20-10-2023 21:51 - Le rapport de la Cour des Comptes fait état de «failles et dysfonctionnements» au niveau des institutions visitées

Le rapport de la Cour des Comptes fait état de «failles et dysfonctionnements» au niveau des institutions visitées

Sahara Médias - La cour des comptes a publié ce vendredi son rapport sur les opérations de contrôles effectuées au cours des trois années 2019, 2020 et 2021, faisant état de « failles et de dysfonctionnements ayant affecté la transparence et les capacités dans la gestion des deniers publics ».

Ce rapport de 250 pages a été publié après avoir été remis au président de la république Mohamed O. Cheikh El Ghazouani par le président de la cour, comme le prévoit la loi mauritanienne.

Les équipes de la cour des comptes a effectué des contrôles dans certaines institutions dont le ministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, le ministère de l’environnement et du développement durable, le fonds spécial pour la solidarité sociale et la lutte contre la pandémie du corona virus et le bureau des douanes chargé des conteneurs au port autonome de Nouakchott.

Cette opération a concerné également le contrôle des opérations de l’agence nationale du registre de la population et des titres sécurisés en sa qualité d’établissement public à caractère administratif.

Le rapport ajoute que les missions de contrôle se sont rendues dans au commissariat à la sécurité alimentaire, la société nationale d’électricité (SOMELEC) la société nationale pour l’aménagement agricole et des travaux et la société nationale des forages et des puits, projet Dhar.

La conclusion de ce rapport fait état d’observations dont la plus importante est l’existence de dysfonctionnements fondamentaux dans les systèmes des contrôles internes dans les institutions visitées.

Ces insuffisances, selon le rapport, concerne le cumul entre des fonctions contradictoires, l’inaction des commissions intérieures des marchés, les inspections et les directions chargées des contrôles et de l’audit interne, la faiblesse des systèmes de coordination et de suivi.

Il y a également un vide dans les textes juridiques et organisationnels, la faiblesse des systèmes comptables, la gestion des hydrocarbures et les magasins, l’absence de justificatifs et de procédures et leur mise à jour, des insuffisances au niveau du système des données et l’inactivation des structures organisationnelles.

La cour a conclu que « ces lacunes portent atteinte à la transparence et à l’efficacité de la gestion des fonds publics », notant dans le même contexte qu’« il existe de nombreuses violations des lois et règlements régissant la disposition des deniers publics »

Elle a cité comme exemples de ces violations, ce qu’elle a qualifié de « l’irrespect du système de passation des marchés publics, notamment en ce qui concerne le recours à la concurrence, le respect des cahiers des charges, l’application des pénalités de retard, l’exigence de garanties et le respect des délais contractuels ».

La cour des comptes a relevé l’octroi de dons en l’absence de bases juridiques, l’utilisation illégale des véhicules de projets et l’imputation sur les projets de charges qui n’ont rien à voir avec l’objectif pour lequel ils ont été créés.

Elle a lié cet agissement à ce qu’elle a appelé un élargissement dans le concept de l’appui institutionnel figurant sur le budget du projet et qui est réservé à l’autorité de tutelle.

Pour la cour des comptes ces dysfonctionnements constatés font craindre un irrespect par les institutions soumises au contrôle des principes fondamentaux d’intégrité et de responsabilité dans la gestion des ressources publiques.

Dès l’arrivée au pouvoir en 2019 du président Ghazouani, la cour des comptes avait publié les rapports de la cour des comptes gardés secrets pendant dix ans.

Ces derniers temps, bon nombre d’activistes dans les rangs de l’opposition avaient réclamé la publication des rapports de la cour des comptes pour 2019, 2020 et 2021.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 5029

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)