05-10-2023 22:30 - Au Burkina Faso, Ibrahim Traoré fait le ménage dans l’armée

Au Burkina Faso, Ibrahim Traoré fait le ménage dans l’armée

Jeune Afrique - Une semaine après l’annonce de la mise en échec d’une tentative de coup d’État, le président de la transition a suspendu huit officiers et limogé le chef d’état-major de la gendarmerie nationale.

Les sanctions sont vite tombées. Une semaine après avoir affirmé qu’il avait déjoué une tentative de coup d’État, le capitaine Ibrahim Traoré a suspendu, le 4 octobre, huit officiers qu’il soupçonne d’avoir comploté contre lui.

Une décision concomitante au limogeage, pour les mêmes raisons, du lieutenant-colonel Evrard Somda, le chef d’état-major de la gendarmerie nationale.

Sans surprise, les quatre gradés interpellés le 27 septembre font partie des officiers suspendus. Il s’agit du commandant Abdoul Aziz Aouoba, qui dirigeait le Commandement des opérations spéciales (COS), du lieutenant-colonel Boubacar Keïta, directeur de l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC), du lieutenant-colonel Cheick Hamza Ouattara, commandant de la légion spéciale de la gendarmerie nationale, et du capitaine Christophe Maïga, commandant adjoint de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale (Usign).

Trois officiers en fuite

Le commandant de gendarmerie Cheick Omar Ouédraogo qui, selon nos informations, s’est lui-même rendu à la justice militaire, est également visé par cette mesure.

Trois autres officiers suspendus, eux, sont considérés comme étant « en fuite » et les autorités de transition burkinabè les recherchent toujours activement : le lieutenant-colonel Roméo Ouoba, figure respectée et appréciée des forces spéciales, et les commandants Sékou Ouédraogo et Mahamadi Belem, membres de l’Agence nationale de renseignement (ANR).

La suspension de ces huit officiers est une mesure administrative conservatoire qui devra être définitivement tranchée par le ministère des Armées dans un délai de quatre mois. Une décision contestée

Ce grand ménage initié par Ibrahim Traoré n’est évidemment pas du goût de tous dans une armée déjà sous tension, en particulier au sein des forces spéciales et de la gendarmerie nationale, où certains ne goûtent guère le traitement infligé par les autorités de transition à leurs chefs.

Depuis le 27 septembre, le capitaine Traoré, qui a renforcé le dispositif de sécurité autour de la présidence, garde aussi un œil vigilant sur les camps Paspanga (qui abrite la gendarmerie nationale, à Ouagadougou) et Kamboinsin (où sont cantonnées les forces spéciales, dans les faubourgs nord-ouest de la capitale).

Le 25 septembre, le gouvernement burkinabè avait annoncé la suspension de « tous les supports de diffusion » de Jeune Afrique après la publication d’articles faisant état de tensions au sein de l’armée.

Par Benjamin Roger




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 0
Lus : 1806

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)