31-12-2022 01:51 - Plus d’un milliard d’ouguiyas pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la ville de Boghé

Plus d’un milliard d’ouguiyas pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la ville de Boghé

Sahara Médias - Le président mauritanien Mohamed O. Cheikh El Ghazouani a inauguré vendredi à Boghé un système d’approvisionnement en eau potable de cette ville grâce au traitement des eaux du fleuve.

Ce système est composé d’une station pour le traitement et de filtration des eaux du fleuve à raison de 210 M3/heure, une ligne électrique d’une puissance de 250KV, deux stations de pompage qui cumulent 280 M3/heure, des réserves de 500 M3 chacune et un réseau de canalisation long de 4 kilomètres et d’un diamètre de 400 mm.

Articles similaires Ce projet, qui va assurer les besoins de cette ville en eau potable, coûtera 1.200.000.000 MRO au budget de l’état.

Dans son discours à cette occasion, le ministre mauritanien de l’hydraulique et de l’assainissement, Sidi Mohamed O. Taleb Amar a dit que ce projet, financé sur le budget de l’état, va renforcer la production de l’eau dans la ville de Boghé, la disponibilisation de l’eau potable en quantité suffisante pour les habitants de Boghé, félicitant pour l’occasion l’armée nationale, représentée par le génie militaire pour son travail et sa détermination à exécuter ce projet conformément aux caractéristiques techniques demandées.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 11185

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Buwuelm (H) 31/12/2022 03:43 X

    OK, j’ai divisé 1.200.000.000 par 10. Je trouve 120 millions et c’est la somme réelle en OUGUIYAS. Excusez-moi, mais je suis obligé de dire que je mets un terme aux rares visites que je réservais aux sites de l’Agence Mauritanienne d’Information et de Sahara Médias. Un des titres de ce dernier, est le suivant : « milliard 200 millions d'onces pour 1 alimenter Boki en eau potable du fleuve ». Tant que l’orientation de la section, qui est de droite à gauche (format arabe) n’est pas modifiée, la place des mots en français sera toujours perturbée. Leurs versions en français sont repoussantes, et la version arabe, je la leur laisse aussi. Leurs gestionnaires doivent comprendre, une fois pour toutes, que le mot « ONCES » est relatif au poids, et pas à la devise. Ensuite, la danse des mots est perceptible dans tous leurs textes. Il faut tout le temps, chercher à replacer certains termes, pour pouvoir comprendre le sens des messages. Cette fois-ci, le comble est que, les rédacteurs (francophones ?) n’ont même pas daigné écrire « BOGHÉ », un nom largement répandu. Ils lui ont préféré BOKI, à résonance plus arabisée. Alors même que la lettre « G » n’existe pas en arabe, ils ont opté pour un « K », considéré assimilé. Un grand merci à CRIDEM, pour avoir vu juste et rectifié.