04-01-2024 18:10 - Regroupement HADAD, des populations déplacées et abandonnées

Regroupement HADAD, des populations déplacées et abandonnées

Le Courrier du Nord - Plusieurs localités aux alentours de ATEF et de HADAD, près de la ville de Maghama au Gorgol, ont été déplacées vers une zone dite de « regroupement », dans le sillage de la politique initiée par l’ancien régime de Mohamed Abdel Aziz, et qui a vu naître des cités comme Nbeiket Lehwach au Hodh Charghi, Termesse au Hodh Gharbi et Bourate au Brakna dans la zone de Maale. Mais depuis 2017, date de leur installation, les populations de HADAD ont été abandonnées à leur sort.

Située à 40 kilomètres de Maghama, sur la route vers Kaédi, apparaît le regroupement de HADAD. A l’Ouest, se tient en sentinelle, une montagne ocre qui semble surveiller les alentours.

Quelques baraques dépenaillées, des tentes, et plusieurs infrastructures publiques, se dressent, dispersés, sur un espace couvert d’arbustes et de végétaux.

Négligés pour raisons politiques

Mohamed Mahmoud Ould Amar Sidi, chef du campement, pense que c’est pour des raisons politiques que le regroupement vit dans cet oubli de la part des autorités. « Depuis que nous nous sommes installés ici, vers l’année 2017, nous sommes abandonnés à notre sort » affirme-t-il. Une équipe de l’ONG « Action contre la faim » était à son domicile, certainement dans le cadre d’un des nombreux projets qu’elle mène dans leurs zones d’intervention.

La joie dans l’insouciance

Chez Ehel Mahmoud, quelques tentes plus loin, les relents d’un mariage célébré la veille, ne se sont pas encore dissipés. Les femmes portent encore reluisantes leurs mains badigeonnées de henné. Les restes de toilettes toutes féminines, avec tresses et cheveux hérissés à l’afro portés sur des voiles bigarrés, témoignent de la sulfureuse nuit passée au son des tam-tam et des youyous accompagnant les pas des danseurs.

Des services pas encore au top

Dans ces lieux, inaugurés en 2022 par le Ministre de l’Habitat et le Wali du Gorgol, se tient plusieurs infrastructures, une école, une très belle mosquée aux trois tourelles, un centre de santé, un marché, un parc pour animaux réalisé par le projet PRAPS-2, un château d’eau. Mais les services restent très en deçà de ce qu’espéraient les habitants, comme en témoigne, Amar Ould Hbib, un jeune enseignant de Mahadra.

« La mosquée n’est pas équipée. Le sol est encore nu et il n’y a ni muezzin ni imam officiellement installé. On se demande ce que fait le ministère des Affaires islamiques car on ne comprend pas qu’on puisse dépenser plusieurs millions pour construire une mosquée et la délaisser » se plaint-il.

La même complainte est lancée par Marième Mint Mohamed, arc-boutée sur un plan dans un jardin où elle commence à peine à piquer quelques plantes, en compagnie d’autres femmes formées en coopérative. Ses deux enfants sont inscrits à l’école où le système multigrade est de rigueur. « Nous avions trois enseignants, mais il n’en reste plus que deux, ce qui est insuffisant pour les effectifs » précise-t-elle.

Même insuffisance en personnel de santé, dans un centre où n’opère qu’un infirmier d’état. Pour les accouchements, les femmes vont à Maghama, ou traversent le fleuve pour se rendre dans les localités frontalières au Sénégal.

Le réseau mobile mais aussi la connexion Internet sont faibles. « Le réseau sénégalais est plus fort et interfère avec le réseau national » tente d’expliquer un jeune bédouin.

Sans électricité, les habitants sont obligés de taper la distance qui les sépare de Maghama, ville la plus proche. L’accès à l’eau est difficile et n’est pas à la portée des habitants dont l’écrasante majorité continuent de pratiquer le nomadisme.

Difficile accès à l’eau

« Il faut payer 20.000 ouguiyas anciennes pour s’abonner à l’eau et payer 300 anciennes ouguiyas par tonne. Ce qui est trop cher pour des populations aussi démunies » explique Mohamed Mahmoud Ould Amar Sidi.

Selon lui, les gens viennent de localités autour de ATEF, Lemleizim, Hadad, Robeyna, Bir Ghaba, Atef, entre autres. Là-bas, ils disposaient de tout le nécessaire, une école et un poste de santé. Tout a été fermé par l’Etat pour les obliger à venir ici, dans ce regroupement. « Si la situation d’abandon des populations du regroupement persiste, beaucoup de gens risquent de quitter les lieux et regagner leurs anciens habitats » prévient-il.

Entre la mosquée et le dispensaire, s’alignent quatre logements de moyen standing. Tous fermés. Ils sont destinés à des fonctionnaires qui semblent ne pas avoir encore rejoint leur poste. L’unique marché, construit dans un style modeste n’attire pas encore de la clientèle. Seules quelques vendeuses recluses derrière de modestes attendent encore d’hypothétiques clients, alors que le soleil du mois de décembre, sensé marqué le pic de l’hiver, tape sur les têtes comme en plein été.

Les habitants du regroupement HADAD gardent encore l’espoir d’un changement dans leurs conditions de vie, car pour eux, il est impossible que tant d’efforts entrepris pour un si vaste déplacement et tout cet argent dépensé en infrastructures, le soient pour rien.

Les regroupements sont vitaux

Pour de nombreux acteurs de développement, les regroupements jusque-là expérimentés et qui ont permis l’émergence de véritables cités (Nbeiket Lehouach, Termesse, Bourat), sont importants pour plusieurs raisons. Ils permettent de mettre fin à la sédentarisation anarchique et à l’Etat d’économiser son budget qui ne peut pas fournir les services de base à chaque petit hameau parmi les milliers qui sont éparpillés sur le territoire.

Cela permet aussi de préserver l’environnement. Et c’est le cas du regroupement HADAD dont l’écosystème est considéré comme l’un des meilleurs du pays. Les éleveurs de toutes les régions de Mauritanie affluent à une certaine période de l’année dans la zone de ATEF, d’où l’initiative prise par le PRAPS d’y construire un puits pastoral qui permet d’abreuver les milliers de tête de bétail qui convergent vers les lieux.

Les hameaux qui s’y étaient installés et qui ont été déplacés étaient de véritables prédateurs de la nature. L’Etat en prenant la décision de construire des cités champignons en faisant se regrouper des dizaines de localités autour d’un espace doté de toutes les infrastructures de base (école, dispensaire, mosquée, marché, etc.) doit, aux yeux des observateurs, rendre effectif l’offre de services et non pas abandonner les populations une fois qu’il les a fait déguerpir de leur zone traditionnelle d’habitat.

Cheikh Aïdara
Maghama





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 7780

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)