08-10-2019 11:01 - Rentrée scolaire en Mauritanie: Ghazouani réaffirme sa volonté de réforme

Rentrée scolaire en Mauritanie: Ghazouani réaffirme sa volonté de réforme

RFI Afrique - En Mauritanie, ce lundi 7 octobre, c’est la rentrée scolaire. Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani a supervisé en personne la reprise des cours dans un quartier de la banlieue sud-est de Nouakchott.

Une manière de réaffirmer son projet de réforme d’une école en difficulté. Le président mauritanien a réitéré son engagement au milieu des élèves. Il entend doter la Mauritanie d’un nouveau système éducatif performant. Pour atteindre un tel objectif, le chef de l’État a lancé un appel.

« Nous devons développer ce secteur dans le cadre d'une école républicaine en tant qu'institution apte à préserver notre cohésion nationale, à donner à l'ensemble des fils du peuple l'occasion de se scolariser sans discrimination, avec justice et équité. »

Pour la concrétisation du projet, le ministre de l’Enseignement fondamental et de la réforme de l’éducation nationale promet de mieux gérer le personnel. « Dans le domaine de la gestion des ressources humaines, des mécanismes de contrôle seront dynamisés, les textes règlementaires relatifs aux absences et à la rationalisation de l'utilisation du personnel, appliqués. » Selon Adama Soko, 5030 diplômés au chômage seront recrutés pour renforcer le corps enseignant.

Baisse de niveau

L’école mauritanienne souffre notamment de la baisse continue du niveau des élèves. Et les raisons de cette dégradation sont simples pour Sidi Boudé, le secrétaire général du syndicat national de l’enseignement secondaire : « Nous avons des enseignants qui doivent enseigner les disciplines scientifiques en français, par exemple, et qui n’ont pas été formés en français. Nous avons des enfants non arabophones, qui apprennent l’histoire, la géographie, la philosophie, en arabe, une langue qu’ils ne comprennent pas. Donc ils n’apprennent pas du tout. »

Pour le secrétaire général du SNES, la situation de l’école et la réforme exigent la participation de tous les acteurs du système éducatif : « Pour nous, réformer l’éducation, c’est appeler les Mauritaniens aujourd’hui à s’asseoir autour d’une table et décider ce qu’ils veulent enseigner à leurs enfants - ensemble -, pour qu’on ait une charte pour l’éducation qui ne pourra plus être changée par les politiques pour tel ou tel intérêt politique. »

Dépolitiser l'enseignement

Le besoin de dépolitiser l’enseignement, c’est aussi le sentiment de la fédération des associations des parents d’élèves, comme le confirme son président Ahmed Sghair : « Toutes les réformes déjà passées dans l’enseignement ont été prises en otage par les politiciens, par la gestion politique. »

Après l’indépendance, en 1960, la Mauritanie avait un enseignement bilingue arabe français. En 1973, l’option qui a produit de bons cadres maîtrisant les deux langues a été abandonnée au profit de l’arabe seul. C’est l’une des raisons du déclin du système éducatif selon les spécialistes du secteur.

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 4
Lus : 3005

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Marrakech (F) 13/10/2019 08:20 X

    Bertrand, cessez de calomnier la langue française et de lui attribuer tous les maux dont souffre la Mauritanie. Ce n'est pas la langue qui est responsable des injustices, du traitement différencié des différents groupes qui peuplent la Mauritanie, ce sont les hommes au pouvoir depuis 40 ans !

  • Bertrand (H) 08/10/2019 17:55 X

    Oui l’arabisation n’a pas été bien faite. Mais aussi le mal vient de l’enseignement du français qui n’est pas une langue nationale ni même une langue du développement. La mauritanien n’aident arabophones fulanophone wolofohone iu sarakolephone et bee berbérophone. Enseignons nos enfant dans leurs langues : l’arabe et les autres langues nationales. Et ur es langues étrangères enseignons l’anglais et le chinois qui représentent aujrdhui et demain

  • cccom (H) 08/10/2019 13:35 X

    La Mauritanie et seule la Mauritanie dispose du systéme EDU Cerveaux Oasis de Maaden El Ervane inspiré des expériences positives asiatiques et anglo-saxon qui a prouvé sa capacité de multiplier gratuitement à Maaden El Ervane par 100 nos admis au Bac trilingue en Adrar bien que réducteur du cursus et des coûts de 3/4. . Ce systéme intensif et gratuit esr proposé aux Conseils Régionaux (Avec usage du FRD légérement amélioré) va économiser 50 milliards UM/an du Budget de l'Etat. Il peut généraliser l'enseignement gratuit dans toutes les Régions(villages quartiers urbains pauvres et riches, Edebayes...), en libérant 7 professeurs de chaque collége public du pays tout en triplant comme en juin 95 en un seul an (au lieu de 4 du collége) nos admis au B EPC pour rendre non necessaire la fuite en avant de la crise ( qui nous rend dernier du monde) par le recrutement dans le systéme actuel des 5030 enseignants annoncés de 700H/an destructeur de l'avenir de 90% de notre jeunesse.cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • mystere1 (F) 08/10/2019 11:12 X

    Parfait monsieur le président, une très bonne vision, il est en bonne voie, et nous espérons que le domaine de l’éducation soit suivi en règle strictement, c’est excellent de songer à concevoir un programme pour les écoles publiques et d’éliminer celles privées, car tous n’ont pas en même temps les mêmes moyens financiers pour leurs familles, en particulier pour leurs enfants, ces futurs espoirs doivent nécessairement être scolarisés pour le bien d’une future nation, si nous voulons que la Mauritanie avance et se développe, bravo et bonne chance Ghazwani.