08-11-2018 09:54 - Décision d’attribution douteuse : Que de gabegie

Décision d’attribution douteuse : Que de gabegie

Le Calame - Le comité interministériel pour le développement des partenariats publics-privés en Mauritanie qui oriente, décide et pilote le cadre institutionnel chargé de régir les rapports entre les secteurs du public et du privé a rendu le 5 octobre 2018 au cours d’une réunion à laquelle ont assisté les ministres de l’économie et des finances,

de la justice, du pétrole, de l’équipement et des transports, des pêches et de l’économie maritime, de l’agriculture, de l’hydraulique et de l’assainissement, du directeur du cabinet du premier ministre et du président du comité technique d’appui au Partenariat public –Privé une décision d’attribution de concession portant sur le financement, la construction et l’exploitation d’un terminal à conteneurs et d’une jetée pétrolière au port autonome de Nouakchott.

Cette attribution d’une durée de 30 ans est au profit de la société ARISE- Mauritanie S.A qui va recevoir les conteneurs avec les produits pétroliers dont le représentant n’est autre que le gendre du président Mohamed Ould Abdel Aziz, Mohamed Ould Didi Ould M’Sabou qui a déjà fait parler de lui en 2012 dans le cadre de son recrutement à la SNIM par l’ancien ADG Mohamed Abdallahi Ould Oudaa avant d’être envoyé à Londres pour une bourse bien motivée de six mois.

Ould Oudaa cherchera auprès du directeur commercial et représentant de la SNIM à Paris l’ingénieur El Khaliva Ould Beyah à le faire placer à la représentation de Paris avec des conditions avantageuses.

Ce que Ould Beyah refuse expliquant que la société opérationnalise depuis quelques temps une politique d’austérité à travers le débauchage d’une partie de son personnel français pour pouvoir ouvrir une succursale en Chine et que recruter un haut responsable avec un gros salaire et de gros avantages donnerait des arguments aux avocats des travailleurs débauchés. Les tentatives entreprises par Ould Oudaa pour convaincre Ould Beyah furent complètement vaines. Alors il décide de le remplacer et de le nommer conseiller.

Vive et courageuse décision du brillant ingénieur qui démissionne avec fracas le dimanche 30 juin 2013. En juillet 2017 le sénateur Mohamed Ould Ghadda révèle l’existence d’un immeuble sis au VXI arrondissement de Paris appartenant à Esma Mint Mohamed Ould Abdel Aziz. Le site français Tel.fr a publié une copie du registre foncier montrant que ledit immeuble est bien enregistré au nom d’Esma Mint Mohamed Ould Abdel Aziz.

Avant cela en juin 2017 des sources ont évoqué la disparition de grands montants du coffre de l’ambassade de la Mauritanie en France qui auraient été transférés dans un compte privé à Paris. Selon ces sources, interrogé sur la disparition subite des fonds, le comptable El Moktar Ould Hamdi aurait répondu qu’il faut adresser la question à Esma, la fille du président Mohamed Ould Abdel Aziz.




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 3495

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • foutatoro (H) 08/11/2018 17:46 X

    Et cette incroyable boulimie des maigres ressources de l'erreur coloniale, jusqu'à quand ?

  • rimois (H) 08/11/2018 14:50 X

    Des décisions qui vont enrichir certaines personnes aujourd’hui et compromettre la survie de toute la nation. C'est dommage de voir des personne hissées en haut pour faire avancer la nation pendant le reste accepte d’être les piliers, s'enrichir de telle maniére sans scrupule ni remord ni effort rentable pour le peuple. On peut s'enrichir sans compromettre notre avenir et en meme temps servir remarquablement tout le peuple. Les ressource du pays et l'argent du pays n'appartiennent pas à une personne ni une famille, alors faites en bon usage s'il vous plait

  • ELVALLI (H) 08/11/2018 13:41 X

    La privatisation des ports africains est une exigence des institutions de Brettons Wood encore faut-il y recourir dans les règles de transparences et d’équité requises… Quant à faire une concession pour un terminal à conteneurs et une jetée portuaire destinés aux activités des compagnies pétrolières, c’est accorder le jackpot à un futur Caron qui marchera sur les cranes des Mauritaniens devenant encore plus pauvres.

  • Xallas-Thii-Lii-Xew (H) 08/11/2018 12:10 X

    Cela n’est pas nouveau, tous les mauritaniens savent que la gabegie en Mauritanie porte le label et la signature du président Aziz et pour : sa famille, ses parents et amis (es). Ceux qui ne connaissent pas comment cela marche chez Aziz ne sont pas de ce monde. Aziz n’a pas de problème pour quitter le pouvoir à la fin de son 2ème mandat, mais il a un problème de successeur qui devra lui assurer la protection de ses titres fonciers, tel que l’école de police, l’école justice, l’escadron, l’école 7 en face de la BNM, la moitié de l’stade olympique, les terrains vers le soukouk, les immeubles donnés par certains gros bonnets pour ne pas aller en prison à cause des impôts, ils préfèrent donner leur bâtiment contre un acte de vente au profit d’un membre de la famille, son receleur est fatigué de garder les biens d’autrui, ces derniers attendent son départ pour le dénoncer, la liste est très, très longue. Donc si sa fille vide les caisses d’une Ambassade en Europe ou que sa femme achète un immeuble à paris, cela n’est pas nouveau et c’est ça l’sport favoris d’Aziz et de sa famille. Vous avez entendu cheikh Ould Baya dire qu’il gagné des milliards sur la pêche avec des bateaux étrangers et que cela était un droit de faite, pas pour lui mais pour Aziz. Thiey fougnoudieum.

  • Socrateplaton (H) 08/11/2018 11:49 X

    On dirait que dans ce pays il n’y a plus d’hommes qui ont des c... . Aziz , son gendre, ses enfants, sa femme passent des marchés à travers des hommes de paille au détriment de l’Etat et ruinent le pays au vu et au su de tout le monde et personne ne bronche. Les entreprises publiques sont mises à sac . La sonimex , l’Ener ont été liquidés. La snim , Attm sont à genoux et sont potentiellement en faillite. Maintenant c’est au tour du Port qu’on asphyxie en cédant ces activités lucratives à une société étrangère qui serait représentée par le gendre du président.

  • Salem Vall (H) 08/11/2018 10:14 X

    Et ce n'est que la partie cachée de l'iceberg. Vive le President des pauvres

  • habouss (H) 08/11/2018 10:13 X

    Il faut lire et retenir cette idée ( "fatwa"), de la part de notre Alem sur Cridem, Mohamed Hanefi ,et, arrêtez de vous plaindre de Ould Abdel Aziz et de sa famille ! "Demander une égalité absolue entre un chef d’état, un directeur de banque, un chef d’état-major et la vendeuse du couscous ou le boutiquier du coin relève de l’utopie. Et Dieu l’a dit dans notre coran : « والله فضل بعضكم على بعض في الرزق ». Ce qui est sûr et certain, c’est la petitesse et l’insignifiance de tout ce monde devant Dieu, le jour de la rétribution." Donc laissez faire, fermez les yeux et bouchez vous les oreilles, le jour de la rétribution n'est pas loin, attendez juste votre mort.