26-02-2024 18:45 - Sahara : Le Maroc construit-il une route reliant Es-Semara à la Mauritanie ?

Sahara : Le Maroc construit-il une route reliant Es-Semara à la Mauritanie ?

Yabiladi - Le Maroc a attendu six ans pour lancer la réalisation d’une nouvelle route vers la Mauritanie. Le contexte international et la donne militaire sur le terrain sont plutôt favorables à la conclusion de ce projet.

Le Maroc a-t-il commencé la construction d’une nouvelle route pour relier Es-Semara à la Mauritanie ? Ce projet a été révélé, pour la première fois en septembre 2018, par l’ancien ministre de l’Equipement et des transports, Abdelkader Amara, dans des déclarations à la presse lors d’une visite à la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Une annonce faite alors quelques semaines après l’ouverture du passage frontalier Tindouf-Zouerate, par les ministres de l’Intérieur de l’Algérie et de la Mauritanie.

Contactée par Yabiladi, une source proche du dossier confirme le début des travaux. «La route doit relier Amgala à la Mauritanie. Les pelleteuses des Forces armées royales (FAR) ont commencé les opérations de ratissage du lieu pour préparer la prochaine phase du projet», précise-t-elle.

La réalisation du nouveau tronçon routier était au menu de la réunion, du 15 février, entre le général de corps d’armée, inspecteur général des FAR et commandant la Zone Sud et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et chef de la MINURSO, Alexander Ivanko. «Le lieu de la route accueille, en effet, un Team-Site de la MINURSO. La partie marocaine souhaite que ce point d’observation des casques bleus soit déplacé», précise notre interlocuteur.

Réduire la zone tampon

Cette route, une fois réalisée, marquera un tournant dans l’Histoire du différend régional. Elle permettra au Maroc de réduire l’étendue de la zone tampon et de limiter, ainsi, les attaques du Polisario. Au lendemain de la conclusion du cessez-le-feu, le 26 septembre 1991, le roi Hassan II avait accordé à la MINURSO des terres du Sahara, situées à l’Est du Mur des Sables.

Néanmoins, la mission onusienne a prouvé son incapacité à imposer sa loi sur le terrain. Le Polisario avait fait de toute la zone cédée des «territoires libérés», où il organisait, au grand dam du Maroc, des parades militaires et recevait des délégations étrangères dans la localité de Bir Lahlou, considérée sa capitale administrative. Un ordre qui a longtemps prévalu jusqu’à la libération du passage d’El Guerguerate par les FAR, le 13 novembre 2020.

Cette nouvelle route ne pourrait voir le jour qu’avec l’approbation des plus hautes autorités de Nouakchott, d’autant qu’elle engage la Mauritanie à assurer la sécurité de ses usagers. Ceci mettrait le voisin du sud dans une situation embarrassante face au Polisario et à l’Algérie, surtout que la politique du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani est basée sur le maintien d’un équilibre fragile entre Rabat et Alger.

La semaine dernière, le ministre mauritanien de l’Equipement, Mohamed Aly Ould Sidi Mohamed, a abordé à Rabat, avec son homologue marocain, Nizar Baraka, le dossier des routes entre les deux pays.

Pour l’heure, le Polisario n’a pas encore saisi l’ONU au sujet de ce projet. De son côté, l’Algérie n’a pas porté le dossier au Conseil de sécurité. Pour rappel, Brahim Ghali avait alerté, en janvier, sur des «comportements imprudents et de mesures aux conséquences incalculables de l’ennemi marocain».

Le représentant permanent du royaume auprès des Nations unies, l’ambassadeur Omar Hilale, avait pour sa part exprimé, en octobre 2022, la disposition du Maroc «à revenir à la situation antérieure juridique, spatiale et sur le terrain» qui prévalait avant le cessez-le feu de 1991. Un accord que le Polisario avait violé, le 13 novembre 2020, en lançant sa «guerre» contre le Maroc.

Par Mohammed Jaabouk



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 3664

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • analagjar (H) 27/02/2024 10:57 X

    on ne peut pas logiquement demander à La Mauritanie son accord sur des travaux d'infrastructures qui s'effectuent hors de son territoire...Dans le cas d'espèce, le Maroc devrait demander l'autorisation aux Nations Unies ou trouver un arrangement avec les sahraouis pour les territoires non occupés ... par contre, la Mauritanie ne serait pas contre le fait que nos frères marocains soient aussi généreux que nos frères algériens et prennent entièrement à leur charge la réhabilitation de la route Nouadhibou Nouakchott qui a été complétée affaissée dans plusieurs endroits du fait du passage de milliers de camions marocains en destination de Nouakchott, Dakar et Bamako; ce qui est par ailleurs trés normal en suivant l'exemple de la société canadienne MCM qui réhabilite régulièrement à ses frais la route Akjoujt Nouakchott car elle exploite un gisement à Akjoujt et utilise beaucoup de camions pour transporter le minerai vers le port de Nouakchott