09-08-2011 22:37 - SOS-Esclaves / AMDH / AFCF : Communiqué conjoint : Trop, toujours, délibérément !.

SOS-Esclaves / AMDH / AFCF : Communiqué conjoint : Trop, toujours, délibérément !.

Le dimanche 31 juillet 2011, des activistes de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (Ira) ont, conformément à la loi, introduit une plainte, pour pratiques esclavagistes, contre la nommée Aicha Mint Saibot.

Celle-ci, informée de l’enregistrement de la procédure, au profit de la victime mineure Oueïchetou Mint Hamadi (10 ans), parvient à cacher l’enfant et nie même son existence ; les militants de l’IRA ont bel et bien vu et interrogé la fille dont l’accoutrement misérable et les aveux étayèrent les propos des voisins sur la maltraitance et les privations subies, par elle, du fait de sa maîtresse et de la famille de celle-ci.

A ce jour, aucune enquête digne de ce nom n’a été menée pour ramener la fillette cachée par Mint Saïbott ce qui confirme l’absence de volonté, de la part des autorités policières, à poursuivre un cas flagrant d’esclavage.

Devant tant de négligence complice, les militants de IRA ont organisé un sit-in pacifique à proximité de la Brigade des mineurs, pour dénoncer l’impunité récurrente dans ce domaine.

Il est regrettable que les autorités aient utilisé des moyens disproportionnés pour disperser les militants pacifistes, avec un acharnement qui confinait, parfois, à la fureur homicide ; l’expédition des forces de l’ordre a occasionné l’arrestation de 13 membres de l’Ira et 11 blessées parmi les autres, dont trois admis, aux soins d’urgence, dans une clinique de la place.

Les 4 associations signataires de la présente note s’inquiètent de la tournure des évènements, suite à l’expédition punitive, que des membres de la tribu de la présumée esclavagiste, ont effectuée contre des agents de la Brigade des mineurs et des militants abolitionnistes.

Il s’agit d’une privatisation inquiétante de la violence, par un groupe de manifestants arabo-berbères, venus envahir le commissariat de police, aux cris de «libérez notre femme !», «libérez notre fille !», « vous étés tous des chiens !» ; ensuite, ils se sont attaqués aux membres de l’Ira, tout, scandant, au passage, des injures à caractère raciste, en présence de la police.

La situation s’avère d’autant plus préoccupante que le 6 août, à la faveur de son entretien télévisé avec la presse, le Président de la République, niait l’actualité de l’esclavage en Mauritanie et rejetait le tort sur les dénonciateurs de ce crime. Mohamed Ould Abdel Aziz envoie ainsi un signal d’encouragement aux segments conservateurs de la société et leur confirme la promesse de ne rien entreprendre contre les auteurs de telles pratiques, pourtant réprouvées, sans ambiguïté, par la loi de 2007.

Il existe, entre l’affaire Mint Saibott-Ira et les propos du Chef de l’Etat, un lien de corrélation intime en vertu duquel, l’égalité des droits reste une vaine promesse dans la Mauritanie de 2011 : Le Maure arabo-berbère gouverne et se place au dessus de la loi. Les autres, citoyens de seconde zone, par naissance, courbent l’échine, endurent et se taisent.

Cela ne saurait durer.

Nouakchott, le 9 aout 2011 Ont signé pour

SOS-Esclaves, Boubacar Messaoud, Président
AMDH Me Fatimata M’Baye, Présidente
AFCF Aminetou Mint Ely, Présidente
CR El Arby Ould Saleck, Porte parole
FONADH Mamadou Sarr, Secrétaire Exécutif

Source : SOS Esclaves
Commentaires : 2
Lus : 1703

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Bayobal (F) 10/08/2011 12:23 X

    Mr Mohamed w.I, ces responsables d'ong de droits humains, ont au moins eu le courage de voir et de dénoncer des cas avères d'esclavage dans l'une de nos communautés nationales.

    Et toi en sachant qu'il y en a (de l'esclavage), dans les autres communautés (peuls, soninkes, wolofs et haratines), qu'est-ce que tu attends pour aller déposer une plainte dont serait victime un esclave du fait d'un halpoular, hartani, soninke ou wolof.

    n.b: être griot ou forgeron, ce n'est pas être esclave (sous la domination d'un autre) mais ce sont, apres tout, des métiers comme tous les autres et il y a des forgerons, et des griots chez les maures, les arabes et Meme en France et aux USA. Donc, attention aux amalgames et mauvaises intentions!

  • mohamed w.l (H) 10/08/2011 04:04 X

    j ai une question a ses monsieurs, qui d entre eux a ose ou osera parler de l esclavage chez les poulars, wolof et saraghole ? qui d entre eux peut oser parler des droits fondementaux des forgerons, griots chez ses ses meme cite

    si oui ils faut avoir le courage de denonser ses acts barbares que subisse ses esclaves meme apre leur mort meme avec leur noms

    je crois lire votre reaction sur cridem