08-01-2022 00:31 - La justice mauritanienne accepte de relâcher l'ex-président Aziz après son opération

La justice mauritanienne accepte de relâcher l'ex-président Aziz après son opération

VOA Afrique - La justice mauritanienne a accepté vendredi pour des raisons de santé de relâcher sous contrôle judiciaire l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz, tombé en disgrâce et incarcéré depuis plusieurs mois dans un dossier de corruption présumée, a annoncé le ministère de la Justice.

Mohamed Ould Abdel Aziz, 65 ans, avait été hospitalisé fin décembre pour des soins urgents après un malaise, selon ses avocats. Il a subi le 1er janvier, avec succès selon l'hôpital, une intervention cardiaque visant à élargir les vaisseaux et favoriser la circulation du sang.

Les médecins qui le suivent ont préconisé, dans un rapport, "un mode de vie tranquille et exempt de toute forme d'anxiété et de pression psychologique", dit le ministère dans un communiqué.

Le parquet a demandé en conséquence qu'il soit relâché et les juges en charge de l'enquête ont accepté qu'il soit placé sous contrôle judiciaire et médical à son domicile, a rapporté le ministère.

Ce dernier a assuré que M. Aziz, qui a dirigé la Mauritanie de 2008 à 2019, avait bénéficié de bonnes conditions de détention, d'une réponse "rapide et efficace" des services de l'Etat à la dégradation de sa santé et d'une "prise en charge médicale de haut niveau".

L’ex-chef d’État a été inculpé en mars 2021 pour corruption, blanchiment d’argent, enrichissement illicite, dilapidation de biens publics, octroi d’avantages indus et obstruction au déroulement de la justice.

Il a été placé en détention en juin pour non-respect des mesures de son contrôle judiciaire et trouble à l’ordre public.

La justice avait été saisie en août 2020 du rapport d'une commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur des faits présumés de corruption et de détournement de fonds publics pendant les plus de 10 années de pouvoir de M. Aziz.

La commission s'est penchée sur plusieurs aspects: gestion des revenus pétroliers, vente de domaines de l'Etat, liquidation d'une société publique assurant l'approvisionnement du pays en denrées alimentaires, activités d'une société chinoise de pêche...

L'ex-président, qui crie au "règlement de comptes", a toujours refusé de parler au juge d'instruction. Il s'estime protégé par l'immunité que lui confère, selon lui, la Constitution.

AFP




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : VOA Afrique
Commentaires : 2
Lus : 3603

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • quiproquo (H) 08/01/2022 13:26 X

    La justice divine éternelle t'attend dans deux ANS (2 ANS), veuillez noter cette information .

  • Leslumières (H) 08/01/2022 08:41 X

    La justice mauritanienne à libérer une moitié de personne, démunie, malade et sans aucune force de quoi que ce soit, Aziz a subit des opérations qui vont l’handicapé en plus de sa morale affaiblit, le clou est le fait qu’il doit rester chez lui sous contrôle judiciaire, il doit signer sur le registre chaque deux jours avec les témoins, les conditions de sa libération ne sont pas mieux qu’il reste en prison, Aziz a perdu tous les biens qu’il avait pris, ceux qui sont formés a Aleg les semaines passés pour la gestion s’occupent de tout cela, la parole d’Aziz contre celui de Ghazouani, Aziz est encore plus dangereux aujourd’hui et si un jugement n’est pas venu mettre fin à la situation, le pouvoir de Ghazouani va basculer vers Aziz, les renseignements comme les hommes de tenues cherchent a se racheter envers lui, ils savent que Ghazouani ne réglera pas la situation du pays et il est guidé par des ouailles. Certains pensent qu’Aziz doit reprendre le pouvoir.