16-10-2020 08:00 - Surveillance maritime : De mal en pis !

Surveillance maritime : De mal en pis !

Mauriweb - La garde-côte serait-elle au creux de la vague ? Les échos qui en parviennent tournent au cauchemar. Après des suspicions de laisser-aller, révélés par nos confrères, ces dernières semaines, les patrouilleurs, épine dorsale de la surveillance, seraient aujourd’hui hors d’usage.

Le spectacle souvent offert par les assauts lancés par les piroguiers mauritaniens sur les filets de navires étrangers bondés de courbines et largement relayé sur les médias sociaux est assez révélateur de la frustration de nos pêcheurs locaux face à une armada de bateaux qui souvent font irruption dans des zones interdites pour rafler des stocks de poissons au nez et à la barbe des pêcheurs artisans.

Les irruptions en zones interdites et les mille et un stratagème pour se défaire un laps des balises ainsi que le camouflage lors de telles activités des noms et numéro des navires sont une vieille pratique.

Parfois ce sont les artisans eux-mêmes qui se chargent, au péril de leurs vies, de faire la police face à ces mastodontes. Souvent les russes. Cette atmosphère délétère augure du paroxysme de la déliquescence de l’institution la garde-côte mauritanienne et de l’échec de sa mission première dans le respect de la loi.

La garde-côte sevrée de ses patrouilleurs

La garde-côte mauritanienne est censée surveiller 750 km formant nos côtes réputées parmi les plus poissonneuses au monde et qui, sans doute, aiguisent les appétits de beaucoup de «requins ».

Si jusqu’ici elle y a réussi cahin-caha c’est sans doute grâce à des ressources humaines de plus en plus compétentes formées aux bonnes écoles mais aussi du fait de ses moyens logistiques acquis pour la mission dévolue comme ses patrouilleurs destinés à décourager les intrusions illégales et irrégulières des navires et embarcations de pêche pour ce qui est du zonage. Elle contribue aussi à juguler le flux de migrants clandestins.

Mais un malheur ne vient jamais seul. Outre, la mauvaise pub ces derniers temps, relayée à travers les médias, la panne des principaux patrouilleurs sonne le glas pour la dissuasion qui, jusqu’ici, a servi pour contenir, bon an, mal an, les velléités de tous les contrevenants.

En effet, la garde-côte serait actuellement dans un profond désarroi avec la panne simultanée sur deux des trois patrouilleurs dont elle disposerait pour faire théoriquement respecter la loi. A cet effet, des sources concordantes évoquent le remorquage pour carénage du patrouilleur « Awkar » qui a levé l’encre pour Las Palmas. Une mission de « thérapie » qui devrait durer au moins 3 mois ; plus une facture de plusieurs millions d’euros.

Mais l’ « Awkar » ne serait pas le seul dans son « inopérationnalité ». Le bâtiment « Lemreya » ne serait pas en meilleure posture. Pour tout bâtiment de surveillance, la garde-côte ne disposerait plus aujourd’hui que des services du bateau «Arguin », autant dire mission impossible pour contrer les milliers de navires en activité chez nous ou ceux tentés par la pêche INN.

Des voix s'élèvent pour dénoncer

De plus en plus de voix d’observateurs et d’opérateurs locaux s’élèvent pour réclamer une enquête sérieuse au niveau de la garde-côte mauritanienne, soupçonnée à tort ou à raison, d’acharnement contre les armements mauritaniens et d’indifférence coupable vis-à-vis des navires étrangers ;r russes et turcs notamment qui écument impunément nos ressources halieutiques.

Les mauvaises langues prétendent que ces navires bénéficient d’une « bonne » protection. L’appel est même lancé en direction du président de la République pour tirer la graine de l’ivraie. Il s'agirait de diligenter une enquête pour faire la lumière sur cette polémique qui enfle de jour en jour. Une bouée de sauvetage pour sortir le secteur des turbulences actuelles et que tous appellent de leurs vœux.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 3933

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • hayerim (H) 21/10/2020 14:17 X

    Malheureusement, c'est toutes les institutions sous tutelles du Ministère qui sont depuis belle lurette inopérantes et inefficaces. L'ancien ministre, actuellement impliqué dans l'enquête sur la decennie perdue sous Aziz, a nommé ou a aidé à nommer ses hommes de paille sans tenir compte des compétences et des ces nombreux cadres qu'il a sous la main. Ainsi toutes les directions du Ministère et les institutions aussi stratégiques que la surveillance maritime ou garde côte, onispa, ports et autres IMROP sont devenues des caisses d'enregistrements des désidérata du ministre et ses financiers armateurs étrangers, l'essentiel étant non pas la gestion et la bonne gouvernance d'un secteur aussi vital que la pêche mais les poches des "mouvsidines" de la décennie. Pour celà, il fallait des béni oui-oui qui ont tout détruit dans ses institutions. Espérons que le nouveau gvt pense à sauver les meubles avant qu'il ne soit trop tard pour nos pêcheurs, nos flottes et nos ressources déjà très éprouvés par ce sabotage conscient et assassin.

  • rimois (H) 20/10/2020 15:58 X

    Si vous payez ci cher les patrouilleurs alors assurez vous au moins que ce sois parmi les meilleur et les plus adaptés à nos besoins, moins et capacités

  • Bertrand (H) 17/10/2020 11:14 X

    C’est peut être par cette voie que Ould baye, Ould abdedaziz se sont en partie enrichis. Peut être Ould GHAZOUANI ou ceux qu’il voudrait rendre riche voudrait utiliser pour accumuler l’argent. Notre Président semble préférer le trois en assurant chaque voleur public de bien faire son travail en toute indépendance, car lui le président qui croit fort à la démocratie même venant de l’armée n’interférerait pas dans ce qu’ils font (les ministres, SG, directeurs ... voleurs)

  • Terrier (H) 16/10/2020 12:22 X

    Le carénage d’un seul patrouilleur coûte des dizaines de millions d’euros au trésor public ! C’est pas le coût de la réparation d’une bagnole dans les garages du Ksar ! Alors rongez bien votre frein et surtout huilez bien votre mécanisme de faux monnayeurs chers aux filières des pêches...c’est pas le patriotisme qui vous agite !!! Certainement pas...

  • Autopsie (H) 16/10/2020 10:21 X

    C’est du sabotage organisé par les hommes d’Aziz encore en place et ils pensent qu’Aziz a raison de voler ce pays, une grande partie des citoyens dans l’armée, la marine et autres institutions de l’état ont reçu comme mission de saboter les institutions de la république, de tout bloquer ou de faire du laisser aller et je pense que cela marche. Depuis le départ d’Aziz, aucune punition, aucune condamnation et personnes n’est inquiétés, surtout les voleurs qui sont d’ailleurs applaudis par notre justice qui ne traine pas seulement les pieds, mais n’existe plus que par le nom, le sabotage continuera si des mesures draconiennes ne sont pas prises rapidement, le pays risque de sombrer avec la délinquance Azizienne.