07-06-2024 20:16 - Mauritanie : La SNIM et «AMAN Green Energy Pte Ltd.» s’allient dans la Production du fer vert

 Mauritanie : La SNIM et «AMAN Green Energy Pte Ltd.» s’allient dans la Production du fer vert

Afrimag - La Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM), la compagnie minière nationale mauritanienne, et AMAN Green Energy Pte Ltd, la filiale du group indien CWP Global pour le développement de son projet AMAN, un pôle d’hydrogène vert en Mauritanie, ont signé le 4 mai un protocole d’accord, dans le but de collaborer sur un nouveau centre potentiel de production de fer vert à réduction directe (DRI) en Mauritanie

Lié au projet d’hydrogène vert à très grande échelle de CWP, AMAN qui est situé dans le nord- ouest de la Mauritanie, un nouveau centre DRI pourrait accueillir plusieurs usines à base d’hydrogène vert.

Elles seront capables de convertir le minerai de fer brut mauritanien en millions de tonnes de fer vert briqueté à chaud (HBI) par année, principalement destiné à l’exportation vers l’industrie sidérurgique européenne.

Le HBI vert remplace le traitement du fer brut

Le fer vert briqueté à chaud (HBI) est considéré comme un ingrédient clé de la décarbonisation de l’industrie sidérurgique. Elle devrait faire l’objet d’une forte demande à mesure que l’Europe met en œuvre des politiques de décarbonisation industrielle, et des objectifs de réduction des émissions.

Le HBI vert remplace le traitement du fer brut actuellement effectué par les hauts fourneaux, qui émettent environ deux tonnes de dioxyde de carbone pour chaque tonne de fer «réduit», pour la fabrication de l’acier. Le projet permettra donc de réduire plusieurs millions de tonnes d’émissions de CO2 par an.

L’usine DRI proposée consommerait de l’hydrogène vert, de l’eau et de l’électricité provenant du projet AMAN de CWP, et raffinerait des millions de tonnes de minerai de fer local brut fourni par la SNIM. Le projet pourrait permettre à la Mauritanie de devenir un producteur et un exportateur de premier plan de fer vert briqueté à chaud (HBI), un produit sidérurgique à valeur ajoutée.



-----------

Projet AMAN Green Hydrogen Hub du CWP



CWP Global a lancé son projet révolutionnaire AMAN en 2020 et a signé un protocole d’entente (2021) et un accord-cadre (2022) avec le gouvernement mauritanien pour soutenir ses activités de développement de projet dans le pays, et par le biais d’un bureau à Nouakchott qui emploie une dizaine de personnes au niveau local.

CWP prévoit de reprendre les négociations sur un accord final avec le gouvernement hôte pour le projet, dès que le gouvernement aura adopté le code de l’hydrogène, un régime juridique et réglementaire spécifique au secteur pour faciliter la nouvelle industrie de l’hydrogène vert en Mauritanie.

À pleine échelle, le projet AMAN devrait déployer environ 18 GW d’énergie éolienne et 12 GW d’énergie solaire, avec le potentiel de produire jusqu’à 110 TWh chaque année. Le projet pourrait produire 1,7 million de tonnes d’hydrogène vert par an, ce qui permettrait de l’utiliser pour produire divers dérivés de l’hydrogène destinés à la vente, notamment de l’ammoniac vert (pour les engrais et/ou le carburant des navires à longue distance), du DRI/HBI vert pour la fabrication d’acier vert et de produits sidérurgiques, et/ou de l’hydrogène liquide.

CWP vise à ce que le projet soit prêt pour la fin de l’année 2025 et à ce que la première production ait lieu d’ici la fin de la décennie.

CWP Global apporte une grande expertise et une expérience éprouvée dans le développement de portefeuilles de projets d’énergie renouvelable de premier ordre en Europe du Sud-Est et en Australie. CWP Global est aujourd’hui l’un des principaux promoteurs mondiaux de centres d’hydrogène renouvelable à très grande échelle, dont l’objectif est d’approvisionner les marchés internationaux émergents en hydrogène vert, en ammoniac vert et en d’autres dérivés, y compris le fer vert.

SNIM

La SNIM est une société mauritanienne engagée dans l’exploration, l’exploitation minière, le traitement, le transport et l’exportation de minerai de fer. Ses gisements sont situés dans la région du Tiris Zemour, au nord de la Mauritanie. La SNIM gère l’ensemble de sa chaîne opérationnelle : études géologiques, exploitation minière, maintenance, production d’eau et d’électricité, transport du minerai de fer, exploitation du port de chargement de Nouadhibou.

L’entreprise possède et exploite sa propre ligne de chemin de fer, longue de plus de 700 km, principalement utilisée pour le transport du minerai de fer.

Avec plus de 60 ans d’expérience dans le secteur minier, la SNIM est un acteur clé de l’économie nationale, et le deuxième producteur de minerai de fer en Afrique.

La SNIM a récemment adopté un plan stratégique visant, entre autres, à intégrer le traitement en aval du minerai de fer (pelletisation, DRI, HBI, etc.) et à réduire son empreinte carbone.

Par La rédaction, Comité Éditorial



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1433

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ouldsidialy (H) 08/06/2024 14:17 X

    Les mauritaniens sont happés dans le GRAND JEU énergétique mondial alors qu'il s'agit pour eux de répondre à la satisfaction de besoins énergétiques de base..........................................................;.

    En l'état de la situation des hydrocarbures dans le monde, rien n'oblige les entreprises et les Etats qui façonnent vraiment les choses, à une accumulation en cascade de banqueroutes comptables et financières. L'épuisement annoncé des hydrocarbures et le més amour pour leur impact écologique stimule le volontarisme pour des solutions alternatives mais ne conduit pas à des choix inconsidérés...............................................

    Quand il s'agit d'utiliser des ressources renouvelables pour produire de l'hydrogène, celles-ci sont prioritairement exploitées au plus proche et mieux approprié. Quand les potentiels énergétiques sont éloignés ils doivent être préalablement réservés ; garanties au plan juridique et militaire................................

    On investit partout dans la RD , on produit de l'hydrogène que l'on accepte non rentable mais pas dans des conditions ruineuses. Les horizons sont posés à 30 ans . Le mixe énergétique étaient autour de 1% il y a quelques années et n'ambitionne pas davantage que 10% pour la décennie.

    Le désert mauritanien est un réservoir d'énergie éloigné des marchés de l'hydrogène.Seuls les vendeurs de chimères soutiendront le contraire. L'utilisation d'hydrogène d'origine éloignée conduit à une cascade d'investissements colossaux dont les amortissements se calculent sur des décennies. Production - conditionnement - transport- reconversion en gaz etc..................................

    Les industries minières et les monteurs de projets, partent en explorateurs pour poser les bases juridiques et psychologiques des lointaines implémentations. Il s'agit d'obtenir les premiers droits pour des concessions juridiques à long terme. Objet : le potentiel énergétique solaire du Sud-Sahara pourrait devenir économiquement rentable dans 50 ans et constitue dès aujourd'hui un enjeu stratégique. Il faut le pré-réserver...................................................

    Mais pour les Mauritaniens ? Dans le monde, on transforme le minerai en fer préréduit avec du charbon ou du gaz naturel !!! CWP global a d'abord fait entrevoir au pays une filière d'hydrogène industriel virtuel et revient pour proposer la transformation du minerai en fer avec l'hydrogène vert qui serait produit apès que la mine de fer soit épuisée.