20-04-2023 12:51 - Les auteurs des deux derniers meurtres commis à Nouakchott arrêtés par la police

Les auteurs des deux derniers meurtres commis à Nouakchott arrêtés par la police

Sahara Médias - La police mauritanienne a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi l’arrestation des auteurs des deux meurtres commis à Nouakchott, le premier mardi à Dar Naïm et le second tôt mercredi près de la maison des jeunes dans le quartier du Ksar.

Dans un communiqué qu’elle a publié, la police a précisé qu’une équipe de recherche a arrêté l’auteur du meurtre du citoyen Naji O. Abdalla, commis mardi soir près de l’ancienne maison des jeunes.

L’auteur du meurtre a reconnu les faits et a précisé qu’il avait poignardé sa victime après une dispute et que celle-ci a été transportée à l’hôpital national où elle est décédée.

Dans le même contexte la police a annoncé l’arrestation mardi d’une bande criminelle à l’origine du meurtre Didi O. Mohamed O. Mahah, dans le quartier Dar Esselama, moughata de Dar Naïm.

Cette bande, composée de trois éléments dont deux mineurs, a reconnu les faits et précisé qu’ils ont poignardé la victime et pris son téléphone.

Le communiqué de la police fait également le bilan des derniers jours dont le démantèlement de trois bandes criminelles dans le quartier d’El Mina qui s’adonnaient aux cambriolages, aux vols et aux menaces à l’arme blanche.

Le commissariat des mineurs en conflit avec la loi a arrêté lui aussi deux gangs criminels pour les mêmes pratiques.

La police a demandé à tous les citoyens de collaborer avec elle et de l’informer de tout cas suspect qui menacerait la sécurité et l’ordre publics en téléphonant au numéro 117.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 3802

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Buwuelm (H) 20/04/2023 22:07 X

    Nouakchott pullule de voyous, et il est inadmissible que des personnes meurent dans les rues, pour avoir rencontré des meurtriers qui n’ont aucun respect pour la vie humaine. Je suis tout à fait d’accord que les populations signalent aux forces de défense et de sécurité, tout individu au comportement suspect, ou dénoncent les détenteurs d’armes blanches, qui n’hésitent pas à brandir leur arsenal à la moindre altercation, suite à des tentatives de dépouiller les victimes de leurs biens. Ces bandits « aguerris par le temps », grouillent dans les principales artères de la capitale, facilement reconnaissables à leurs attitudes. Ils considèrent le séjour carcéral de deux ou trois mois, comme un moment de repos et de méditation pour leurs prochaines aventures agressives. Je comprends aussi la réticence des éventuels dénonciateurs, qui considèrent qu’il n’est pas nécessaire de faire arrêter un malfrat, pour le revoir trois mois après, en balade nocturne libre, au milieu de ceux-là mêmes qui l’avaient dénoncé, et exposant ces derniers aux mêmes risques d’être agressés, pour un oui ou un non. Seule une répression dissuasive peut venir à bout de ces « monstres errants ». Je crois qu’il va falloir leur construire un « Alcatraz du désert », une prison qui sera édifiée à l’extrême Nord-Est, au centre d’un cercle de cent kilomètres de rayon. La chaleur autour de l’édifice, remplacera les caïmans de l’île américaine.