23-10-2020 12:15 - Hommage et adieu au professeur Haouba, "une épine dorsale de l'enseignement supérieur" [Photoreportage]

Hommage et adieu au professeur Haouba,

Jeudi 22 Octobre, les professeurs de l’Université Nouakchott Al-Asriya ont organisé une cérémonie d’adieu et d’hommage, à l’un des leurs, le professeur Ahmedou Ould HAOUBA, « une épine dorsale de l’Enseignement supérieur » en Mauritanie, à l’Institut Universitaire Professionnel (IUP).

Plusieurs professeurs de l’Enseignement supérieur et des compagnons de la première heure et des périodes de vaches maigres, se sont succédés sur la scène pour apporter leurs témoignages sur le professeur Ahmedou Ould HAOUBA qui vient d’achever son deuxième mandat à la présidence de l’Université Nouakchott Al-Asriya.

Aux hommages et témoignages, sont venus s’ajouter des cadeaux offerts au professeur HAOUBA, composés d’un exemplaire du Livre du Saint-Coran, d’une œuvre d’art et d’un boubou (dara'a).

Les et les autres ont salué cette pointure scientifique et académique de haut niveau qui a été le premier doyen de la Faculté des Sciences et Techniques, avant de devenir président de l’Université Nouakchott Al-Asriya, un parcours empreint de sérieux et d’honnêteté, comme l’ont témoigné ses collègues professeurs, issus de toutes les facultés.

Assane Soumaré, professeur universitaire, à la retraite, l’un d’entre eux, a connu Ahmedou Ould HAOUBA, il y’a 40 ans, à Paris, dans la capitale française, alors qu’ils étaient venus poursuivre leurs études supérieures. De lui, il retient son humanisme, sa fidélité en amitié et sa modestie.

« IL a été une épine dorsale de la construction de l’enseignement supérieur en Mauritanie. Il s’est investi principalement dans l’enseignement supérieur. [….] Le professeur Haouba représente la Mauritanie plurielle. Il est de mère wolof et de père beidhane. C’est une synthèse naturelle mais aussi une synthèse dans la pratique de sa vie », a ajouté Soumaré.

Dans ses mots en réaction aux différents témoignages, l’ancien président de l’Université Nouakchott Al-Asriya s’est dit « excessivement touché et largement ému », les remerciant « d’avoir eu confiance » en lui et de « l’accompagner dans les moments assez difficiles, où l’Enseignement supérieur connaissait un certain nombre de problèmes ».

« Il y’a eu des haut et des bas. On est parti de très loin. Les conditions n’étaient pas les meilleures. Ce qui reste est encore grand. J’ai eu parfois à ne pas être à la hauteur, nul n’est parfait, il y’avait des difficultés qui n’étaient pas évidentes à surmonter. Je voudrai vous dire 1000 mercis. Merci de m’avoir supporté toutes ces années », a déclaré, devant ses désormais ex-collègues, le professeur Ahmedou Ould Haouba.

Lors de cette cérémonie, les jalons qu’il a posés pour réformer et développer l’enseignement supérieur en Mauritanie ont été largement soulignés.

Par LDJ, pour Cridem - www.cridem.org ----


Avec Cridem, comme si vous y étiez...












































































































Commentaires : 3
Lus : 3305

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • youssouf123 (H) 25/10/2020 22:11 X

    Oui, tout à fait. Il représente le meilleur de la Mauritanie. Comme l’a si bien dit le Professeur Soumaré Assane présent à cette cérémonie, il est une synthèse de notre Mauritanie plurielle : de mère Ouolof et de père Maure blanc. Notre regretté ami, Feu le Pr Yahya Ould Hamidoune avait également une très grande estime pour lui.

  • Marrakech (F) 25/10/2020 07:54 X

    Il représente le meilleur de la Mauritanie !

  • youssouf123 (H) 23/10/2020 16:57 X

    Je l’ai bien connu car l’ayant côtoyé et partagé avec lui la même vie professionnelle d’enseignant chercheur, moi en biologie et lui en Maths informatique (ENS, FST, USTM et UNA). Je retiens de lui son respect naturel pour tout le monde, y compris les gens ordinaires, son amour infini pour son pays, son esprit éminemment progressiste, son grand attachement aux causes justes, sa simplicité et son humanisme à fleur de peau. Ses qualités humaines sont incomparables. De nombreux témoignages émouvants ont été prononcés par des collègues mais tout n’a pas été dit. Il est, en effet, des traits de caractère secrets, furtifs qu’il est difficile de détecter. Il s’en va sans avoir eu vraiment ce qu’il méritait vraiment, la plus haute distinction nationale. Je rappelle pour ceux que ne le savent pas que le Pr HAOUBA a été décoré, le mercredi 18/05/2016, de l’ordre national prestigieux de la légion d’honneur de la République française, par son Excellence l’Ambassadeur de France en Mauritanie. Au revoir (et non pas Adieu) Cher Collègue et ami. Qu’ALLAH te préserve et te prête longue vie et une santé de fer.