13-02-2019 07:00 - Kadiata Malick Diallo doit naître

Kadiata Malick Diallo doit naître

Les Mauritanies - Frantz Fanon a dit que «chaque génération doit, dans une relative opacité, trouver sa mission, la remplir ou la trahir ». De la forêt de leaders politiques qui dirige la vie politique actuelle de la Mauritanie, Kadiata Malick Diallo en est certainement le caïlcédrat royal.

Rompu aux joutes oratoires, KMD dépasse ses collègues de loin, de par son rôle constant de député au service du peuple, de tous les peuples, des arabes comme des négro-africains. Si l’Union des Forces de Progrès (UFP) existe encore, dans le combat historique pour l’égalité en Mauritanie, c’est certainement grâce à cette femme née dans les faubourgs de M’bout et qui, depuis les années de lycée, dénonce les injustices.

Cette constance explique pourquoi à l’heure où les partis dits négro-africains (si tant est ce que cette appellation limitative a un sens) essayent de se grouper pour, ensemble, présenter une plateforme revendicative sur la question brûlante de la cohabitation nationale, le problème persistant des langues nationales et le scandale de l’esclavage et de ses séquelles, des voix et non des moindres appelle KMD a (enfin) oser assumer son destin.

À quelques mois des présidentielles, celle sur qui les espoirs devraient être rapportés doit obligatoirement et sans tarder choisir entre la fidélité à Mohamed Maouloud et le rendez-vous avec le peuple mauritanien.

Être fidèle à un leader politique, partisan du consensus mou ou, au contraire, reprendre l’étendard d’un peuple négro-africain à la dérive et le conduire vers la terre promise. KMD est, autant à le dire, dans un dilemme: rester la négro-africaine qui ne dérange personne, confortablement assise derrière son leader en attendant une hypothétique reconnaissance ou bousculer les hiérarchies sociales qui veulent qu’un parti comme l’UFP, le RFD ou l’UPR,d’obédience nationale, ne doit être dirigé (à moins d’une coïncidence qui perdure) que par des maures, les négro-africains servant de supplétifs.

KMD a la responsabilité historique de rompre avec ce carcan.

L’amazone doit embrasser son destin national en allant à la rencontre des vrais progressistes, arabes, berbères, nègros, métis harratines, bambara ou encore poulaar. Oui, il est temps de rompre avec le mauritano-nassérisme lequel est bien différent du nassérisme de Gamal Abdel Nasser.

Si KMD accepte d’assumer son destin, son premier geste sera de redonner vie à l’aile progressiste de l’UFP pour la fusionner avec un Biram Ould Abeid dans une plateforme dite de la Mauritanie nouvelle qui comprendrait en son sein les phares de la liberté que sont Fatimata Mint Mokhtar et Me Fatimata Mbaye.

Parmi ces personnalités, citons deux hommes qui se sont dressés contre l’arbitraire durant les années de braise. Il s’agit de Ibrahima Sarr Mokhtar, AJD/MR et de Samba Thiam, leader des Forces progressistes pour le changement (FPC).

Ces deux leaders sincères et constants dans leur vision d’une Mauritanie nouvelle se sont certainement rendus compte de la nécessité de faire partir d’une grande plateforme regroupant toutes les mauritaniens pour un nouveau départ.

Il est clair que la tâche de KMD ne sera pas facile car elle traîne deux handicaps: être femme et être noir. L’histoire nous enseigne qu’aucune montagne n’est insurmontable. KMD doit, si elle veut faire partie de ces grandes personnalités dont on se rappellera encore longtemps, briser ses chaînes, vaincre le fatalisme, et toiser son destin de leader. Nous ne voudrions pas être à sa place.

Ibrahima Dia





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 4111

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Kouleyb (H) 13/02/2019 19:34 X

    Il faut espérer que l’auteur de l’article, Ibrahima DIA, ne soit pas chimiste. Car la ‘recette’ qu’il propose, peut constituer un mélange particulièrement explosif. Heureusement que le ‘catalyseur’ qu’il suggère ne réagit pas à n’importe quel système de mise à feu. En effet, mettre ensemble tout ce que la communauté Négro-Africaine compte d’aigris et de ‘desesperados’, y ajouter tout le poids des IRA’s, de Mauritanie d’ailleurs, en sous-poudrant le tout d’une pincée de ‘femmes-révoltées’, où l’on compte, quand même, une Bidhaniya, n’est pas de nature à séduire, et encore moins, à rassurer tous électeurs soucieux de l’unité et de la cohésion nationales. Par ailleurs, et sur un plan purement électoral, un tel attelage, fort de la tête de liste que l’article suggère, peut constituer une véritable menace pour tous les autres candidats, y compris l’élu d’avance. Heureusement que la vision de M. Ibrahima DIA n’engage que lui et qu’elle n’a été revendiquée par aucune formation, ou personnalité, politique.

  • leguignolm (H) 13/02/2019 14:13 X

    Montesquieu, tu es là !

  • bleil (H) 13/02/2019 12:48 X

    UNE GRANDE DAME... plus d'hommes, ni de dames qui possèdent son calibre oratoire et ses facultés de compréhension de l'Etat de délabrement du pays ! c'est de l'acier trempé du même genre que la Mauritanie a cruellement besoin pour réhabiliter et développer ses institutions pour la bonne gouvernance.

  • mine-you (H) 13/02/2019 12:18 X

    Cette sortie de mon Mr Dia semble être, plus celui d'un novice en politique, ignorant les tenants et les aboutissants. Elle est plutôt une incitation à un suicide politique (par ignorance). L’intéressée mieux avertie ne fera probablement pas la même appréciation vous de la situation politique.

  • hadhad (H) 13/02/2019 10:15 X

    Cette femme fait fausse route à l'UFP...Son discours extrémiste et sectaire ne peut rtouver d'écho qu'ailleurs. Cette femme peulh des environs de M'Bout ne trouve pas d'audience au niveau de la communauté négro-mauritanienne sédentaire du fleuve,que son activisme dérange ...