22-07-2021 00:05 - Interdiction de la prière d’El Id : Pourquoi avons-nous été une exception ?

Interdiction de la prière d’El Id : Pourquoi avons-nous été une exception ?

Le Calame - Les autorités nationales ont interdit la prière de Id Al Adha sur toute l’étendue du territoire national, cela en accord avec l’association des Oulémas de Mauritanie.

Ce faisant, notre pays aura été presque la seule exception dans les pays musulmans à priver les mauritaniens de cette Sunna. Le but était disait-on de prévenir l’expansion de la COVID 19. Une posture incompréhensible dans la mesure où les autres pays musulmans où celle-ci fait des ravages, comme le Sénégal et la Tunisie n’ont pas recouru à cette mesure pour lutter contre cette pandémie mondiale.

Incompréhensible encore parce qu’à la veille de la fête, on a permis à de nombreux citoyens de prendre d’assaut les grands marchés pour faire des achats et les gares routières pour voyager à l’intérieur ou hors du pays.

Sans aucun respect de mesures barrières. En outre, il est aisé de constater un relâchement total dans l’administration et les structures de santé. Le port du masque et le lavage des mains ont presque disparu de nos structures de santé, de notre administration et des centres commerciaux.

Il s’y ajoute que les fidèles continuent à prier dans les mosquées sans distanciation sociale et sans masque. Autre source d’inquiétude, des rassemblements à l’occasion des cérémonies de mariage très nombreux pendant l’été. Tous ces faits et gestes se passent en plein jour. Enfin, on peut ajouter que les forces de l’ordre censés faire respecter le couvre-feu ont la main molle devant les citoyens qui l’enfreignent.

Dans les différents quartiers, les citoyens continuent à se promener et à circuler à bord des voitures, comme si de rien n’était. Bon nombre de citoyens continuent à considérer que la COVID est une pure invention. Dès lors, empêcher les citoyens d’accomplir la prière d’El Id paraît quelque peu maladroit. La caution de l’association des oulémas de Mauritanie laisse perplexe et bon nombre de mauritaniens sont restés dubitatifs.

Cette situation intervient au moment où les autorités lancent une campagne de sensibilisation contre la COVID dont les chiffres de contaminations ne cessent d’inquiéter chaque jour quand ils tombent dans l’après-midi.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2216

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Bertrand (H) 23/07/2021 22:50 X

    C'est pathétique, chaque fois qu'une mouche s'envole on pense au relève miracle concocté dans les laboratoires de satan, chez les nations gay, interdire la prière, disloquer la famille, empêcher un musulman de laisser pousser sa barbe ou une femme de cacher les parties intimes de son corps. Les pays pauvres au sens moral font des recettes avec ce genre d'interdits. Pourtant les marchés et les transports publics et les fêtes tout était reste ouvert. Mais un jour, auteurs et complices payerons, y compris les complices par omission.

  • Salem Vall (H) 22/07/2021 14:58 X

    On aurait pu, avant d’interdire la prière à Ibn Abass qui est un grand espace ouvert, fermer les restaurants (petit espace et fermé), les cérémonies de mariage, le couvre-feu (le ramener à 20h, par exemple), réglementer le transport urbain et interurbain (des véhicules surchargés: problèmes de distanciation sociale, pas de masque et à la place des chauffeurs, des écervelés qui pensent que la conduite se résume à forcer le passage et celui qui passe le premier est ke meilleur en faisant fi des feux de signalisation, des panneaux…et cela malgré nos « misgarous » qui, il est temps qu’ils deviennent « mikbarous »

  • hamaodo (H) 22/07/2021 11:59 X

    peut être y'a d'autres raisons cachées? comme le cas au mali?

  • Belphegor (H) 22/07/2021 03:52 X

    En ce qui concerne cette mesure on ne peut que s'en prendre à nous même dans le sens où très peu de fidèles respectent vraiment les gestes barrières dans nos mosquées sans oublier les inconscients qui font du zèle dans le mauvais sens en dénonçant la distanciation pour encourager les fidèles qui la respectent scrupuleusement à prier en rang resserrés comme avant la pandémie donc il sera très difficile de contenir le Covid avec de telles mentalités et comportements.