12-01-2018 00:00 - Mauritanie : le troisième mandat présidentiel alimente à nouveau le débat politique

Mauritanie : le troisième mandat présidentiel alimente à nouveau le débat politique

Les Mauritanies - Depuis quelques jours les partisans du président Ould Abdel Aziz font la promotion pour un troisième mandat. Des réactions tenues à travers des réunions organisées ou des propos cueillis dans l’hémicycle durant les séances plénières pour solliciter le chef de l’État à briguer un mandat supplémentaire.

En effet, les partisans de l’Union Pour la République(UPR) au niveau de Rosso ont organisé une réunion le 07 janvier dirigé par Etchagha Ould Mohamed Al Abd, pour demander l’augmentation des durées des mandats présidentiels afin de permettre au président Ould Abdel Aziz de régner deux autres mandats pour « sauvegarder les acquis de son régime qui ont été bénéfiques aux populations de Rosso ».

Des députés de la majorité ont aussi invité le président de la République, dont le dernier mandat s’achève en 2019, à solliciter un 3e mandat à la tête du pays afin d’achever les actions en cours de réalisation dans le pays.

Toutefois, les auteurs de cette requête foulent aux pieds la loi fondamentale du pays qui, en ses articles 26 et 28 limite le nombre de mandats présidentiels à deux. Il s’agit donc d’un appel clair à violer et la Constitution et le serment du président de la République, prononcé sur le Saint Coran.

Par ailleurs, ces déclarations sont jugées par certains partis d’opposition et d’autres observateurs de provocations et mépris à l’endroit de la constitution.

A souligner que cette crise politique ne connaît pas de trêve depuis que le président Ould Abdel Aziz a fait modifier la Constitution à travers un référendum très contesté d’août 2017.

Diary N’diaye Bâ



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2076

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Benji Noura (H) 17/01/2018 11:40 X

    UPR Rosso !!! Le peuple, ça n’existe pas, pour vous c’est une construction politique dans laquelle les leaders se lancent d’année en année dans la concurrence entre eux. Les populations ne sont pas vos soucis. Alors il est temps de baisser ce cinéma et aller vers un renouvellement franc des instances du parti. Réunion chez qui et pourquoi, il n’ay pas de développement à Rosso avec des mauvais comme ould youssouf et son semblable. Laissez la place aux jeunes acteurs pour donner la chance au président Aziz et au Parti. Le chef du parti sait pertinemment que vous êtes usés et valable que pour la poubelle.

  • lass77 (H) 12/01/2018 13:05 X

    J'espere que notre Aziz va remplir une mission de premier plan en Afrique aprés 2019 à l'instar Olesenguon Obasanjo, de Tabo M'beki, de Pierre Biyoya, etc... C'est vrai ils sont peu en Afrique des dirigeants sortis par la grande porte. Le monde nous rigole ou plutot rit des ces démagogues dont certains appellent Aziz à violer la constitution, et d'autres veulent qu'il devienne un Roi pour la Mauritanie. On ne comprend pas ces gens. C'est juste lamentable.

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 12/01/2018 12:04 X

    Mohamed Ould abdel AZIZ peut-il obtenir démocratiquement un troisième mandat ? Evidemment oui si le peuple le décide. Quand un président comme Mohamed Ould abdel AZIZ fait le bonheur de son peuple, pourquoi doit-il partir ? Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’opposition mauritanienne n’est pas une opposition comme les autres. Ce sont des gens qui ont dirigé ce pays, qui ont été premier ministre et qui après cela ont créé des partis. Comme ils voient que la mauritanie avance et que nous sommes en train de réussir là où ils ont échoué, c’est pour eux une condamnation à mort. La Mauritanie est en retard à cause de ces cadres qui ont géré le pays. Comme ils n’ont pas de programme et qu’ils ne peuvent pas promettre, car ils ont déjà un bilan, ils créent de l’intox pour empêcher le pays d’avancer. Le peuple n’est pas aveugle et il décide sans influence extérieure.C’est le peuple qui décidera et Mohamed Ould abdel aziz suivra incha allah ce que le peuple de Mauritanie voudra faire.

  • Lion qui gagne (H) 12/01/2018 08:42 X

    Aziz n’a rien à cirer avec le parjure ou la constitution qu’il peut changer comme ses chemises de chambres, c’est comme aussi il n’a rien à foutre avec la main sur le coran que certain disent même que c’était un dictionnaire en hébreu, donc les laudateurs qui appellent à un 3ème mandat savent de quoi ils parlent et à qui ils ont affaire, l’ensemble de ces faussaires juridiques risquent de se retrouvés dans la rue comme des Syriens aux feux rouge si jamais Aziz dit qu’il ne se représentent pas pour un 3ème mandat. Ce qui est sûr, un homme est en train de faire un travail très politique dans l’ombre, après l’exterieur il rentre au pays pour finir les engagements, celui-là n’est autre que Biram Dah Abeïd qui rend visite l’ensemble des leaders de l’opposition modéré et radical, ces visites sont surveillés par les RG comme du lait sur le feu, Aziz ne se sent pas à l’aise de voir Biram fédéré l’opposition derrière Biram, le danger est là.

  • tweijini (H) 12/01/2018 00:26 X

    mon œil pourquoi faire semblant,notre chere JE NE RAZ L n’a surement pas besoin de ses fumiers pour savoir est ce qu’il faut respecter la constitution ou devenir president a vie INHH pourquoi pas a la limite pour preserver la pauvrete et l’ignorance A bon entendeur,salut