30-11-2020 07:45 - Sahara occidental: scènes de vie sur la route de la Mauritanie

Sahara occidental: scènes de vie sur la route de la Mauritanie

TV5 MONDE - Trois motels, trois cafés, deux stations-services, trois épiceries et un coiffeur...

Dans le hameau poussiéreux de Guerguerat, à l'extrême sud du Sahara occidental, toute la vie tourne autour de la frontière avec la Mauritanie, sur la seule route reliant le Maroc et l'Afrique de l'Ouest. "Il n'y a rien d'autre ici", souligne l'épicier le plus prospère de Guerguerat, le Marocain Aziz Boulidane.

Cet homme entreprenant a aménagé une petite terrasse devant sa boutique pour servir des cafés aux routiers et aux voyageurs de passage, à proximité de la douane marocaine qui contrôle les poids-lourds en transit.

C'est ce point frontalier, situé au coeur d'une zone désertique aride et caillouteuse, proche du littoral atlantique, qui a récemment cristallisé les tensions entre le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, nouvel épisode d'un long conflit sur le devenir de l'ancienne colonie espagnole du Sahara occidental.

L'armée marocaine s'est déployée le 13 novembre dans la zone-tampon contrôlée par l'ONU pour "sécuriser" un passage crucial pour le commerce. Un groupe de militants indépendantistes sahraouis bloquaient depuis environ trois semaines la route construite, selon eux, en violation de l'accord de cessez-le-feu de 1991 signé sous l'égide de l'ONU après 15 ans de combat.

Depuis, le Maroc a conforté ses positions sur le terrain en protégeant le passage par un mur de sable surveillé par les militaires et en terrassant le dernier tronçon de route qui se réduit à un entrelacs de pistes de sable.

L'opération a été menée "dans l'intérêt de l'Afrique, du Maroc et des pays du Nord", a assuré le Premier ministre marocain, Saad-Eddine El Othmani, qui s'est rendu sur place pour la première fois vendredi, en même temps qu'une délégation d'hommes politiques.

- "Porte sur l'Afrique" -

"Le poste-frontière a un important poids économique et génère d'importants revenus", explique El Fekir Khattat, un élu municipal qui décrit fièrement sa région comme "la porte du Maroc sur l'Afrique".

L'intervention de l'armée marocaine "va renforcer l'attractivité économique", dit-il.

L'élu table sur la construction de deux zones industrielles "pour valoriser l'activité commerciale" générée par la route et pour "créer de l'emploi" dans cette région désertique et peu peuplée.

Rabat a déjà mené plusieurs grands chantiers dans ce territoire riche en eaux poissonneuses et en gisements de phosphate.

Le Front Polisario, lui, dénonce "le pillage des ressources naturelles appartenant au peuple sahraoui".

C'est en 2017, année de la réintégration du Maroc dans l'Union africaine, que le roi Mohamed VI débloque sept milliards d'euros d'investissements pour transformer cette partie du Sahara en "hub économique".

Deux des projets, représentant chacun une enveloppe de près d'un milliard d'euros, concernent l'aménagement d'une "voie express" nord-sud sur un millier de km et la transformation du port de Dakhla en "hub maritime régional", pour desservir le nord du Maroc, les ports de l'ouest africain et les Canaries.

- "Point stratégique"-

Daouda Sene, le gérant de l'hôtel Barbas, le plus vieil établissement de la région de Guerguerat, se flatte de travailler dans "un point stratégique sur le plan international".

"C'est par là que passent tous les Européens et tous les Africains qui veulent partir en Afrique de l'Ouest", souligne le Sénégalais de 46 ans, qui a été recruté il y a quelques mois pour "améliorer l'image et le niveau" du motel, situé à Bir Gandouz, à 80 km au nord de la frontière.

En temps normal, son établissement accueille "toutes les nationalités": Maliens, Sénégalais, Ivoiriens, Mauritaniens, Gambiens, Marocains, pour ce qui concerne le transport et le commerce; Français, Espagnols, Portugais ou Chinois pour les voyages de loisirs, le tourisme ou la pêche.

Mais ces derniers mois, l'activité a pâti de la fermeture des frontières liée à la pandémie de Covid-19, puis des blocages du Front Polisario sur la route.

"Avant, l'hôtel marchait bien, mais le chiffre d'affaires a baissé", regrette le gérant.

Il reste cependant persuadé que le bourg de Bir Gandouz, qui compte actuellement un millier d'âmes, deviendra un jour un grand centre touristique et commercial, "plus grand que le port de Dakhla".

Actuellement, quelque 200 camions empruntent quotidiennement la "Nationale 1" que traversent parfois des dromadaires élevés librement dans le désert.

Par Fadel SENNA, Hicham RAFIH

AFP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2949

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Rachid ELAÏDI (H) 30/11/2020 15:06 X

    Nous sommes dans une logique de guerre. Le Polisario est parfaitement conscient mais la Mauritanie non ; car Rabat finira par nier les accords de Nouadhibo de 1969, et exigerait à ce que Nouakchott soit sous les ordres administratifs de Rabat. À Rabat ,la tension politique comme jadis dans les années soixante , demande que l’armée marocaine puisse s’étaler à Nouakchott comme territoire marocain, me semble-t-il. Car cette guerre remettrait les pendules à l’heure et tout trafic doit passer par autorisation de Rabat , j’insinue quelque soit le pouvoir à Rabat ; il s’agit d’une question de tout un peuple qui est de plus en plus affamé à cause des faux calculs stratégique de l’époque ‘’donnant-donnant’’ ,or le Maroc n’a rien gagné depuis si ce n’est une situation plus catastrophique économiquement parlant,et le citoyen marocain , me semble-t-il veut cette guerre ; il suffit de voir qu’il existe plus de 100;000 jeunes soit la moitié de tout l’effectif militaire algérien,à l’age du service qui n’ont pas été accepté car l’armée marocaine n’a pas les moyens de les insérer dans les casernes...