre, les hommes d’affaires Bahaii Ould Ghadda, Mohamed Lemine Ould Bowbatt, tous libres aujourd’hui.

La commission d’enquête parlementaire avait recommandé la confiscation des terrains vendus aux enchères entre 2010 et 2019, y compris les espaces amputés de l’école de police et du complexe olympique, qui appartiendraient, selon la commission parlementaire à la famille de l’ancien président, acquis illégalement. Le nom de ould Bowbatt est également cité dans le dossier de la société de pêcher IPR qui serait la propriété, selon le rapport des parlementaires, à des proches de l’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz.

Cette société est accusée de s’être adonnée à des malversations, des trafics, des évasions fiscales et douanières depuis 2012 et avoir exporté illégalement 280.000 tonnes de poisson mauritanien vers l’étranger.

JOB





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 4835

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • LA VERITE SUR LA MAURITANIE (H) 15/10/2020 23:16 X

    Soyons sérieux, ne prenez pas les gens pour des cons. Les mauritaniens ne sont pas dupes, ils connaissent parfaitement, les criminels qui ont pillé et transféré leur butin hors du pays , ces criminels courent toujours impunément dans les rues de las palmas , Nouakchott et Nouadhibou. L’actuel patron des patrons, Zeine Abidine est en tête du peloton des riches douteux .

  • KANAWAL (H) 15/10/2020 16:22 X

    Les plus de 300 personnes citées dans le rapport de la CEP doivent passer devant la justice, si non elles doivent porter plainte contre ceux qui les ont accusées à tort de détournement de biens publics. AZIZE n'est pas seul dans cette affaire, il n'a jamais été à la banque centrale pour retirer de l'argent (même son propre salaire) encore moins au marché pour démolir les écoles ou les stades, à 70 km de Nouakchott pour construire un ranch ou à Rosso pour l'agriculture, il n'est jamais aussi monté sur un poteau électrique pour faire des branchements illégaux pour ne citer que ça ceux qui ont fait ces besognes doivent en répondre pour lui ou pour leur propre chef doivent en repondre.

  • Destroyer (H) 15/10/2020 14:31 X

    et les ministres mouillés jusqu'au cou? j'espère que Ghazwani que ne va pas les laver avec de l'eau de javel et nous les remmener blanchis? Nous les cotoyons et savons ce qu'ils ont amassé comme richesse. Même si la justice ne révèle rien, la réalité est la...Ils ont ruiné le pays