28-02-2024 07:00 - Formation professionnelle : Quand bénéficierons-nous de ce pilier de développement ?

Formation professionnelle : Quand bénéficierons-nous de ce pilier de développement ?

Le Calame - Je me vois encore une fois obligé d'élever la voix pour alerter combien notre pays est encore très loin de bénéficier des piliers les plus importants des approches de développement que sont la formation professionnelle en général et celle spécialisée en particulier.

La formation professionnelle en général est un pôle de développement indépendant, elle constitue en fait le courant principal du développement. En bref, elle prépare le potentiel humain et lui donne les moyens nécessaires à sa réussite.

Cela dit, l’esprit réel de la formation professionnelle n’est pas seulement la fondation d’institutions mais plutôt la vision organisatrice et l’esprit de gestion qui doivent se concentrer sur de multiples voies, notamment la taille des catégories éligibles à la formation ; les opportunités et domaines pouvant être instaurés, ainsi que la prospective et la planification du développement économique.

Capacités financières réduites

Je peux dire que les nombreuses expériences de formation professionnelle dans notre pays étaient en dessous de l'horizon disponible et de la satisfaction des besoins, ainsi, bien sûr, de ce qu’il était possible d’attendre de leurs résultats, compte-tenu des capacités financières allouées à ce secteur.

L'improvisation, l'indifférence et le faible suivi sont toujours un facteur fondamental d'affaiblissement des approches qualitatives annoncées et mises en œuvre par l'État. Il dispose pourtant d'argent public qui peut accomplir plusieurs fois ce que les pays du voisinage et de l'environnement régional ont accompli.

Nous sommes aujourd'hui confrontés à deux variables très importantes que nous devons réévaluer pour orienter la politique de formation professionnelle. Il s’agit tout d’abord de la situation migratoire douloureuse de la jeunesse mauritanienne, ballottée par les mers et les forêts des États-Unis ou les jungles du Mexique, fuyant, en quête de travail, un pays qui possède pourtant tant de richesses, d’opportunités et de perspectives qui peuvent le transformer en un pôle de développement sur le Continent.

La seconde concerne les opportunités et les grandes perspectives économiques que nous ouvrira l'exploitation du gaz. Si sa première étape est une étape d'exportation, on ne peut pas rester les bras croisés en attendant la seconde qui sera une étape d'investissement massif à terre : elle nécessite au préalable actions et formations prospectives.

Au regard de ces perspectives, le parcours administratif actuel dans le secteur de la formation professionnelle n'est pas prometteur – j’ai le regret de le dire en toute honnêteté – car il se caractérise par une bureaucratie meurtrière, un traditionalisme dans l'exécution et un aveuglement total sur les besoins demandés par le secteur industriel naissant.

Enormes retombées

Il y a quelques semaines, lors d’un colloque organisé par le Conseil national de la jeunesse, j'ai parlé des domaines sur lesquels il est nécessaire, je crois, de concentrer la formation professionnelle. Ils se distinguent par leur facilité de formation, leurs énormes retombées économiques et leurs grandes opportunités.

Cela pourrait élever le niveau des compétences et constituer une main d’œuvre locale qualifiée adaptée au contenu auquel nous devons nous préparer. Trois créneaux sont à privilégier.

Le montage industriel, tout d’abord : la soudure industrielle y représente la clé de voûte de tout travail mécanique, elle ne demande qu’une formation maximale de quatorze mois et six mois de pratique pour que le bénéficiaire soit titulaire d'un certificat reconnu (homologué) internationalement et puisse bénéficier de belles retombées financières.

Il est dommage que les Mauritaniens ne représentent pas actuellement 20% de la main d’œuvre travaillant en notre pays dans le domaine du soudage industriel. Dans ce domaine, d’autres spécialistes aussi sont recherchés : chaudronnier, tuyauteur, monteur, le calorifugeur, etc.

Second créneau, la transformation énergétique : il s'agit d'un domaine très important pour la production d'énergie, multi-spécialisé et porteur de main d’œuvre locale spécialisée. Quant au troisième, la manutention, il découle des deux premiers puisqu’ils y ont tous deux recours dans toutes leurs activités. Il s’agit d’opérateurs capables de gérer toutes les étapes du lifting, conformément aux normes de sécurité internationales.

La présence mauritanienne en ce domaine est encore inexistante et la majorité de ceux qui y travaillent dans notre pays sont des asiatiques et des citoyens d'Afrique du Sud nantis de certificats reconnus au niveau international.

Salaires conséquents

Notre pays peut bénéficier de bureaux de formation internationaux spécialisés pour former les jeunes pour une durée d'un an au plus, avant d'obtenir un certificat dans une spécialité. C’est très demandé sur le marché de l'énergie.

Cela génère des salaires conséquents et des ressources financières importantes. J'ai déjà contacté là-dessus plusieurs bureaux internationaux et tous ont exprimé leur volonté d'ouvrir des succursales en Mauritanie.

Mais le dossier nécessite une réelle volonté de l'État mauritanien et la coopération avec les petites et moyennes entreprises (PME) travaillant déjà en Mauritanie. Malheureusement, ces domaines sont généralement absents des politiques du ministère de la Formation professionnelle et des stratégies de notre patronat dont la pensée est basée uniquement sur l’import-export du commerce traditionnel.

Il est regrettable qu’en dépit de cette immense richesse et ces grands horizons, les mentalités dominantes ne puissent produire une stratégie parallèle visant à reconstruire une stratégie nationale de formation professionnelle ; en restructurer le domaine en accordant une plus grande attention au secteur de l'énergie ; sans oublier d’animer un forum national pour discuter des perspectives de la formation professionnelle où participeront tous ses acteurs potentiels, surtout les PME.

Ahmed Kharachi

Entrepreneur mauritanien

Membre du CEM (Club des Entrepreneurs de Mauritanie)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1989

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)