15-04-2016 14:30 - Mauritanie : Ruée vers l’or…

Mauritanie : Ruée vers l’or…

Rmibiladi - L’or à portée de main, toutes les mains, en Mauritanie ! Une réalité ou une fiction ? Difficile, à ce stade, de répondre à cette question qui taraude tous les esprits… Beaucoup de jeunes et de vieux gens n’ont pas attendu et se sont lancés dans ce qui se présente pour le moment comme une véritable aventure : la ruée vers l’or.

Pendant cette période de grande dèche et de pénibilité générale dans notre pays, il n’est pas surprenant de voir nos compatriotes se précipiter, courir même, derrière les chimères pour joindre les deux bouts à la fin de moins de plus en plus intenables.

La hausse vertigineuse et généralisée des prix, l’effondrement de la monnaie nationale face aux devises, la chute du pouvoir d’achat du citoyen et, surtout, l’absence de perspectives d’amélioration de la situation à l’horizon, rendent le tableau plus sombre.

Face à cette difficile conjoncture, des mauritaniens ont pris le chemin de l’exil, d’autres ont pris celui de l’aventure, à l’intérieur du pays, en se lançant dans la recherche effrénée de l’or dans les zones de Tasiast et d’Agan.

Une véritable ruée vers l'or a eu lieu depuis quelque temps dans notre pays. A Nouakchott, on ne trouve presque plus de voitures tout terrain chez les sociétés de location. Elles ont toutes été louées pour être lancées dans la zone de Tasiast à la recherche de l’or. Les chasseurs du métal précieux s’organisent généralement en bandes de quatre ou cinq personnes, cotisent à hauteur de quatre cents ou cinq cents mille Ouguiya la personne afin de couvrir les frais de la mission aurifère qui se résument, en plus de leur nourriture, à la location de la voiture et à l’achat des appareils détecteurs des métaux avant de se lancer vers les zones de Tasiast à partir de Nouakchott et d’Agane à partir de Boutilimitt à la recherche de la fortune.

Ces mauritaniens, chasseurs des temps modernes, sont pourchassés par les forces de l’ordre, particulièrement dans la zone de Tasiast objet d’un permis d’exploitation accordé à la société Kinross qui y produit de l’or depuis déjà quelques années. Quant à l’importation des appareils détecteurs de métaux, elle est, a priori, soumise à un contrôle douanier sévère au niveau de l’aéroport de Nouakchott. Il faut accepter toutefois que les mailles de la douane nationale sont tout de même perméables et qu’une grande quantité d’appareils détecteurs de métaux circulent "librement", au vu et au su de tout le monde, dans le pays.

D’ailleurs, le ministère du pétrole et des Mines a cédé à la forte pression des chasseurs de l’or et aurait déjà commencé à distribuer les autorisations de recherche "artisanale" de l’or aux postulants. Le directeur général des mines au ministère du pétrole, de l’énergie et des mines, Ahmed O. TalebMohamed a déclaré, dans les colonnes du journal Chaab, que le gouvernement mauritanien va entreprendre, dans un très proche avenir, la mise en place d’un cadre organisationnel autorisant les citoyens mauritaniens à faire la prospection aurifère avec les moyens inhabituels.

Beaucoup de questions demeurent sans réponse : Y a –t-il réellement de l’or à portée de la main sur notre sol ou s’agit-il plutôt d’un leurre ? Jusqu’ici, personne n’a encore fait fortune à partir de cette opération, mais selon un expert en la matière que nous avons contacté, il est tout à fait possible de trouver l’or à même le sol sous forme de palettes à géométrie variable et que si cela arrivait à se confirmer, il pourrait constituer une aubaine pour notre pays qui lui permettrait de divorcer avec Tasiast qui rapporte très peu à la Mauritanie et qui a toujours violé les termes de son contrat initial…

Quoi qu’il en soit, l’histoire, vraie ou fausse, de l’or en Mauritanie attire de nombreux gens qui espèrent en profiter pour faire fortune rapidement. Un mot d’ordre très à la mode chez nous.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 5141

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • narval (H) 15/04/2016 19:13 X

    Cela me rappelle l article 49 ou 89 peu importe de Mobutu qui permettait à tout Zaïrois y comprit les fonctionnaires de prendre des congés illimités pour devenir mineur...la bonne blague .Nous y voila:ce pays est à vous : servez-vous.......et les cocus y croient.

  • eyquem (H) 15/04/2016 17:44 X

    Non mais franchement ! Si l’or était aussi facile à ramasser, vous pensez que les sociétés internationales mettraient autant d’argent dans la prospection, des centaines de millions de dollars, alors qu’en se procurant quelques misérables détecteurs de métaux de pacotilles, elles tirent le jackpot. On dira alors, Qu’ils sont bien ridicules ces experts et géologues qui ont passé un temps fou à étudier les sols de l’inchiri alors qu’il a suffi d’une bande de teyvayas revenus d’Angola pour découvrir le pot aux roses. Balancez vos diplômes et vos années d’études à la poubelle Messieurs les géologues. Et on veut faire avaler ces sornettes aux sociétés minières. Non mais, franchement de qui se fout-on ? Par contre par les temps de crise l’or est une PROMESSE de richesse, à laquelle on peut se cramponner surtout si on ne voit pas le bout du tunnel. Et puis il y a, parait-il beaucoup d’argent à recycler, à blanchir (drogue, faux billets, financements occultes genre frères musulmans ….), et quelle formidable justification que l’or qui se ramasse dans notre pays comme on ramasse le sable dans le désert. N’est-ce pas Messieurs du FMI, et de la Banque Mondiale ? Vous êtes témoin, on s'est fait un blé pas possible grâce à nos vaillants chercheurs d'or individuels!

  • Ksaleh (H) 15/04/2016 16:29 X

    Presque chaque année à cette période de soudure, le gouvernement trouve quelque chose pour occuper une population qui ne sait plus ou mettre la tête. Cette histoire d'or est une vraie chimère, car l'or en Mauritanie n'est pas sous forme de paillettes comme dans certaines zones de l'Afrique, mais en alliage avec d'autres métaux et substances dans la roche. Il faut non seulement des "détecteurs" de métaux, mais surtout des produits chimiques pour des réactions chimiques compliquées qui aboutissent à isoler l'or. Il faut par ailleurs énormément d'eau qui manque à la zone et afin tout un savoir faire en génie civil que n'a pas ces candidats à la ruée vers le Far-norest mauritanien.