17-10-2020 17:29 - La France sous le choc après la décapitation d'un enseignant

La France sous le choc après la décapitation d'un enseignant

RTS - Neuf personnes se trouvaient samedi en garde à vue au lendemain de la décapitation dans les Yvelines d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. Un attentat qui suscite effroi et colère dans toute la France.

L'assaillant, tué par la police peu de temps après l'attaque, est un jeune Russe tchétchène de 18 ans, né à Moscou. Il était arrivé en France mineur, avec ses parents qui ont obtenu le statut de réfugiés il y a dix ans, selon des sources proches du dossier.

Vendredi vers 17H00, il a décapité un professeur d'histoire-géographie à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d'être tué par des policiers à 200 mètres de là.

Connu pour des antécédents de droit commun, son casier judiciaire était toutefois vierge et il n'était pas connu des services de renseignement pour radicalisation, selon plusieurs proches du dossier.

Neuf personnes en garde à vue

Ses parents, son grand-père et son petit frère ont été interpellés à Evreux (Eure) dans la nuit de vendredi à samedi. Selon une source judiciaire, cinq autres personnes ont également été arrêtées, dont un père d'élève du collège.

Il s'agit de l'homme qui s'était indigné, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, que l'enseignant ait montré des caricatures de Mahomet "nu" pendant un cours dans la classe de 4e de sa fille. C'est "manifestement" aussi lui qui avait porté plainte contre le professeur la semaine dernière, selon une source proche du dossier. L'enseignant avait en réponse porté plainte pour diffamation.

Selon Rodrigo Arenas, coprésident de la fédération de parents d'élèves FCPE, la victime avait "invité les élèves musulmans à sortir de la classe" avant de montrer, dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression, un dessin du prophète accroupi avec une étoile dessinée sur ses fesses et l'inscription "une étoile est née".

Indignation générale

La décapitation de cet enseignant a provoqué une onde de choc. "Ils ne passeront pas. L'obscurantisme ne gagnera pas", a martelé dès vendredi soir Emmanuel Macron devant le collège du Bois d'Aulne.

Un Conseil de défense, présidé par le président de la République, doit se tenir durant le week-end, a-t-on appris de source proche de l'exécutif.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a adressé ses "pensées" aux enseignants "en France et partout en Europe". "Sans eux, il n'y a pas de citoyens. Sans eux, il n'y a pas de démocratie".

Message posté sur Twitter

Un message de revendication publié sur Twitter avec la photo du professeur d'histoire décapité a été publié sur un compte appartenant à l'agresseur abattu par la police, a indiqué samedi le procureur national antiterroriste.

"Les investigations ont pu confirmer qu'il s'agissait bien d'un compte appartenant à l'auteur des faits", a déclaré Jean-François Ricard lors d'une conférence de presse au tribunal de Paris.

L'auteur du message s'adresse à Emmanuel Macron, qualifié de "dirigeant des infidèles", et dit avoir vouloir venger celui "qui a osé rabaisser Muhammad". L'assaillant avait crié "Allah Akbar" avait d'être tué.

Trois semaines après une autre attaque

Cette attaque survient trois semaines jour pour jour après l'attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Le journal a exprimé sur Twitter "son sentiment d'horreur et de révolte".

La vague d'attentats djihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France a fait 259 morts avec celle de ce professeur.

jfe avec agences





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RTS (Suisse)
Commentaires : 3
Lus : 1331

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bertrand (H) 18/10/2020 14:10 X

    La france est devenue la patrie du faux et de l'hypocrisie. Si l’enseignant avait montré des photos ou écrit qui démentent ce que les français (qui avait commis des dizaines de génocides en Afrique en Algérie et partout ailleurs), appellent le génocide arménien ou les crimes européens contre les juifs, on ne parlerait plus de liberté d'expression, mais de crimes et de délits. Le professeur aurait été amendé et emprisonné. Mais comme il s'agit du prophète de 2 milliards et bientôt INCHA ALLAH de 4 milliards de musulmans ayant acceptés et embrassés sans contrainte la religion de paix et de justice on parle de liberté. Si l'enseignant s'était moqué des gays ou pédaraste dont le nombre grandit particulièrement dans la classes des dirigeant en france et en europe on aurait crié la fin du monde. Les français seront dans quelques années, majoritairement musulman, par choix délibéré de faire valoir la lumière de l'islam sur l'obscurantisme mercantile de schizophrène aliéné au diable.

  • Terrier (H) 17/10/2020 21:37 X

    Pourquoi seuls les français en Europe ne respectent pas l’islam et les musulmans ???

  • pannel (H) 17/10/2020 19:09 X

    La liberté d'expression ne doit pas nuire aux croyances des autres, celui qui nuit à autrui s'expose aux risques et périls liés à cela.Qu'Allah ait pitié à l'âme de ce martyr musulman-Aamiin