31-01-2011 10:59 - Ahmed Ould Bettar ferme la parenthèse politique.

Ahmed Ould Bettar ferme la parenthèse politique.

Comme tous les autres centres d’activité effervescents, la politique a aussi ses propres «boulangers » qui en vont ce qu’ils en veulent, une fois le contre-maître et ses ouvriers avaient fini l’excellent pain, dont ils n’auront en définitive que les peines de production, de l’exploitation physique, de l’exposition à la haute température et gros risques des fours à la maigre paie.

En Mauritanie, la politique politicienne reste monnaie courante. Un constat que personne ne peut contester dés lors où parfois les intellectuels et l’opinion désignent les partis politiques par les noms de leurs leaders.

C’est comme si on dit la formation de Messaoud Ould Boulkheir quand on veut évoquer l’APP ou le parti d’Ahmed Ould Daddah si on veut parler du RFD…ainsi de suite.

Mais, c’est vrai qu’à ce stade, ce sont des partis politiciens qui ont l’avantage de jouir de l’expérience et de poids politique traduit par leur forte présence dans les postes éligibles.

Tel n’est pourtant pas le cas d’autres « partillons » qui apparaissent et disparaissent au gré des circonstances comme ces capitaux qui sont en permanence à la recherche de paradis et de marchés rémunérateurs.

Des partillons, comme ces ONG, ces journalistes et ces sociétés qui n’ont de réel que le nom, pour lesquels des gens honnêtes et innocents peuvent s’investir s’ils ne sont pas trop édifiés sur leurs réalités, pour les propulser, mais qui ne savent pas le retour de l’ascenseur, d’où les démissions et les départs massifs qu’ils connaissent une fois leur vérité démasquée.

Et pour aller au vif du sujet, je parlerai du Parti de l’Alternative pour lequel Ould Bettar avait apporté beaucoup de crédibilité et de popularité dans des zones tels que le Tagant et l’Adrar où il n’avait aucune chance d’être suivi.

L’Alternative, est bien ce parti pour lequel il n’est pas passé inaperçu, en raison des fonctions qu’il y a occupé dont celles de candidat aux législatives, plus précisément à la députation au Tagant, de Représentant de cette formation à Tidjikja et enfin de Mandataire des listes auprès des autorités administratives.

Un parti duquel il allait démissionner, mais pas immédiatement, bien que cela fait 2 longues années qu’il avait gelé toute activité en son sein. Il s’agissait pour lui de temporiser pour éviter de se voir étiqueter de « coureur » derrière les formations politiques généreuses et d’être accusé d’être tombé sous la séduction de l’UPR ou de tout autre parti de la majorité.

Ceci dit, Ould Bettar a très vite constaté qu'il n y a pas de démocratie dans ces partis politiques très théoriques, bâtis sur des notions tribales, régionales ou népotistes, qui deviennent immédiatement hermétiques, une fois la phase d’éligibilité achevée, qui représente pour ces formations une période d’ouverture à l’autre pour tirer le maximum de capital humain.

L’homme qui semble aujourd’hui haïr la politique, du fait des griefs insupportables qu’elle porte à ses acteurs aux yeux de l’opinion publique, a décidé aujourd’hui, après que la situation politique ait connu un répit, du moins pour les partillons, d’annoncer sa démission de l’Alternative, indiquant qu’il ne part pas pour aller ailleurs, mais, seulement pour fermer cette triste parenthèse qui a été selon lui une école pleine d’enseignements pour ceux qui ont tentés l’expérience et qui croient que la politique est le sésame de tous les maux.

Il pense que la démocratie n'est possible que si elle dispose de véritables piliers et qu’elle dispose d’une force d’autorégulation, qui échappe à la mainmise des systèmes et des individus.

Un multipartisme qui selon selon lui doit commencer par témoigner un respect réel aux institutions démocratiques et qui doit répondre à la triptyque (pouvoir, contre-pouvoir et alternance) afin de reconstruire non pas un Etat de justice, mais un état de droit où sont respectées les libertés publiques et où la citoyenneté pleine et entière devrait remplacer tous les extrémismes qui sévissent et qui empêchent le pays d'aller en avant.

Mohamed Ould Mohamed Lemine

Commentaires : 3
Lus : 721

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • foex_good (H) 31/01/2011 17:20 X

    A l'adresse du Pseudo Tweyvenda

    "Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives." .Publié par le Webmaster du portail dans la Charte des commentaires sur Cridem.

    + de sympathie, cordialement!

  • mdmdlemine (H) 31/01/2011 13:19 X

    Merci « tweyvenda » pour ton commentaire qui est édifiant sur la catégorie respectée d’intellectuels dont tu fais partie.

    On est convaincu qu’on ne peut pas satisfaire tous les lecteurs à la fois, qu’il y aurait comme dans toute existence ici bas, des mécontents, des indifférents et des admirateurs.

    Ce qui revient à dire qu’on n’écrit pas des articles pour répondre uniquement à une « soif » des internautes, mais également pour exprimer une opinion, sur à travers les colonnes de Cridem qui offre une grande tribune pour révéler la situation politique, sociale ou économique de tel ou tel comme c’est le cas de ould bettar qui avance ici les raisons de sa démission. Juste un point de vue.

    Quand à moi, je suis un journaliste, non pas parce que je l’ai voulu, mais parce que de nombreux intellectuels probes m’ont témoigné ce talent. Il me fallait juste une exception qui confirme la règle….

    Pour le portail, heureusement que c'est un portail qui dispose d'une charte qui assure sa morale et sa crédibilité. Il est ainsi ouvert à tous pour s'exprimer librement sauf à se faire des haines sans raison aucune.

    Salut…sans rancune

    Mohamed Ould Mohamed Lemine

  • tweyvenda (H) 31/01/2011 12:44 X

    c honteux de publier un tel article sans sens comme si on connait ce pauvre gestionnaire du ministere de la sante, c honteux pour ce grand site respectable intoxique tj par ce ould md lemine et ould bettar