09-05-2023 17:11 - Ould Daddah : « Mouhsin El Haj m’a menacé en me disant que si je ne laisse pas Kalpataru tranquille, Aziz va m’emprisonner »

Ould Daddah : « Mouhsin El Haj m’a menacé en me disant que si je ne laisse pas Kalpataru tranquille, Aziz va m’emprisonner »

Shems Maarif - A l’ouverture de l’audience le juge a demandé à l’homme d’affaires Souleymane Ould Daddah de se présenter devant le tribunal.

Il a été interrogé sur une société indienne. En 2011 il a dit que le FADES avait décidé de financer un projet d’électrification de Nouadhibou. En 2013 un avis d’appel d’offre a été lancé par le SOMELEC et qu’il s’est intéressé à ce sujet, il a pris contact avec deux sociétés l’une saoudienne et l’autre indienne.

Les deux sociétés ont coopère dans ce cadre et ont été représentés par sa société à lui. Une caution de plus de 14 millions de dollars a été déposée par la société. Il a déclaré avoir remarqué plus tard que la société saoudienne était plus intéressée par le gain qu’autre chose. Finalement les 2 sociétés n’ont pas pu s’entendre.

La société saoudienne s’est débarrassée de l’indienne Kalpataru et a tenté de la remplacé par une société marocaine ou une autre espagnole. Mais la coopération entre les sociétés a fait long feu.

Au bout d’un certain temps la Somelec a liquidé la caution bancaire. La société indienne s’est retrouvée seule face à ses ennuis car c’est elle qui avait déposé la caution. Ould Daddah a déclaré qu’au bout d’un moment la société indienne Kalpataru a intenté une action en justice. Souleymane Ould Daddah a souligné qu’il s’est engagé dans ans cette affaire devant la justice. En fin de compte après de nombreuses tentatives un accord a été trouvé entre les parties.

Quelques mois plus tard il a dit avoir remarqué que des négociations ont été nouées entre Kalpataru et la Somelec. Après avoir constaté que ses ex partenaires avaient une attitude suspecte à son égard Ould Daddah sa mené des investigations. Il a appris que les indiens se rendaient régulièrement dans une maison à Tevragh Zeina. Il saura plus tard que Ould Msabou l’époux de Asma Abdel Aziz y habitaient.

Il a appris plus tard qu’un contrat a été signé entre la Somelec et la société indienne. Ould Daddah a dit qu’il avait contacté l’un de ses amis influent auprès de Mohcen el Haj ancien président du Sénat. En concertation avec son ami il a décidé de porter plainte contre la société indienne. Un courrier a été envoyé à la sociét indienne qui a refusé de le réceptionner. Il l’a renvoyé par DHL et il dira qu’il a été conctaté par Mouhcen Ould Haj qui lui a dit de cesser « les harcellemnts » à l’encontre de Kalpataru sinon il sera envoyé en prison par Mohamed Abdel Aziz. Le juge lui a demandé s’il a cru à cette menace et s’il lavait prise au sérieux «. « Bien sur » a-t-il répondu et toute la salle a éclaté de rire.

Maitre Moulaye Ely avocat de Aziz a pris la parole et a demandé si Ould Daddah peut témoigner devant la justice que le contrat entre les partenaires et la Somelec. Ce dernier a reconnu que les choses s’étaient passées dans l’ordre.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 4000

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)