21-09-2022 17:36 - La condamnation du maire de Dakar à deux ans de prison, dont six mois ferme, confirmée en appel

La condamnation du maire de Dakar à deux ans de prison, dont six mois ferme, confirmée en appel

France24 - La justice sénégalaise a confirmé, mercredi, la condamnation du maire de Dakar à deux ans de prison, dont six mois ferme, après son jugement en appel pour la mort d'un homme tué par balle en 2011 dans un contexte de violences politiques.

Barthélémy Dias fera-t-il un pourvoi en cassation ? La justice sénégalaise a confirmé, mercredi 21 septembre, la condamnation du maire de Dakar à deux ans de prison – dont six mois ferme – après son jugement en appel pour la mort d'un homme tué par balle en 2011. Le tribunal "confirme le jugement dans toutes ses dispositions, déboute la partie civile dans toutes ses demandes".

Barthélémy Dias, farouche opposant au pouvoir, est devenu maire de Dakar en février pour le compte d'une coalition nationale conduite par Ousmane Sonko, prétendant déclaré à la présidentielle de 2024.

De nombreux policiers et gendarmes avaient pris position dans et autour du palais. Des véhicules anti-émeutes ont été disposés à différents carrefours de la capitale.

L'édile, élu également député lors des législatives de fin juillet, n'a cessé de crier au procès politique.

"L'implication majeure, c'est que son mandat de maire n'est pas menacé", a affirmé son avocat, Me Demba Ciré Bathily. Concernant son mandat de parlementaire, "les implications ne sont pas à l'ordre du jour parce que la décision n'est pas définitive". Son avocat a dit qu'il allait conseiller à son client d'introduire un pourvoi en cassation.

Une première condamnation en 2017 pour ces faits

Son procès en appel avait été reporté à de multiples reprises ces dernières années avant de se tenir le 2 mars.

Le parquet général y avait requis cinq ans de prison ferme, une peine qui aurait interrompu la carrière de Barthélémy Dias, âgé de 46 ans. Jugé avec une douzaine d'autres à l'époque, il avait été condamné en 2017 à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour "coup mortel" porté en 2011 à Ndiaga Diouf, un lutteur décrit par l'opposition comme un nervi du régime.

Ndiaga Diouf avait été abattu par balle lors de l'assaut donné à la mairie de Mermoz Sacré-Cœur, une des communes constituant la capitale et dont Barthélémy Dias était alors maire, par de supposés sympathisants du Parti démocratique sénégalais, au pouvoir.

Les violences s'étaient produites dans un contexte de contestation grandissante contre une candidature du président sortant Abdoulaye Wade à un troisième mandat en 2012.

Avec AFP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : France24
Commentaires : 1
Lus : 3061

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 22/09/2022 10:49 X

    C'est le fatal Barth Dias, le bad men sénégalo-capverdien, avec cette arrestation, Macky, doit s'attendre, à d'autres foudres de violences, de l'opposition, de passage, parlant d'opposition, et avec le nouveau remaniement, on remarque le mutisme du leader terrible Sonko, ainsi, regardera t-il, comme cela, sans rien faire, ni défendre, son compère politicien Barthélémy ! bonne chance Macky, que Dieu l'Aide, à terminer, son 2ème mandat, dans l'équilibre, patience peuple frères sénégalais, vous le regretterez un jour, en disant que "Hakké Macky Sall, nous a frappé, pardonne nous, on regrette !", à force de gueuler, de vouloir que son exellence, dégage !, ces gens le regretterons un jour, s'il part, car un autre dirigeant, plus terrible, viendra, et c'est là, qu'ils verront, ce qu'est l’endurance bonne chance monsieur le président Sall, on ne sait pas si cette arrestation contre Dias, est à sa place, mais une chose, est certaine, c'est qu'il est comme un scorpion qui pique, pique, pique, ou un chien enragé, faisant beaucoup de bruit, afin de perturber, ainsi, est ce que arrêter ce terrible, est utile, afin, qu'il ne perturbe pas la stabilité quotidienne de la scène politique du pouvoir !, bref, une autre façon, de le neutraliser, un peu, en cellule, d'ici, les futurs élections de 2024, dans un futur proche !