29-07-2020 20:48 - L'Assemblée nationale demande la transmission des dossiers de la CEP aux instances judiciaires

L'Assemblée nationale demande la transmission des dossiers de la CEP aux instances judiciaires

AMI - L'Assemblée nationale a adopté, mercredi, une recommandation demandant la transmission des dossiers de la commission d'enquête parlementaire (CEP), qui ne relèvent pas de la compétence de la Haute Cour de justice, au ministre de la Justice, pour prendre afin que les mesures nécessaires soient mises en œuvre.

En début de séance, M. Yahya Ould Ahmed El Waghef, membre de la commission, a lu le rapport rappelant les domaines couverts par l'enquête et les différentes procédures et étapes de son déroulement.

La commission a passé en revue les différents domaines concernés par sa mission. Après analyse des faits constituant, selon elle, des violations aux procédures légales et aux règles de bonne gestion, elle a émis des observations et des conclusions.

Celles-ci portent, notamment, sur une série de propositions de mesures correctives relatives aux lois et procédures de gestion, et sur la transmission aux autorités judiciaires compétentes de certains dossiers.

Les députés ont salué le travail réalisé par la CEP, en dépit de la complexité des dossiers et des contraintes liées à la pandémie du coronavirus. Ils ont jugé le rapport soumis à leur attention professionnel et précis.

Ils ont exigé que le rapport suive son processus normal vers les instances compétentes, afin que les responsabilités des violations financières mentionnées soient clairement situées, et que des décisions appropriées soient prises.

Pour la plupart des parlementaires, il s'agit là d'une étape importante dans l'histoire de la Mauritanie. Le pays est, selon eux, à la croisée des chemins: ou nous faisons de ce rapport une occasion pour demander des comptes à propos des actes de pillage des deniers publics, sanctionner leurs auteurs, exiger la restitution des biens détournés, et éloigner de toute fonction de responsabilité ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à ces forfaits ; ou nous négligeons les conclusions et recommandations de la commission d’enquête, nous obstruons la voie à leurs aboutissements judiciaires, et nous encourageons, ce faisant, la corruption et les prévaricateurs.

Les représentants du peuple ont exigé de l’État qu’il retire immédiatement sa confiance à tous les fonctionnaires impliqués dans les violations mentionnées dans le rapport de la commission. Ils ont également souligné la nécessité de créer plusieurs commissions d'enquête parlementaire afin d’identifier les sources de corruption qui ont essaimé dans les diverses sphères économiques tout au long de l'histoire du pays.

Les députés se sont, enfin, félicité de l'atmosphère de consensus qui a régné entre les différents groupes parlementaires, majorité et opposition, ce qui a eu une influence positive sur la qualité du travail effectué par la commission d'enquête parlementaire.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1695

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • avocatgeneral (H) 29/07/2020 22:59 X

    C'est aussi la revanche des braves sénateurs qui ont été les pionniers de la lutte pour le respect des institutions de l'Etat, qui avaient montré qu'on peut bien résister à l'apprenti dictateur. A quelque chose malheur est bon, après le ratage de la transition et l'usurpation de nos votes par une bande dirigé par Ould Abdel Aziz, voici les compteurs qui sont en train d'être mis à zéro. Il ne faut jamais perdre espoir quand on sait qu'il existe encore chez des vrais patriotes UNE CERTAINE IDÉE DE LA MAURITANIE.

  • avocatgeneral (H) 29/07/2020 22:45 X

    L'indépendance des pouvoirs fait que Ould El Ghazouani doit être maintenant à l'aise après avoir instruit son ministre de la justice du traitement de ce dossier. Ce dernier doit s'assurer que cette justice n'est pas celle mise en place (qui n'était qu'une mascarade de justice) par Ould Abdel Aziz. Le président El Ghazouani peut même faire en remaniement avec le renvoie des soupçonnés ministres qui ne sont plus habilités pour diriger quoi que ça soit !

  • angenoir (H) 29/07/2020 22:05 X

    Il ne suffit pas de crier au voleur encorr faut il le sanctionner.