07-08-2017 14:30 - Référendum du 05 aout : un désaveu pour Aziz

Référendum du 05 aout : un désaveu pour Aziz

L'Eveil Hebdo - Mais où sont passés tous ces milliers de Nouakchottois qui avaient « répondu à l’appel » du président le jeudi dernier ? Il s’avère que ce « rassemblement monstre » n’était en fait qu’un factice montage : fonctionnaires embrigadés de force, populations pauvres et misérables convoyées à partir des banlieues… Au finish, fiasco total.

Après le cinglant revers infligé par les sénateurs il y a 3 mois, le Président Aziz a connu le samedi 05 aout une véritable déconvenue en raison du peu d’intérêt accordé par les populations pour le scrutin électoral.

Le constat est le même à travers le pays : les bureaux de vote ont été très peu fréquentés pour ne pas dire, désertés. Est-ce sous l’effet de l’opposition dite radicale qui avait appelé au boycott et à une journée ville morte, ou plutôt l’indifférence du mauritanien lambda pour un référendum qui semble être le cadet de ses soucis.

S’il est un homme qui doit ruminer aujourd’hui sa colère après le vote pour le référendum du 05 aout dernier, il s’agit bien du Président Ould Abdel Aziz. En effet, le chef de l’Etat mauritanien avait fait de l’organisation de ce référendum une affaire personnelle.

Il faut rappeler que lors du dialogue national inclusif (octobre 2016), les points retenus pour être soumis au référendum avaient été imposés par le camp du Président au détriment de la multitude de recommandations émises par les participants.

Depuis lors, le pouvoir avait fait de l’organisation de ce référendum son cheval de bataille. Ayant la majorité dans les deux chambres du parlement mauritanien, le Président pensait que l’approbation du texte serait une simple formalité.

Ce qui fut le cas pour la chambre des députés. Mais à la surprise générale, les sénateurs rejetaient le texte, mettant Ould Abdel Aziz et son camp dans une situation inédite : contestation au sein même de son parti et renvoi pur et simple du référendum.

Il a fallu trouver un stratagème, en l’occurrence l’article 38 de la constitution pour passer en force. Ainsi contre l’avis de nombreux juristes et bien évidemment de l’opposition, le pouvoir décider de consulter le peuple le 05 aout après la première retenue, le 15 juillet.

Premier signal à l’endroit du Président, le très faible taux d’enregistrement au recensement à vocation électorale. Il a fallu repousser la date butoir d’enregistrement 2 fois et sommer tous les fonctionnaires de s’inscrire avec épouses, enfants, frères, parents, voisins…afin de grossir le pathétique chiffre de 10.000 inscrits au départ.

Deuxième signal, la campagne qui a démarré le 22 juillet n’a pas rameuté les foules comme cas lors des autres consultations électorales. A Nouakchott à part quelques tentes dissimulées à Tevragh Zeina, la campagne était d’une morosité inquiétante.

Les Nouakchottois ne semblaient pas prendre gout à la campagne et nombreux sont ceux qui ignoraient le pourquoi et le quand de ce référendum. C’est plutôt la répression exercée contre les leaders de l’opposition lors de différentes manifestations qui avaient plus d’échos.

Notons tout de même que le meeting de clôture du Président à Nouakchott a drainé beaucoup de monde amenant les éternels et invétérés laudateurs à dire que c’était une « journée historique » et que jamais une manifestation politique n’avait réuni de monde.

Mais alors où sont passés tous ces milliers de Nouakchottois qui avaient « répondu à l’appel » du président le jeudi dernier ? Il s’avère que ce « rassemblement monstre » n’était en fait qu’un factice montage : fonctionnaires embrigadés de force, populations pauvres et misérables convoyées à partir des banlieues… Au finish, fiasco total.

Ce samedi 05 aout, les bureaux de vote ont affiché vide pour la plupart dans la capitale mais également dans la quasi-totalité des villes de l’intérieur. Malgré le renfort de l’administration et des hommes d’affaires et la mise en branle de leurs moyens, le taux de participation est resté faible même dans les zones réputées proches du pouvoir.

Reste à avoir si les vrais chiffres de cette déconvenue seront publiés par la CENI ou bien si sont des chiffres « préfabriqués » comme beaucoup le redoutent qui seront présentés à l’opinion publique nationale et internationale.

Reste à savoir si cette débâcle en plus du désaveu du sénat, vont constituer une sérieuse alerte pour Président. Ould Abdel Aziz devrait comprendre que quelque chose ne tourne plus rond.

Ce peuple qu’il croyait encore à ses bottes est entrain de lui tourner le dos eu égard aux nombreuses difficultés qui l’assaille aujourd’hui. Ce référendum qui a couté la bagatelle de 6 milliards d’UM et dont le contenu est loin de convaincre, parait comme un affront pour de nombreux mauritaniens.

Par ailleurs, c’est pour le Président l’occasion de jauger ses hommes et de voir la réalité en face. Ceux qui lui assuraient un engouement populaire sans précédent doivent être dans leurs petits souliers ce matin. L’appétit et le sommeil de bien d’hommes politique vont être perturbés ces jours ci, chacun redoutant une sanction ou une mise à l’écart, connaissant le tempérament du chef.

Pour autant peut-on dire que le fisaco du 05 aout est une victoire du FNDU ? L’on pourrait répondre par l’affirmative et la négative. Il faut noter que le FNDU s’est mobilisé à l’occasion de la campagne et a essayé de faire front au pouvoir en organisant de nombreuses activités visant à faire échouer le référendum.

Et les blessures des leaders après la forte répression policière, auront été peut être un facteur en faveur de cette opposition dite radicale. En dépit du black-out des médias, le FNDU a fait mouche à Nouakchott mais aussi à Nouadhibou.

Toutefois ce relatif succès est à tempérer. Nombreux sont les mauritaniens excédés par les difficultés de la vie qui ont jugé inutiles non seulement de s’inscrire sur les fichiers électoraux mais même pour ceux inscrits, de se déplacer le samedi.

En fait, la majorité silencieuse a affiché son désintérêt pour ce référendum, envoyant par la même occasion un avertissement au Président. La question est de savoir si Ould Abdel Aziz saura l’interprété et prendre les mesures qu’il faut. Wait and see !

AOB



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 10
Lus : 3538

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (10)

  • abdou rabbany (H) 07/08/2017 18:09 X

    Oui, un désaveu pour les hommes et les femmes politiques qui ont échoué dan leur campagne électorales. Ils sont connus de tous. L région du Président a fait passer le référendum avec un taux de participation honorable. On parle de désaveu si cette région rejette le référendum.

  • abidine ahmedou (H) 07/08/2017 17:59 X

    Quel désaveu. Un excellent travail de coordination politique a été effectué à l’Inchiri durant la campagne électorale, le résultat de 66, 47 de taux de participation confirme l’engagement politique de la région et la parfaite synergie qui a marqué le travail de la coordination de la campagne et les acteurs politique de la Wilaya.

  • LE PARRAIN (H) 07/08/2017 17:50 X

    L’inchiri est la région natale du président, elle a soutenu le référendum avec 66, 47 de taux de participation. Tous les bureaux de vote ont donné des résultats favorables aux réformes proposées par le référendum Constitutionnelles. Demane, Assma, Berjeimatt, lebeidatt, Lejwad, Elweibda, Ejairinia, Aghasremett, Benechab ……….Ont été au rendez-vous. Le désaveu est dans les Wilays et département sortis avec des résultats décevants.

  • bihibihi (H) 07/08/2017 17:11 X

    Il faut lever cette confusion. Il y a désaveu dans les fiefs où les résultats de vote sont critiques. Le fief du Président Aziz est la région de l’inchiri. Le coordinateur de la Campagne a défendu, avec arguments solide, que la Mauritanie avait besoin de ces réformes constitutionnelles connues pour les plus avertis sous les appellations (Hathf –Suppression), (Tejmiae –regroupment) et (Idafa –ajout). Il a expliqué et traduit avec subtilité le message du Président de la République. Félicitations pour le président et les ressortissants de l’Inchiri pour leur excellent résultat. Avec la méthodologie de la Direction de la Campagne de l’Inchiri, le député, les maires, les fédéraux des partis, les acteurs politiques locaux concernés…… sont déjà sur cette longueur d’onde depuis le premier jour de la campagne électorale.

  • HAKUN AMATATA (F) 07/08/2017 16:33 X

    Pour les milliers de Nouakchottois demanadez à OULD JAYE le financier de la République de les faires sortir (un désaveu pour ce monsieur qui parle beaucoup). Par ailleurs, On peut parler d’un désaveu du Président si sa région avait été mal classée. Alors que ce n’est pas le cas, la région de l’inchiri a été propulsée par ses différentes composantes politiques et sociales d’une par et la sagesse de son directoire de campagne d’autre part. Cet excellent résultat est le fruit d’une coordination réfléchie et expérimentée. Tous les acteurs ont été impliqués en amont et en aval dans la campagne électorale. Cette stratégie a permis de réaliser ce record électoral au niveau de la région de l’inchiri. Le désaveu est perceptible aux départements et régions où le taux de participation est très faible… la donne politique doit changer suivant la lecture de ces résultats.

  • moulaye sidine (H) 07/08/2017 16:12 X

    je suis d'accord avec Abouth et Abidine ahmedou. Aucun désaveu pour le président, l’Inchiri a fait un très bon score, d’ailleurs parmi les meilleurs taux de participation(66,47) exprimés par les mauritaniens. Mais ce référendum est un véritable désaveu pour YAHYA OULD HADEMINE et OULD JAY. La Wilaya de Nouakchott est la dernière au niveau national en terme de taux de participation et Digueny est le dernier département du Hod Charghi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • abidine ahmedou (H) 07/08/2017 15:56 X

    Les résultats de ce référendum est un désaveu pour le premier ministre et le ministre des finances -DJIGUENI et NOUAKCHOTT- ; ils ont raté leur mission les taux de participation sont faibles au niveau des deux agglomérations. La région du Président Aziz a voté massivement pour le oui et sont taux de participation et le meilleurs au niveau national.

  • leguignolm (H) 07/08/2017 15:39 X

    Ces gens ont passé là où sont passées les fausses promesses!

  • a.bennan (H) 07/08/2017 15:37 X

    Les caisses ont parlées et ont le dernier mot...le reste n'est que Bla bla bla.Passons a autres choses.

  • abouth (H) 07/08/2017 15:31 X

    Un taux de participation de plus de 53% et une victoire sans appel du "oui", vous appelez ça "désaveu"; un tel "désaveuA", tous les hommes politiques rêvent de l'essuyer un jour!! Quant aux "boycottistes" invétérés, ils peuvent toujours jaser, mais la roue a tourné à leur détriment; le peuple les a désavoués...