09-04-2024 11:54 - Pourquoi cela n’arriverait-il pas chez nous aussi…?

Pourquoi cela n’arriverait-il pas chez nous aussi…?

Le Calame - Une question que se posent beaucoup de mauritaniens et qui cache mal leur sentiment de jalousie après la leçon politique que la République du Sénégal, notre sœur, notre voisine, a donnée à l'Afrique toute entière.

Ce sentiment est exprimé avec irréalisme par une certaine opposition, avec philosophie et timidité par le commun des mauritaniens et encaissé par nos dirigeants qui craignent certainement que ce qui est arrivé au Sénégal ne se répercute sur la Mauritanie.

Dans tous les cas, nous ne pouvons qu 'envier le Sénégal pour la réussite spectaculaire et salutaire de ses élections après une crise politique qui a mis à rude épreuves ses institutions républicaines.

Cette envie est ressentie par la grande majorité des mauritaniens avec un sentiment d'amertume et de frustration tant sont grands leurs désirs et leurs besoins de changement.

Ce sentiment est encore plus fort si l'on a à l'esprit que nous sommes à moins de trois mois de nos élections présidentielles, tout en sachant que, pertinemment, réellement et raisonnablement, nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal.

Armée électorale

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que toutes nos institutions républicaines sont inféodées au pouvoir exécutif.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce leur système politique a une longue tradition de changement pacifique du pouvoir alors que celui qui nous régente depuis plus de trois décennies a formé une armée électorale constituée d'inamovibles laudateurs, opportunistes, clientélismes et parasites de l'Etat, rodée à la préservation du statu quo, et qui comme un rouleau compresseur étouffe à chaque occasion, la volonté populaire et empêche tout changement du système.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que les dirigeants de notre armée ne sont pas comme leurs homologues du Sénégal. Les nôtres sont très impliqués dans la politique et au besoin ils règlent les problèmes militairement et en leur faveur.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que notre foi en l'Etat, en la république est mitigée. En politique, nous sommes rarement mauritaniens, nous sommes toujours soit tribalistes, soit ethnicistes, soit régionalistes, etc...

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que nous n'avons pas su, ou pu ou voulu assumer notre pluralité ethnique.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que nos valeurs patriotiques, républicaines, civiques sont fortement perverties par la mauvaise gouvernance, la gabegie et le chauvinisme du système qui exacerbent le malaise social et empêchent nos composantes nationales de s'unir autour d'un idéal commun.

Crise de valeurs

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que nous sommes en crise de valeurs, nous avons perdu ce qu'il y a de mieux dans nos valeurs traditionnelles et nous récusons ce qu'il y a de mieux dans les valeurs de la modernité. Nous voulons bâtir un Etat moderne par des mentalités rétrogrades; nous voulons être une république qui n'accorde que peu d'importance à sa raison d'être : la citoyenneté ; nous voulons instaurer une démocratie et refuser en même temps de nous soumettre au verdict du peuple souverain, par la corruption du jeu démocratique.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que notre opposition est divisée, individualiste, égoïste, ne sait pas faire des coalitions fiables et ne sait pas fixée des priorités stratégiques ou tactiques.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que les leaders de nos forces du changement, de nos forces progressistes (s'il en existe encore) sont défaitistes, ont abandonné la protestation par les masses, qu'elles ont d'ailleurs délaissées. Ils ne sont plus préoccupées que par leur survie électorale en se fiant à des semblants de dialogues qui ne mènent qu'à la léthargie et au désespoir des militants.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal parce que leurs leaders sont prêts à faire des sacrifices pour leurs causes, pour leurs ambitions, pour leurs idéaux, soutenus en cela par un peuple qui, lui aussi, à l'habitude et le courage de faire les sacrifices nécessaires pour imposer sa volonté.

Quant à nous, notre lutte se fait désormais par des fanfaronnades sur les réseaux sociaux, qui apparemment sont devenus une aubaine pour cacher notre lâcheté et notre hypocrisie.

Nous ne pourrons pas faire comme le Sénégal, parce que pour ce faire, il nous faudrait notre SONKO, notre DIOMAYE et une jeunesse courageuse et engagée comme celle du Sénégal.

Mohamed Daoud Imigine



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2479

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • tokossel2222 (F) 09/04/2024 14:38 X

    Les hommes sont différents. Les armées sont différentes. Le Sénégal a une armée digne, formée républicaine. Et notre armée ?. La jeunesse sénégalaise est une jeunesse consciente avec du patriotisme et celle de la mauritanie, jeunesse tribalisée, régionalisée, éthnicisée.

  • mdmdlemine (H) 09/04/2024 12:50 X

    Malheureusement cela n'arrivera guère chez nous. Au Sénégal, il n y a pas de tribus, d'hypocrites, de cadres publics dominés par l'égo. Et s'il y a des tribus, il n'est pas question d'en parler en période électorale. Il y a aussi les facteurs d'ignorance, de disparités sociales trés étendues qui rendent certains dépendants d'autres et donc malléables en période électorale. Pour que la Mauritanie vit l'expérience sénégalaise, il faut qu'elle soit déconnectée de la tribu, de la région, de la communauté. Des maux qui sont trés enracinés sans compter aussi la mainmise directe ou indirecte des militaires sur le sérail et l'asservissement du pouvoir de l'administration

  • bilbassy (H) 09/04/2024 12:50 X

    Analyse sans complaisance d'une situation hélas sclérosée. Il nous faut réinventer l’idéal démocratique.

  • mystere1 (F) 09/04/2024 12:21 X

    Salam, Mr Mohamed Daoud Imigine !, oui, un article, bien véridique, que l'on ne se cache, pas la face, c'est vrai, une jaousie et frustration, est ressentie, par le peuple mauritanien, pour la majorité, dont, certains, surtout, le cachent, et ne le commentent pas en haut ! bref, vous vous êtes posé, comme question : "Pourquoi cela n’arriverait-il pas chez nous aussi…?", très pertinent, normale et bonne question posée ! oui, en effet, c'est parceque, le Sénégal, de par son peuple, a sa propre mentalité, de surcroit, un peuple laîc, qui est soudé, voilà la beauté, dans cette société sénégalaise, oui ! l'un des pays africains, où en particulier, la cohésion religieuse, est harmonieuse, contrairement, à d'autres pays laîc, qui s'entredéchirent, à causes, des différences religieuses, sociales et autres ! donc, voilà la différence, entre nous et notre voisin proche direct, ainsi, chaque peuple d'une société quelquonque, a sa mentalité propre, donc, les sénégalais, sont plus que tous unis, pour combattre, l'injustice, d'un régime, qui ne leur convient pas, voilà, pourquoi, cette élection présidentielle sénégalaise, était réussie célèbrement, aux yeux du monde entier, en loccurence, en Afrique, et contrairement, à nous, peuple mauritanien, qui ont une mentalité aussi, propre à nous et particulière en son genre ! à savoir, la mentalité tribale, ségrégationniste, raciale, bref, une folie à la hiérarchie de l'appartenance sociale, chaque ethnie, se croit, supérieure, à l'autre, y ajouter, la désunion, d'un peuple, à cause, des divergences idéologiques, et autres esprits tordus, dont, on doit se débarasser, car ce sont, des maladies internes, bref, notre peuple est malade intérieurement, et pour se soigner, on doit, se revoir, en soi intérieurement, afin, de changer, notre manière d'être, de voir les choses, en changeant, nos mentalités, et se soudant, en devenant, un et un seul peuple, sans distinction, de couleurs, ethnies, cultures etc....Si le Sénégal, pays laîc, a donné, au monde, une lecon démocratique, en loccurence, en Afrique, c'est parceque, son peuple est uni, malgré, la différence, religieuse, et ethnique, donc, il serait honteux, pour nous, un pays, qui se dit, musulman à 100%, d'être en contradiction, avec nos paroles ! Que Dieu, nous Aide, à Parfaire, notre intérieur, en soi, afin, de gagner, la piété et grâce ! et être un pays béni, de Lui.

  • El Houssein (H) 09/04/2024 12:21 X

    Belle description comparative de ce que nous sommes, mais, hélas, pas d'orientations ! Pas de slogans réunificateur ! Pas d'appels à la naissance de nouveaux leaders ! Nous sommes frustrés à entendre et entendre les citations de maux incurables. Que faire, quand on ne veut rien faire?