10-09-2019 17:33 - Les créanciers de Cheikh Aly Ridha décident de porter plainte contre Ould Abdel Aziz

Les créanciers de Cheikh Aly Ridha décident de porter plainte contre Ould Abdel Aziz

Adrar Info - Après 22 jours de rassemblement continu devant la résidence de Cheikh Aly Ridha, ses créancières ont décidé, en concertation avec des juristes de porter plainte devant la justice, contre Cheikh Aly Ridha et l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Tous les créanciers et créancières de Cheikh Aly Ridha se sont réunis lundi dans la soirée et ont décidé à l’unanimité, de mettre fin à leur sit-in devant le domaine du cheikh, dans le quartier Teyssir, au nord de Nouakchott, et de porter l’affaire devant la justice, non sans avoir pris, au préalable, contact avec plusieurs juristes, notabilités et avocats.

Compte tenu de l’ampleur du préjudice causé à des milliers de citoyens dont la plupart sont pauvres (retraités, femmes veuves et/ou chefs de ménage), dessaisis de leur seul bien immobilier, par duperie montée par Cheikh Aly Ridha, les créanciers, qui ont tapé, en vain, toutes les portes, pour chercher à percevoir les prix de leurs maisons et terrains vendus, ont convenu d’entreprendre les procédures, pour introduire l’affaire, devant les juridictions mauritaniennes.

Et si nécessaire, disent-ils, devant les tribunaux internationaux.

Les créanciers accusent Cheikh Aly Ridha de n’avoir pas respecté ses engagements, mais aussi l’État mauritanien, au travers de l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz qui, disent-ils, a cautionné, par laisser-faire sur le territoire national, des transactions domaniales illégales commanditées et gérées, pour compte et par Cheikh Aly Ridha.

CP/Adrar.info





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2170

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • analagjar (H) 11/09/2019 00:51 X

    Ce genre d'affaire aurait du être réglé depuis longtemps au niveau de la justice car le droit est clair en matière de vente notamment immobilière. La nullité de la transaction se prononce pour cause de lésion (c'est à dire un préjudice né du déséquilibre des prestations que l'on reçoit par rapport à la valeur de celles fournies)...

  • Endosmose Fort (H) 10/09/2019 20:29 X

    Heureusement que cette affaire est dirigé par un beïdane, si un haratin ou un poulaar avait l’intelligence de faire comme cheikh Rida, il serait aujourd’hui pendu haut et court, sa famille ventilée aux quatre coins du monde, sa communauté mise au banc des accusés pour toujours, mais heureusement que le cheikh Ridah est de la famille, comme Aziz qui est partie avec nos milliards de Dollars, ils ne seront pas poursuivis ni inquiétés, ils sont de la famille et faisons peu de bruit sur cette affaire qui n’honore pas la communauté beïdane, Escroquerie à grande échelle qui cache la main de l’ancien président Aziz. Entre l’argent vidé des caisses de l’état qui devrait pousser cette même population dehors, les terrains, les écoles, le fer, l’Or, le pétrole etc. et ceux qui ont perdu leur bien, il y’a juste une maison qui doit être leur lieu de résidence à jamais et c’est la prison à vie, pour Aziz et cheikh Ridah, mais ils sont de la famille, ils ne sont pas hartins ni poulaar, pour mériter ce sort, quitte à ce que l’on perd tout ce bien pour rester fort devant les autres.

  • Marrakech (F) 10/09/2019 18:31 X

    Excellente décision, je crains, hélas, que cette affaire ne soit étouffée ! Excellente décision, je crains, hélas, que cette affaire ne soit "