26-03-2018 14:51 - Mauritanie: la solution de l'université d'al-Azhar pour contrer le fondamentalisme

Mauritanie: la solution de l'université d'al-Azhar pour contrer le fondamentalisme

Le360 - Nouakchott devrait abriter très prochainement un centre d’études islamiques régional sous l’autorité de l’université al-Azhar du Caire. Cette décision est le principal résultat d’une visite en Mauritanie il y a quelques jours, du Cheikh de la grande institution sunnite malékite égyptienne, à vocation mondiale, Cheikh Ahmed al-Tayeb.

La nouvelle université islamique, qui va porter le nom de «Hassan Ashaari» sera dédiée à toute la région ouest-africaine pour «la promotion des valeurs d’un islam malékite, soufi, ouvert et tolérant» dans un contexte mondial de développement du radicalisme à l’origine d’un djihad violent, source d’insécurité au Moyen-Orient et dans le Sahel.

Il s’agit ainsi de promouvoir la doctrine «Ashaari», un célèbre théologien, fondateur d’une grande école de pensée pour combattre le fondamentalisme, de plus en plus présent au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

La tourmente dans laquelle est plongé le Mali depuis mars 2012 illustre parfaitement cette évolution géostratégique et sécuritaire porteuse de tous les dangers pour la région et au-delà, l’Occident, notent les observateurs.

En Mauritanie, la constitution fait de l’islam une religion d’Etat et tous les Mauritaniens sont musulmans à 100%. Ils sont également malékites dans la quasi-totalité, même si le rite n’est pas cité de manière explicite par la loi fondamentale.

Historiquement, de nombreux érudits et ulémas mauritaniens ont contribué à la propagation d’un islam sunnite modéré dans l’espace ouest-africain.

Toutefois, la Mauritanie fait face à la montée des courants radicaux depuis une dizaine d’années. Signe inquiétant, certains djihadistes du Sahel ont fréquenté des Mahadras (écoles coraniques) du pays.

Enfin, il faut souligner que l'institution al-Azhar est loin de faire l'unanimité aujourd'hui dans le monde musulman et sunnite.

Ainsi, bien que classé dans la mouvance dite modérée, l’islam politique mauritanien, à travers la voix de Mohamed Jemil Mansour, ancien leader du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, Tawassoul), a profité de la visite du Cheikh d’al-Azhar à Nouakchott pour dénoncer «sa complicité dans la répression et les crimes politiques» commis par le régime égyptien.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 5
Lus : 1641

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • bleil (H) 26/03/2018 23:30 X

    Al-Azhar n'est plus ce qu'elle était ... elle voudrait bien se transformer en west point ! L'Egypte est mal en point, avec beaucoup de pain sur la planche sur tous les plans ! Al-Azhar ne fera rien en Mauritanie pour la simple raison que les égyptiens sont considérés par nous autres comme de petits farceurs, des fumiers en général, des chiffonniers etc... et surtout avec une crapule comme leader les musulmans ont pitié des égyptiens !

  • mohamed hanefi (H) 26/03/2018 17:36 X

    Baakhneu!! Cinq doigts mettent ce que dix autres ne peuvent ôter. Il paraît bien que nous ne pouvons tenir par nous mêmes.

  • cccom (H) 26/03/2018 16:00 X

    Pour barrer la route au fondamentalisme, le racisme et tous les extrémismes vulgaires en Mauritanie , ce n’est Alzhar ni l’endettement par l’armement français et américain du G5 , c’est la création de génération futures mauritaniennes et dans le monde immunisées de l’ignorance par le système éducatif Cerveaux des Oasis ,intensif et gratuit créateurs de doctorants scientifiques à l’âge de 17 ans. et d’engager immédiatement une politique d’emplois qu’il revient à tous Etat et secteur privés d’engager dans le pays au lieu de se droguer à l’unanimité dans la politique politicienne.. consultez ma page facebook.com/ cheikhany. ouldsidina

  • hamadel (H) 26/03/2018 15:40 X

    CETTE Université est salafiste djihadiste c'est le contraire qui va se produire cet appel est fait sciemment par un groupuscule à Nouakchott qui chereche un sanctuaire dans notre pays l'egypte est le premiere puissance en slafisme djihadisme les preuves sont connues de tout le monde.

  • hamadel (H) 26/03/2018 15:31 X

    CETTE Université est salafiste djihadiste c'est contraire qui va se produire cet appel est fait sciemment par un groupuscule à Nouakchott qui chereche un sanctuaire dans notre pays