10-05-2023 14:55 - Aziz : « Je n’ai jamais menacé ould Daddah, si Mohcen parlait des projets de l’Etat, il le faisait à mon insu »

Aziz : « Je n’ai jamais menacé ould Daddah, si Mohcen parlait des projets de l’Etat, il le faisait à mon insu »

Shems Maarif - Jour 17 du procès de la décennie : les audience du 17 éme jour ont débuté vers 10 heures 10 mn. Le président annonce à la cour que le tribunal va entendre le nommé Mouhiddine. Ce dernier s’est présenté devant le tribunal portant un boubou bleu et un turban noué sur la tète à la façon des prédicateurs.

Le président lui demande de l’ôter s’il n y voyait pas d’inconvénient. Mouhidine s’exécute. Il s’est présenté comme Mouhidine Ahmed Salem Bouh natif de 1971 à Aioune Sahra

Le juge s’est adressé à lui en ces termes : «Le tribunal vous a convoqué pour entendre votre témoignage sur certains faits, notamment la construction du nouvel aéroport de Nouakchott.Comment vous avez convaincu l’état sur ce projet ?

Nous avons discuté de ce projets avec des hommes d’affaires émiratis et ce sont eux qui ont eu l’idée parce que l’ancien aéroport était au centre de la ville et le terrain sur lequel il était battu pouvait être utile à des projets vitaux pour le pays. L’idée pour nous était de faire le marché par troc qui est une méthode vieille comme l’humanité.

Nous avons contacté l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz à ce sujet. Il nous a mis en contact avec les ministres de l’Economie et des Transports de l’époque, nous avons entamé des négociations avec eux et signé un protocole d’accord préliminaire afin de finaliser les plans et mobiliser les financements.

Après 6 mois, nous leur avons remis les plans préliminaires et signé un partenariat avec le groupe Abdullah Ould Noueigued , pour constituer la société MCR présidée par Ahmed Salek Ould Mohamed Leminen ould bouh-Bouh, qui en détient possède 65 %, et le groupe Noueigued qui en détient 35 %.

Il a poursuivi qu’il a été convenu avec l’État d’échanger une partie du terrain de l’ancien aéroport, qui fait un peu plus de 300 hectares, et 153 hectares dans la zone des Sukuk, et nous avons mené des conseils juridiques sur l’échange, ce qui a confirmé pour nous que c’est légal.

Nous avons réalisé les études à travers des bureaux américains, européens, tunisiens et locaux, au cours desquels plus de 15 dessins et dossiers ont été préparés, et le coût total de la construction de l’aéroport était d’environ 400 millions de dollars.

Le juge a demandé au témoin quels sont les problèmes que la société a rencontrés au cours de la construction de l’aéroport.

Le témoin a répondu que le l’état n’avait tenu ses engagements il a cité à titre d’exemple, la fourniture d’électricité, qui n’a été disponibilisée que peu de temps avant la fin du projet. , le retard des bureaux de contrôle pendant qui durent parfois 6 à 7 mois, ainsi que le transport de l’eau via des citernes jusqu’au chantier.

Selon lui le plus dur était , la concurrence de l’état , car en cette période l’Etat avait vendu les terrains des blocs, des écoles, le siège du GEES, et le quartier général de la fanfare militaire et ce au même moment ou nous démarrions notre chantier.

Certains de nos partenaires ont estimé qu’il fallait mettre dans le contrat une clause que qui oblige l’état à ne pas vendrait terrain pendant une période de 3 ans. Nous avons donc connu une vraie crise de liquidité .

Certains de nos partenaires nous demandé de nous retirer. Nous avons eu recours à des banques locales, mais elles ne voulaient pas traiter avec nous, alors nous nous sommes tournés vers des institutions internationales telles que le Fonds arabe koweïtien pour le développement, qui a été contacté par le ministère des Finances, mais il n’a pas répondu, nous avons donc été confrontés avec deux possibilités : soit arrêter le projet, soit l’Etat nous garantit le montant sous forme de prêt auprès de la SNIM.

Le juge l’a interrogé sur la tentative d’exploitation ou de vente de la mine de Fdérick par l’intermédiaire d’investisseurs qu’il a amenés, et il a répondu que cette mine était inexploitée depuis 30 ans.

C’est une mine riche et c’est la première mine exploitée par Miferma . En 2010-2011 nous avons essayé de voir ce projet avec la direction de la SNIM, et ils nous ont informés que l’entreprise allait l’exploiter, en 2019 .

Nous avons travaillé avec des partenaires australiens sur une mine au Sénégal et signé un protocole d’accord avec le directeur de la SNIM concernant l’exploitation de la mine en échange de redevances, mais le conseil d’administration n’a pas accordé cela et l’affaire s’est terminée là.

Le juge l’a interrogé sur sa concession ou sa promesse de céder des terrains à l’un des proches de l’ancien président, et il a répondu que la concession fait partie d’un deal qui a eu lieu entre Top Technologie et la TDM, 20 hectares avec des subventions nous ont été accordées dans le cadre du nouvel accord aéroportuaire près du centre de Centre émetteur, mais nous ne l’avons pas reçu en raison de la présence des antennes de radiodiffusion de la société de radiodiffusion sur ces terrains , donc un accord a été signé avec Top Technology pour le céder en échange d’une partie du terrain cela n’a rien à voir avec l’accord de l’aéroport.

Au cours de ses réponses aux questions du ministère public et des parties, il a confirmé que ses relations avec Cheikh Ridha remonte à 200 ans, il a souligné que c’est lui qui a refusé d’arrêter le projet de construction de l’aéroport lorsque ce projet a vacillé par crainte pour sa réputation et par respect de ses obligations avant d’ajouter que l’aéroport a été complété avec des spécifications internationales, puisqu’il comprend une piste pouvant recevoir l’Airbus A380, le plus gros avion du monde, avant de soumettre au tribunal les documents du projet d’aéroport et de ses accessoires, dont le prêt SNIM, une attention de service fait pour la remise définitive de l’aéroport.

L’audience a été suspendue entre 12h20 et 13h20 avant que les juges n’entrent à nouveau et le président du tribunal a ouvrel’audience .

« Au cours de votre mandat de Président de la République, des travaux ont été réalisés à l’intérieur de votre résidence privée au PK 75 sur la route Nouakchott-Akjoujt avec de l’argent public, dont une somme d’argent que le Conseil d’Administration de la SNIM avait donné à l’état pour le soutenir à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance. Qu’en est il » a demandé le juge à l’ancien président.

L’ancien président a répondu : » Premièrement, je rappelle mon attachement à l’article 93. Deuxièmement, je continue de croire à l’incompétence de la Cour de me juger . Troisièmement, je rappelle que seule la Haute cour de Justice peut me juger pour des accusations de haute trahison.

Il y a eu des travaux et réfections qui ont été faits à mon insu et sans aucune demande de ma part, et je n’en avais parlé à aucun responsable ou ministre, et je défie quiconque de prouver le contraire. Ce dont vous parlez, c’est un projet de piscine recouverte de bois et d’un réservoir d’eau, et il a été facturé 250 millions d’UM, et celui qui l’a fait il l’a fait pour des raisons personnelles, et une enquête doit être ouverte à ce sujet pour situer les responsabilités .

Le juge l’a interrompu pour lui dire que le ministère de l’environnement lui avait attribué la propriété d’une grande cour qu’il avait réservée à l’élevage.

L’ancien président a répondu qu’il a un document pour cette concession et date de 2006.

– Le juge lui a dit qu’il y’a une société chinoise qui s’appelle Joy Solar qui a bénéficié d’un deal pour électrifier les avenues de Nouakchott par l’énergie solaire. L’ancien président a répondu: « Il y a une entreprise qui a importé des lampadaires d’éclairage solaire en 2016 via un appel d’offres lancé par Somelec.

Il y a 7 Espagnols, Portugais, Français, Autrichiens, Belges et Des entreprises britanniques qui ont participé à cet appel d’offres, voici le dossier d’appel d’offres et ses résultats, et Joy Solar l’a remporté car son offre s’élevait à 4 970 000 dollars, suivie d’une entreprise qui a déposé une offre de 6 millions d’euros, on vous a présentée le procès-verbal signé par le directeur de la Somelec et les six membres du comité qui ont l’opération le projet a été achevé et mis en œuvre.

Je vous présente cette lettre datée du 30 janvier 2013, dans laquelle le Ministre du Pétrole demande le versement d’un acompte de 30% à Joy Solar Company, par dérogation au Code des Transactions. Je ne suis pas intervenu dans cette transaction la voie était éclairée avant le sommet arabe.

– Le juge lui a dit: «; hier, vous avez écouté la déposition du témoin Suleiman Daddah sur l’attribution d’un marché à la société indienne Kalpataru, quel est votre commentaire ? » L’ancien président a répondu : « Il y a des courtiers mauritaniens qui sont intervenus jusqu’à créer un problème entre les Saoudiens et les Indiens, dont un parlementaire, un sénateur et un directeur de banque. J’ai dit aux Indiens qu’ils devaient arrêter la corruption.

En fait, je les ai menacés parce que c’était dans l’intérêt supérieur de l’état . Le projet s’est finalement concrétisé et avec des spécifications techniques correctes et l’État a économisé 35 millions de dollars qui seraient allés dans les poches des particuliers, et nous avons ensuite obtenu le financement de la ligne électrique entre Nouakchott et Zouerate. Je rejette fermement ce que le témoin a dit hier à savoir que je l’ai menacé. Si son ami, l’ancien président du Sénat Mohsen Ould Hajj, l’avait menacé, je n’en ai aucune connaissance, car je n’ai pas parlé avec Mohsen de projets, et s’il s’en mêlait, il le faisait à mon insu.

– Le juge lui a dit « Monsieur Mohamed, nous continuons avec vous à propos de l’accusation d’octroi de concessions injustifiées, qu’en est-il de la vente de la mine de Fdérik ? » L’ancien président a répondu : « La vente de la mine Fdérik est semblable à ce qu’il y a dans ce dossier politique malveillant qui me vise personnellement.

Et cela n’a aucun fondement. » » La mine n’a pas été vendue, mais il y a eu des investisseurs qui ont déposé un projet de partenariat, et ce n’est pas le premier du genre, il a été procédé par d’autres tentatives il s’agissait juste de la possibilité d’exploiter une mine qui n’a pas été exploité depuis 1983 et difficile à exploiter.

Le directeur général de l’entreprise à l’époque m’a dit que c’était une bonne proposition et qu’il en discuterait avec des investisseurs afin de créer des opportunités d’emploi et de créer une concurrence qui pousserait la SNIM acheminer et exploiter le port et le train qui était exploité à 30%, comme il me l’a dit Au bout d’un moment, il m’a informé qu’il les avait rencontrés, avec son conseiller juridique et un autre directeur, à la SNIM Je pense et leur ai donné des prix et un délai de 15 ou 30 jours et rien ne s’est passé finalement. Mais savez-vous que la SNIM allait être vendue directement en 2008 à une société indienne et que les procédures étaient avancées.

Ould Abdel Aziz est longuement revenu sur le recrutement de l’un de ces proches à la Snim il a dit qu’il n’a jamais appris cela puis il a entonné . « J’ai passé 21 ans à la présidence, et rien ne se passait sans que je le voie, et aucun journal ne passait sans que je le lise, et j’étais touché par la réalité du pays, qui était pauvre et dans une situation difficile.

En 2004, il y a eu une deuxième tentative de coup d’État, et après l’attaque de Maghaiti, nous avons dû emprunter 10 camions à une entreprise et prêter des pneus pour les voitures de l’armée. Après ces tentatives de coup d’État, nous craignions qu’un coup d’État vienne d’une personne inconsciente , comme cela s’est produit lors de l’attentat raciste de 1989, et que nous entrons dans une situation intenable qui pourrait être très dangereuse pour le pays .

Lors la période « démocratique » avec l’élection d’un président les mêmes personnes étaient de retour. Je suis entré chez le président Sidi , après une visite à Tokyo, et il m’a demandé mon opinion sur le gouvernement, et je lui ai dit il ne vous manquait que Muawiya !

Les terroristes semaient la terreur à Nouakchott, et les officiers et les militaires faisaient leurs propres affaires et je me souviens que certains d’entre eux vendaient de la viande à Toujounine, pendant que ce groupe essayait de détruire l’armée. En août 2008, le changement a eu lieu, et la Mauritanie est devenue un pays, et la renaissance a commencé.

Dans le secteur de la santé, par exemple ; Nous n’avions qu’un scanner cassé avec trois barrettes. Diplomatiquement, nous sommes devenus un pays qui reconnu , accueille des sommets et participe au règlement des différends internationaux. Nous sommes intervenus pour la première fois en Côte d’Ivoire en 2010 et en Centrafrique et au Soudan à travers l’armée et la gendarmerie.

Cela n’aurait pas arrivé si le président avait été un passeur d’or et de devises. Vous savez qu’un député français m’a décrit comme le plus grand trafiquant de drogue de Mauritanie et a dit plus tard qu’il ne savait pas où se trouvait la Mauritanie, mais il a dit cela parce qu’il était payé par un homme d’affaires qui se spécialise dans la contrebande et les types de crime.

La réalité, ce sont les routes, les installations et l’eau qui sont une bénédiction. Je montre et me souviens de ma première visite dans le triangle de la pauvreté avant la construction de la route lorsque les gens portaient des bouteilles d’eau vides et cherchaient de l’eau, et J’ai demandé au ministre pourquoi l’eau ne leur est pas fournie, pourquoi ne pas exploiter les 750 millions de mètres cubes d’eau disponibles depuis les années 80 pour arroser le triangle de l’espoir et ordonné de résoudre le problème.

Je me souviens du projet d’approvisionnement en eau d’Aleg -Mukta Lahjar alors que le régime avant moi attendait 15 millions d’euros de l’Espagne pour financer la pose des canalisations, et lors de ma visite en France les Espagnols m’ont demandé de leur rendre visite à mon retour, et J’ai rencontré le Premier ministre espagnol et je lui ai demandé si vous aviez un financement pour un projet en Mauritanie avec 15 millions d’euros pour l’eau Il m’a dit : « Nous étudions encore ce projet. »

Dès mon retour, j’ai convoqué le chef d’état-major de l’armée et lui a ordonné de démarrer le projet avec génie militaire je n’ai pas attendu les promesses des Espagnols.

Et le génie militaire à cette époque n’était pas en mesure de faire quoi que ce soit. Il y avait aussi un projet de construction d’un canal d’irrigation d’une longueur de 45 km, où il y avait un différend entre les agriculteurs et l’un d’eux a refusé de construire un canal. J’ai donc ordonné la construction d’un canal par la SNAAT, une société nationale. Ce sont des modèles réels et réalistes qui montrent ce qui a été réalisé a conclu Ould Abdel Aziz

©Sid_El_Moctar_Sidi traduction Shemsmaarif .info




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 6725

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)