07-11-2020 16:41 - Frontière Maroc-Mauritanie bloquée : des transporteurs sénégalais souffrent depuis 20 jours dans le désert

Frontière Maroc-Mauritanie bloquée : des transporteurs sénégalais souffrent depuis 20 jours dans le désert

PressAfrik- Le Guerguerat, ce No man’s land situé entre le mur de défense marocain et la frontière mauritanienne, est depuis presque 25 jours, en alerte rouge.

La route dans cette zone a été coupée, empêchant les camionneurs de traverser la frontière. Bloqués dans ce grand désert avec leurs véhicules contenant des marchandises périssables, les Sénégalais venus d’Europe qui avaient emprunté cette voie terrestre, longue de 3500 kilomètres, sont dans le désarroi total.

Très fatigués, désemparés, avec un lendemain incertain, ces pères de familles lancent un cri de détresse au Gouvernement du Sénégal et demandent à ce qu’il leur vienne en aide.

Des Sénégalais, des Marocains, des Mauritaniens, et bien d’autres nationalités confondues sont bloqués dans le grand désert du Guerguerat, qui est le théâtre d’une tension entre Rabat et le front Polisario, depuis plusieurs années.

Ces derniers jours, l’armée Sahraoui a bloqué la route installant une véritable insécurité alimentaire dans cette zone. Principale cause de ces nouvelles tensions: la série d’ouvertures de consulats africains dans ce que le royaume chérifien considère comme ses provinces du Sud. En effet, le 23 octobre, le Burkina Faso, la Guinée-Bissau et la Guinée-équatoriale ont inauguré leur consulat à Dakhla.

Le Sénégalais Mamadou Guèye qui vient de passer 19 jours au niveau de cette frontière déclare : « Nous sommes à 400 Kilomètres de la ville la plus proche de ce désert. Nous avons des camions contenant des marchandises (fruits, légumes, etc.) qui risquent de pourrir d’ici peu. Nous sommes perdus et ne savons pas quand est-ce qu’on va pouvoir rentrer chez nous au Sénégal ».

"On nous dit que ce problème qui se passe en Afrique doit être régler en Europe"

Poursuivant, il ajoute, « ceux qui ont des marchandises dans des camions frigorifiques risquent de les jeter ici ou au meilleur des cas, à notre arrivée au Sénégal ».

Cet homme d’affaires qui voyage depuis 29 ans dit ne pas savoir sur quel saint se vouer. Selon lui, ils n’ont aucune information précise depuis que le Maroc leur à refuser le passage. « La seule information qu’on nous donne, c’est que le problème est en train d’être régler depuis l’Europe entre la Belgique et un autre pays que je ne connais pas », s’est-il désolé.

Un autre Sénégalais du nom de Khadim Sow, conducteur de camion, interpelle le nouveau ministre des Affaires étrangères, Aissata Tall Sall, récemment nommée à ce poste. Il lui demande d’intervenir pour leur permettre de regagner leurs foyers sis au Sénégal car, estime-t-il, « ce problème ne nous concerne pas ».

Ces Sénégalais qui voient leurs marchandises pourrir au fil des jours demandent à l’Etat du Sénégal de mettre la pression sur l’Etat marocain qui veut les utiliser comme arme de guerre, afin de le pousser à aller vers des négociations avec le front Polisario pour régler la situation.

« Si l’Etat pouvait construire un pont reliant Laâyoune à Saint-Louis, beaucoup de familles sénégalaise seraient épanouies »

Saisissant l’occasion, ces transporteurs ont tenu à attirer l’attention de l’Etat sénégalais sur le rendement et les perspectives du trafic terrestre qui représente 20% des recettes douanières.

« Nous demandons au gouvernement du Sénégal de s’intéresser davantage au trafic terrestre » qui garantit d’énormes perspectives. « Si l’Etat pouvait construire un pont reliant Laâyoune, la ville la plus importante du Sahara occidental et la région de Saint-Louis, beaucoup de familles sénégalaise seraient épanouies ».

Regardez les témoignages de Sénégalais bloqués dans la frontière...



Aminata Diouf, pour Pressafrik





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 10599

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Terrier (H) 07/11/2020 22:48 X

    Il est vraiment temps de trouver une solution à ce problème du Sahara occidental qui n’a fait que trop duré empêchant toute promotion économique dans toute la sous-région !! Sur ce plan , les marocains doivent faire un effort pour faire de sérieuses concessions aux négociateurs sahraouis pour un règlement définitif de ce problème...

  • LA VERITE SUR LA MAURITANIE (H) 07/11/2020 17:12 X

    les saharaouis souffrent depuis 45 ans et vivent dans des conditions difficiles dans le désert du Sahara, au sud-ouest de l'Algérie. Hébergés dans cinq camps de réfugiés près de la ville algérienne de Tindouf. Le Maroc occupe illégalement et brutalement le Sahara occidental .