07-06-2024 18:45 - Et si vous prenez attentivement connaissance du Programme Électoral de Son Excellence M. Mohamed Cheikh Ghazwani…

Et si vous prenez attentivement connaissance du Programme Électoral de Son Excellence M. Mohamed Cheikh Ghazwani…

Connaissance prise du Programme Électoral « Mon Ambition Pour la Patrie » du Président de la République, Son Excellence M. Mohamed Cheikh Ghazwani, force est de constater l’attachement inébranlable de son Excellence à la lutte acharnée, qu’il mène depuis son accession au pouvoir, contre la pauvreté (28.2%) et le chômage des jeunes qui constituent un frein au développement et à la prospérité partagée tant attendus.

Nonobstant un premier mandat marqué par une pandémie Covid-19 qui a mis l’économie mondiale à genoux avec, heureusement, un effet moindre sur notre économie en raison de la passivité de notre secteur touristique (A quelque chose malheur est bon!) et la réaction du gouvernement par un programme de relance qui représente 10% du PIB, le bilan social a été l’élément phare et consensuel qui a fait pencher la balance en faveur d’une réélection de Son Excellence afin de parachever ses engagements et concrétiser son ambition pour notre chère patrie.

Dans son programme électoral, SEM Mohamed Cheikh Ghawzani prend appui sur cinq leviers, jugés sine qua non pour pouvoir tenir ses promesses, à savoir :

1) Un État de droit solide et une gouvernance rénovée

2) Une économie performante, éco-durable et sur le chemin de l’émergence

3) Le développement du capital humain, en particulier la jeunesse, comme fer de lance de la Mauritanie de demain

4) L’inclusion sociale comme gage de cohésion et d’unité

5) Un État sûr, capable de faire face aux aléas géo-politiques et acteur majeur de paix et de stabilité.

Pour le premier levier, sur la base des différents dialogues conclus avec les différents partis et mouvements politiques dans un climat d’apaisement inouï, Son Excellence promet d’ouvrir les bras à un contrat social inclusif dans l’unique objectif de renforcer nos institutions et servir la nation. En outre, des chantiers déjà lancés à l’instar de la réforme du système judiciaire, la promotion des droits de l’homme, la réforme de l’administration publique et des institutions de lutte contre la corruption, entre autres, vont être menés à bout et approfondis par le biais des actions concrètes détaillées dans le programme.

Quant au deuxième levier, comme vous devez le savoir, notre pays regorge des richesses naturelles dont la mise à profit nécessite des ressources financières énormes et une main d’œuvre hautement qualifiée.

En dépit de l’état soutenable de notre dette (48,4% du PIB) aussi bien sur le plan de la structure qu’en termes de taux, dont le mérite revient à une gestion prudente et aux efforts diplomatiques consentis durant le premier quinquennat, il sera privilégié l’option du développement d’un marché national de la dette conjugué à d’autres mécanismes de financements pour notre économie comme le PPP, le financement structuré, concessions et semi-concessions. L’idée étant de limiter notre vulnérabilité à l’endettement face aux risques budgétaires afférents à notre dépendance au secteur extractif fort sensible aux chocs extérieurs.

Malgré le potentiel de croissance de notre économie non encore exploité en raison des faibles performances des secteurs productifs entre autres, des projets importants à l’instar d’un agropole à Rosso, des unités de stockage et de transformation, des barrages, un Fonds de formation et de recherche, un complexe de mise en quarantaine, une ferme aviaire et cinq nouveaux points de débarquement le long de nos côtes, verront le jour en vue de tirer profit au maximum du potentiel latent de ces secteurs créateurs d’emplois et de richesses. Les infrastructures de soutien à la croissance ont eu la part belle dans le programme électoral de Son Excellence où il est attendu entre autres :

- L’implantation d’une nouvelle centrale cycle combiné à gaz de 225 MW, dans la zone de N’Diago, alimentée par le gaz du gisement Grand Tortue Ahmeyim (GTA)

- Le projet d’interconnexion en 225 kV Kayes – Tintane - Kiffa et Tintane – Aïoun - La ligne Nouakchott / Aleg / El-Ghaira / Kiffa / Tintane / Aïoun / Aweinat-Zbel / Néma et El Ghaira / Tidjikja

- L’alimentation en eau potable, d’ici 2030, de toutes les localités rurales du pays de plus de 500 habitants

- Construction de deux usines de dessalement de l’eau de mer, de grande capacité à Nouakchott et à Nouadhibou, pour contribuer, d’ici 2030, à satisfaire la totalité des besoins en eau de ces deux villes tout en allégeant la pression exercée sur les nappes souterraines. L’inoubliable secteur minier, fleuron de notre économie, qui a connu au cours du quinquennat une production historique, passant de 11 à 14 millions de tonnes en 2023, de notre fierté nationale la SNIM, devra connaître des réformes et projets importants, pour ne citer que quelques-uns :

- Réalisation de la cartographie de tout le potentiel minier, pour mettre en exergue les minéraux critiques en raison de leur importance stratégique future dans la transition énergétique

- Accélération de la mise en production des réserves minières existantes (déjà identifiées) et parfois attribuées à des opérateurs miniers (Or, Uranium, Phosphates, Fer, etc.)

- Implication de MAADEN à hauteur de 10% du capital des sociétés de recherche et d’exploitation de l’or disposant de certaines catégories de permis.

Étant donné que gouverner et prévoir vont obligatoirement de pair et compte tenu de l’impérieuse nécessité de l’amorce de la transition énergétique, le secteur des hydrocarbures et de l’énergie verte poursuivra sa vision futuriste via :

- Le renforcement des avantages comparatifs de notre pays dans le domaine de l’hydrogène vert et de ses dérivés en développant les infrastructures de soutien nécessaires (ports, routes, lignes électriques à haute tension

- Nos efforts visant à faire de notre pays un hub régional de production et d’export de gaz naturel liquéfié (GNL) et le développement des phases futures du champ GTA pour atteindre des plateaux de production plus importants

- L’accélération du développement des ressources gazières, de classe mondiale, au niveau du champ de Bir-Allah, d’une part, pour jeter les bases d’un marché domestique de gaz en priorisant la génération de l’électricité par le gaz et l’utilisation du gaz dans la transformation locale des mines telle la DRI (Minerai de fer pré-réduit) ; et, d’autre part, pour l’exportation de produits énergétiques et miniers à faible densité de carbone pour générer des revenus en devises - La promotion du développement des champs déjà découverts comme Banda, Walata, Pélican et Tévet pour consolider le marché domestique et intégrer davantage le secteur gazier et pétrolier dans le tissu économique.

L’industrialisation du pays prendra, elle aussi, un tournant avec la création d'industries de substitution aux importations, en particulier celles ne nécessitant pas de technologies complexes ou de capitaux importants. Ce qui aura un impact positif sur l’emploi et nos réserves en devises étrangères.

Aussi, un nouveau souffle est attendu dans le secteur quaternaire afin d’augmenter sa contribution modeste jusqu’ici au PIB et ce, par des mesures concrètes telles que le renforcement de la formation dans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans l’enseignement supérieur et la réalisation d’une couverture du territoire national en fibre optique.

Pour ce qui concerne le troisième levier, le développement d’un capital humain étant le garant d’un développement sûr et durable, les chantiers poursuivront dans l’éducation, la santé, l'emploi, la culture, la jeunesse et les sports malgré la charge chronophage et complexe, via des actions transversales dont :

- L’allocation de ressources significatives permettant de répondre aux besoins en personnel enseignant et en infrastructures, tout en garantissant un niveau de rémunération suffisant aux enseignants et en instituant des motivations spéciales pour les enseignants qui se distinguent dans l’exercice du métier à travers un fonds à créer à cet effet

- La mise en œuvre de la réforme linguistique prévue par la Loi d’Orientation

- La redynamisation du corps médical par un système de rémunération plus incitatif

- L’extension des infrastructures sanitaires et leur mise à niveau

- La mise en place de mesures d’allègements fiscaux pour les entreprises qui créent des emplois, en particulier pour les jeunes et les femmes

- Le renforcement de la transparence dans l’accès aux emplois publics

- La poursuite du programme de construction de Mosquées à travers tout le pays

- La construction de complexes culturels dans les grandes villes

- La mise en place d’un programme de formations qualifiantes de deuxième chance au profit des jeunes en situation de décrochage scolaire

- La mise en place de politiques visant l’accès au logement et à la propriété foncière des jeunes travailleurs

- Le soutien aux clubs sportifs locaux pour les aider à se développer et à atteindre un niveau de compétition toujours plus élevé.

Pour ce qui se rapporte au quatrième levier, la stratégie adoptée s’articulera autour de quatre axes :

- Intensifier la lutte contre la pauvreté

- Assurer la sécurité alimentaire

- Promouvoir l’autonomisation des femmes

- Lutter contre toutes les formes de discriminations, notamment celles liées au handicap. Pour ce faire, les programmes de la Délégation TAAZOUR, fer de lance du premier quinquennat, seront élargis (Cf. actions citées dans le PE) en termes de populations ciblées et poursuivront leurs actions afin de répondre aux urgences sociales et garantir une redistribution équitable des rendements de la croissance.

Pour conclure avec le cinquième et dernier levier, la construction d’un État sûr et capable de faire face aux aléas géopolitiques passe avant tout par une armée républicaine et forte en parallèle avec l’instauration d’une diplomatie efficace au service de la paix, de la sécurité et du développement économique. C’est dans ce sens que les actions suivantes, entre autres, sont attendues :

- La prise en compte de nos intérêts en tant que Nation et la défense de nos citoyens

- Le respect de notre souveraineté et de l’intangibilité de nos frontières

- L’encouragement et le soutien de la présence des cadres mauritaniens dans les institutions régionales et internationales

- Le renforcement des capacités professionnelles et opérationnelles des forces de défense et de sécurité

- La consolidation du Système Intégré de Gestion de la Population et des Titres Sécurisés (SIGPTS)

- La modernisation de la stratégie sécuritaire de la ville de Nouakchott.

Par Diyae Dine Khattry Jiddou





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 6650

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • nabuchodonosor (H) 10/06/2024 15:29 X

    Après lecture du Programme Électoral « Mon Ambition Pour la Patrie » du Président de la République, Son Excellence M. Mohamed Cheikh Ghazwani, force est de constater que la pauvreté continue de se développer et que le chômage des jeunes constituent un frein au développement et à la prospérité partagée tant attendus. JE partage ce CONSTAT avec l’auteur de l’article mais avec les remarques suivantes :

    1. Un État de droit solide et une gouvernance rénovée : C’est bien d’avoir un climat politique apaisé. Mais pour quelle indépendance de la Justice ? (Un ex-officier supérieur qui a préconisé une atteinte à la sureté de l’Etat vient de rentrer au pays avec les youyous et sans l’ouverture d’aucune procédure judiciaire indépendante). Des soupçons de corruption et de mauvaise gestion envers certains gestionnaires qui ont été réhabilités sans aucune explication. Où est la TRANSPARENCE ? Un porte-parole de campagne électorale poursuivi dans une affaire internationale de corruption et d’achat de conscience (peut-être à tort). Tout cela ne présage pas d’un Etat de DROIT ni de la BONNE GOUVERNANCE

    2. Une économie performante, éco-durable : OUI notre pays regorge des richesses naturelles et les projets cités devaient être engagés dès le premier mandat, sinon leurs effets ne seront ressentis qu’à la fin du deuxième (et dernier) mandat : L’industrie, l’agriculture, les mines et les services sont les principales sources d’emploi mais ces secteurs ont besoin d’énergie, d’eau et d’infrastructures (routes, ports, aéroport). Or les zones potentielles de richesses agricoles, pastorales et minières sont toutes enclavées, ont soif et subissent un déficit sévère en production électrique. Il faut une GRANDE AMBITION et BEAUCOUP DE LEADERSHIP pour faire avancer tous ces chantiers CONCOMITAMMENT. Les hommes et les méthodes pour y arriver doivent changer.

    3. Le développement du capital humain : EXCELLENTE ET INDISPENSABLE INITIATIVE mais avant de développer de ressources humaines adaptées aux ambitions et exigences de la période, il faut d’abord utiliser et retenir les ressources existantes (les médecins, ingénieurs et techniciens manifestent chaque jour) et éviter qu’elles partent renforcer les rangs de migrants sans qualification. Certaines procédures bureaucratiques font perdre à la jeunesse l’espoir. Et sans espoir, il ne peut y avoir d’ambition ni de développement.

    4. L’inclusion sociale : C’est la grande réussite du premier mandat avec TAAZOUR qui a eu des difficultés pour démarrer mais qui commence à donner des fruits. Il faut supprimer toutes les redondances devenus inutiles (CSA, action sociale…) et créer des synergies avec les Communes sur la base d’un cahier des charges signé avec TAAZOUR (base de données numérique comme annexe) : distribution de rente mensuelle uniquement pour les pauvres de plus de 70 ans, ou en incapacité de travail et rémunération des pauvres sans emploi contre travail approprié (nettoyage des espaces publics, gardiennage, espaces verts…)

    5. Un État sûr, capable de faire face aux aléas géopolitiques : Pour le côté sécuritaire, l’expérience et l’expertise du Président ont déjà donné satisfaction dans ce domaine. Il faut continuer dans cette optique de vigilance et de neutralité dans les conflits et foyers de tension et éviter de tomber dans un camp. Cependant la diplomatie laisse à désirer : les ambassades sont désertées, des diplomates sans expérience et sans moyens et le Ministère est un éléphant aux pieds d’argile où tout le monde (y compris le Ministre) passe le temps à chercher des missions pour combler les fins de mois. Chacun tire sur son voisin pour prendre sa place. Une clarification des fiches de chaque poste doit être mise en œuvre avec la fermeture (ou le gel) des ambassades inutiles et le renforcement de celles actives.