27-07-2021 01:30 - Niger: 14 civils tués dans une attaque près de la frontière malienne

Niger: 14 civils tués dans une attaque près de la frontière malienne

Le Figaro - Quatorze personnes ont été tuées dimanche au Niger dans une attaque à Banibangou (ouest), près de la frontière avec le Mali, une région où les civils sont régulièrement la cible de djihadistes présumés, a annoncé lundi soir le gouvernement nigérien.

«Cette attaque qui a ciblé des populations civiles fait état de quatorze morts dont neuf dans un champ, trois dans le dit village et deux sur leur chemin de retour (des champs). Un blessé a été évacué à l'hôpital de Niamey», a précisé le ministère nigérien de l'Intérieur dans un communiqué lu à la radio publique.

Selon le ministère, l'attaque menée par «des individus non encore identifiés, armés, à moto» a visé dimanche «aux environs de 15h00 (14h00 GMT)» le village de Wiyé, situé dans la commune de Banibangou, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière du Mali.

«Des mesures sécuritaires et sanitaires sont renforcées dans la zone» et «une enquête est ouverte» pour «retrouver et traduire devant les tribunaux compétents les auteurs de ces attaques lâches et barbares», a ajouté le ministère.

Banibangou est une commune de la région de Tillabéri, dans la zone dite des «trois frontières» entre Niger, Burkina Faso et Mali, théâtre depuis des années d'actions sanglantes de groupes djihadistes liés à Al Qaïda et à l'Etat islamique (EI). Dans cette commune, des djihadistes présumés avaient attaqué mi-mars des véhicules qui rentraient du grand marché hebdomadaire et ciblé un village, tuant 66 personnes, selon un bilan officiel. Le 24 juin, dix-neuf personnes ont été tuées lors d'attaques contre des villages dans Tondikiwindi, une commune voisine de Banibangou.

Le territoire de cette commune rurale de Tondikiwindi avait aussi été la cible en janvier d'attaques particulièrement meurtrières sur les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadereye, au cours desquelles 100 civils avaient été tués par des hommes armés venus à moto qui avaient fui vers le Mali voisin.

La région de Tillabéri demeure instable malgré d'importants efforts pour tenter de la sécuriser. Un contingent de 1200 soldats de l'armée tchadienne, réputée la plus aguerrie de la région, a été déployé dans la zone des trois frontières, dans le cadre de la force multinationale antidjihadiste du «G5 Sahel» regroupant cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad).

Par Le Figaro avec AFP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 583

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Bertrand (H) 27/07/2021 07:40 X

    La France,la France, la France et l'occident sont à l'origine de ces guerres civiles et fratricides. Elle véhicule la logique selon laquelle toute personne ou groupe ayant des réclamations de justice sociale doit être considéré comme jihadiste et terroriste et qu'il faut lui faire la chasse. Le défaut de discussion abouti à faire empirer la situation. Si l'occident et ses agents de dictateurs africains avaient des choses à proposer, les effectifs de ces mouvements qu'ils qualifient de terroristes diminueraient ou disparaîtraient définitivement. Alors que nous assistons à l'inverse.