27-05-2024 19:05 - Mauritanie : El Id, Biram Abeid et Atoumane Soumaré n’ont aucune chance d’être président de la République

Mauritanie : El Id, Biram Abeid et Atoumane Soumaré n’ont aucune chance d’être président de la République

Kassataya - La question d’un président harratin ou négro-africain en Mauritanie est d’actualité à un mois de la présidentielle. Pour les observateurs il ne s’agit pas de verser dans le communautarisme ou racisme mais de pointer un système politique qui exclut la diversité culturelle depuis 1960.

Tous les locataires du palais de Nouakchott de Maître Mokhtar Ould Daddah à Ould El Ghazouani sont issus de la même communauté après 64 ans d’indépendance. C’est une vérité de La Palice remontant aux premières heures de la souveraineté de la Mauritanie quand le père de la nation est interpellé par ses partenaires arabes sur la pléthore de négro-africains dans l’administration.

Pour lever ce frein à son adhésion à la ligue arabe il va engager le processus de la re personnalisation de l’homme mauritanien. C’est le début de l’arabisation poursuivi par les militaires arrivés au pouvoir en 1978.

C’est le président Ould Taya de 1984 à 2005 qui va accélérer le processus d’arabisation en engageant une politique d’épuration ethnique des négro-africains dont le point culminant est la déportation de plus de 60000 noirs au Sénégal et au Mali.

Ould Aziz à partir de 2009 et son successeur Ould Ghazouani en 2019 vont parachever l’arabisation et reléguer au second plan les langues nationales (pulaar, soninké et ouolof). Ce rappel historique n’est pas une vue de l’esprit.

Cette marginalisation de la communauté négro-africaine touche également les harratins qui représentent démographiquement une composante importante assimilée arabisante bien que d’origine négro-africaine. C’est la main d’œuvre la moins chère taillable et corvéable et toujours victime des séquelles de l’esclavage.

Cette difficile cohabitation est malheureusement la résultante d’un système de gouvernance ou négation des cultures harratines et négro-africaines dont la survie est le maintien du statu quo, c’est-à-dire la domination de la culture arabe.

Les observateurs s’interrogent sur les motivations du coup d’Etat électoral de l’ancien président Ould Aziz en 2019 en faveur de son dauphin candidat Ould Ghazouani. Son adversaire le plus redouble Biram Abeid serait en tête des présidentielles.

La suite un état de siège de la capitale et la proclamation rapide des résultats en faveur de Ould Ghazouani. Derrière ce masque c’est l’impossibilité d’accepter un harratin ou un négro-africain à la tête de la Mauritanie considérée plus arabe qu’africaine.

La stratégie dominante politique c’est le maintien d’un Etat de non droit qui ne respecte pas les libertés et la citoyenneté avec un système électoral verrouillé du début jusqu’à la fin du processus.

Le fait que Biram Abeid soit arrivé deux fois deuxième dans les présidentielles précédentes n’explique pas la transparence des élections. C’est une manipulation du pouvoir en place qui s’inscrit dans le cadre d’une cohabitation écornée depuis 1960.

Candidat en juin prochain il n’a aucune chance d’être élu le premier président harratin encore moins les autres candidats El Id , harratin et Toumane Soumaré, négro-africain.

Les Mauritaniens sont gouvernés par des militaires sous vernis démocratique.

Cherif Kane



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2414

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bertrand (H) 28/05/2024 14:31 X

    Oui, nous étions des français . Non excusez moi des esclaves honnis et rejetés des français. Ils ne veulent pas de nous mêmes comme esclaves. Et pourtant nous nous y accrochons avec toute la force de nos griffes. Je ne fait rien pour pouvoir compétir avec mes propres moyens, alors,je livre le pays dont je suis censés être un citoyen, au chacals, aux lices, aux vautours, aux serpents. Qu'il crève ce pays, d'ailleurs j'ai d'autres que ne crois da son ignorance millénaire seraient bien heureux de l'accueillir et de récompenser la trahison. Pauvre gens, aveugles par la haine, l'envie et le déshonneur.

  • Autopsie (H) 27/05/2024 20:17 X

    Mr Kane, j’ai lu dans un commentaire d’un lecteur de cridem.org, qui disait que s’il ne reste plus que de laisser un noir devenir président, il aurai choisi un polonais ou un chinois qui parle arabe, pour garder la peau blanche au pouvoir, même s’il est un étranger, c’est dire a quel point les mauritaniens sont raciste et persiste dans la voie de l’écartement des autres. Mr kane il y’a une chose qui est sur et certaine, un haratin à la tête de ce pays, cela n’est pas pour demain quelque soit le retournement de situation, même s’il ne restés qu’un seul maure blanc en Mauritanie et surtout militaire.

  • Autopsie (H) 27/05/2024 20:15 X

    Mr Kane, les militaires et forces de l’ordre sont montés en flèche dans le pays pour la conservation du pouvoir et les militaires généraux toujours à la tête du pays, c’est pour cela que chaque grande famille à un chef militaire, chaque tribu a son général pour remplacer un autre général, le temps est calculé pour que d’autres généraux et colonels se mettent en place, pour empêcher un noir de devenir président, quitte à laisser un étrangers être président pourvu qu’il soit arabe et rouge, donc les noirs de ce pays doivent s’en remettre a Dieu et patienter