13-01-2021 18:00 - Près de 2 mois de salaires, une gratification de la SNIM à ses employés

Près de 2 mois de salaires, une gratification de la SNIM à ses employés

Sahara Médias - La société nationale industrielle et minière (SNIM) a octroyé à ses employés un salaire supplémentaire et 80% d’un autre salaire ce mois de janvier. Cette information a été communiquée aux délégués des travailleurs à Zouerate par le directeur des usines « Guelb El Ghein ».

Selon le correspondant de Sahara Medias à Zouerate la direction de la société s’est déclarée disposée à rencontrer les délégués du personnel avant la prochaine réunion du conseil d’administration de la société en avril prochain afin d’écouter leurs doléances.

Les délégués du personnel ont chargé le directeur du siège d’exploitation à Zouerate d’une requête verbale selon laquelle les travailleurs sollicitaient une aide lors du mois de janvier.






Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1356

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • activiobservat (H) 13/01/2021 21:12 X

    C’est le blanchissement de l’affaire de la dernière décennie qui continue. Cela a le vent en poupe, du moins jusqu’à présent. Toutes ces actions publicitaires pour la gestion de la SNIM sont une manière pour le Président Ghazouani de nous faire accepter que son prédécesseur ne doit pas être poursuivi en justice pour la gabegie de la décennie précédente. Ce Mocatar Ould Diah à la SNIM est l’un des symboles de cette gabegie de la décennie précédente, et on nous le présente maintenant comme si il améliore la situation de la SNIM qui était le théâtre des vols et escroqueries de la de la décennie précédente, et alors, on doit oublier les poursuites judiciaires de la décennie précédente et laisser le Président Ghazouani tranquille, lui donner la paix, car il a des craintes terribles et un embarras qui l’habitent. Il a gardé cette peur de son prédécesseur depuis qu’il le servait comme Chef d’Etat-major. Cette même peur l’avait poussé à bien garder le pouvoir pour son prédécesseur au moment où ce dernier était longuement hospitalisé. La même peur l’avait obligé d’accepter d’être candidat à la présidence en 2019, à la demande de son prédécesseur. La même peur l’oblige maintenant à faire passer le temps pour retarder les poursuites des personnes impliquées dans l’affaire de la dernière décennie. Une demande pressante et croissante d’une certaine opinion publique nationale et internationale au Président Ghazouani pour qu’il cesse de faire passer le temps pour retarder ces poursuites. Cette pression continue malgré les distributions des milliards aux populations face au coronavirus, mais aussi pour calmer cette demande pressante de cesser de faire passer le temps pour retarder les poursuites et récupérer les biens publics détournés dont la valeur est sans précédent dans l’histoire du pays et de la sous-région ouest africaine.

  • Omnisportdieng (H) 13/01/2021 20:48 X

    Voilà le malheur de cette société là communication à outrance. Sa consœur kinross offre des gratifications 5 fois supérieures sans tintamare . Alors qu'ici ce qu'ils oublient de préciser est que 0.80 de ces 1,8 est un cumul d'arriérés de prime de production, donc un droit . Tout un cirque pour si peu.