30-07-2020 00:00 - Boghé : Le village d’Olologa s’insurge violemment contre une attribution de terre

Boghé : Le village d’Olologa s’insurge violemment contre une attribution de terre

Terroir Journal - Localité située à une quarantaine de Kilomètres de Boghé sur la rive du fleuve, les populations d’Olologa (jeunes, vieux et femmes) sont sortis dans la journée de mardi aux environs de 15 heures pour s’opposer à ce que Ba Kalidou, l’un d’eux qualifie d’accaparement illégal du foncier du village.

Une équipe dépêchée par l’administration locale et composée du chef du service régional du bureau des affaires foncières et de quelques policiers relevant du commissariat de police de Darel Barka a débarqué dans le village pour effectuer une implantation au profit de la famille Ehel Oudaa qui dispose d’une superficie de 800 ha, nous dit-on.

Une attribution datant du temps colonial et légalisée après l’indépendance nous dit une source. Le représentant de la famille Ehel Oudaa, Cheikh Baye accompagnait l’équipe venue implanter.

L’homme avait une niveleuse sur place. Et cet engin semble avoir soulevé l’ire des villageois. L’équipe nous dit une source bien informée n’a pas eu le temps d’exécuter la moindre action. Une foule immense s’est dirigée contre l’équipe précise notre source. Une bonne partie des membres de l’équipe prend la fuite y compris deux policiers.

Ces policiers n’étaient même pas armés poursuit notre source. Le responsable du bureau des affaires foncières a subi la furie de la foule et s’en est sorti avec quelques blessures. Il ne doit son salut qu’à une femme qui l’a aidé à se réfugier dans un bâtiment en dur.

Cheikh Baye quant à lui a réussi à monter très rapidement dans sa voiture et rouler à tombeau ouvert hors du village. Les villageois nous affirme Kalidou ne resteront plus jamais les bras croisés contre de pareils agissements. Nous n’avons plus d’espaces vitaux a-t-il ajouté. Six personnes dont des notables de la localité ont été arrêtées et transférés à Aleg. L’une d’entre elle a été libérée ce mercredi rapporte une source sécuritaire.

Cette partie de l’ouest du Brakna est confronté depuis 2010 à un phénomène d’accaparement des terres (Rajii, AAAID etc). On se rappelle de l’arrestation et de l’emprisonnement en septembre 2014 pendant plusieurs semaines des paysans, Deddahi O Seyidi, Amadou Mamadou Guèye, Abdarrahmane O Seyidi, Mahmoud Alassane Dia, Djiby Hamat Sow, Brahim O Inalla, imam de Reghba.

Leur seul tort est de s’être opposé à l’accaparement de leurs terres qui restent sources de leurs vies. Que fait la police de Darel Barka à Olologa, localités distantes de plus de 30 kilomètres au moins ?

Daouda AK DIOP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2508

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • hayerim (H) 11/08/2020 09:09 X

    La terre appartient à quelqu'un qui peut prouver qu'elle lui appartient et non pas parce qu'il est là depuis quelques décennies habitant à côté. L'appartenance des terres est légiférée depuis le temps colonial et il faut en respecter les termes et ne pas céder au populisme et communautarisme, source de division, nourris par des préjugés et les mensonges. La diversion, ici, n'a pas de place: des gens du fleuve ont bien des terrs et des biens à Nkt plus que les bouhoubeïni autochtones. Alors ils devraient selon la logique des subversifs revendiquer qu'aucun du fleuve ou de l(est ou du nord ne devrait avoir droit de propriété foncière ici, sur la terre de leurs ancêtres...NON! La République, née du colonialisme, est égalitaire et fera le nécessaire pour que les lois de la légalité soient respectée: Honneur-Fraternité-Justice pour tous. Tel est le crédo pour tous.

  • Guetna (H) 30/07/2020 16:47 X

    Au dernières nouvelles, les provocateurs envisagent de creuser un canal traversant le village (passant sur quelques maisons) jusqu'au fleuve. 6 personnes dont une femme ont été arrêtées et conduit à Aleg. Que fait le maire, le chef d'arrondissement, le préfet, le maire de Darel Barka? Ou alors ils prouvent cette énième provocation de quelques faux agro business sur la région du fleuve? l'état doit prendre les choses en main, ''conseiller les provocateurs'' et éviter ainsi tout dérapage.

  • moukhabarat (F) 30/07/2020 14:17 X

    Oui à la justice mais non aux manipulations que les halpulars du Sénégal mènent sur la rive droite contre la réforme foncière mauritanienne.

  • Ould Yarg (H) 30/07/2020 10:47 X

    (***) des esclavagiste et surtout voleurs de nos terres nous les haratines et lekwars nous sommes unis dans cette manifestation; Ould Oudda nous impose meme des maires fantoches comme oumar ould Bajeyni de Dar elavia leur esclave, oui il faut dire les choses par leurs noms car la nature est tetue le pouvoir doit arreter cette expropriation de nos terres

  • lass77 (H) 30/07/2020 09:07 X

    C'est une bombe à retardement. " Une attribution datant du temps colonial et légalisée après l’indépendance " Foutaise. Voilà le porte en faux de soi-disant promotion de l'agriculture. Ceux qui s'accaparent des terres par force, par ruse au détriment des faibles auront un traitement infligeant au jugement dernier.