19-01-2021 19:24 - L'ex-président Ould Abdel Aziz parle...

L'ex-président Ould Abdel Aziz parle...

Al-akhbar - Je ne suis pas concerné par l’actuel contentieux judiciaire et je n’ai pas de commentaire à faire sur le sujet, a affirmé l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz.

L’ex Chef de l’Etat s’exprimait devant le siège de son collectif de défense sis dans la moughataa du Ksar, pendant une visite effectuée à celui-ci le mardi 19 janvier courant.

Je n’ai donné aucune information aux enquêteurs au cours des convocations auxquelles, j’ai été soumis au cours des derniers mois, a-t-il dit, n’écartant pas la possibilité de revenir sur le sujet ultérieurement.

Edité par Al-akhbar

Traduit de l’Arabe par Cridem

L'Article Original






Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 5530

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • 2019_2020 (H) 20/01/2021 13:07 X

    ça c'est du footVoleur,

  • quiproquo (H) 19/01/2021 20:09 X

    Abdel Aziz a volè ou détourner des biens publics, cela importe peu , Il répondra devant Allah dans tous les cas pour tous les gestes posés, il a tué ou spolier des biens des autres , la justice se fera . Aujourd'hui, le gouvernement de Ghazawani doit s'occuper des autres faits importants. Comment sortir ce pays de cette dérive économique et sociale, comment reconcilier les citoyens et régler cette injustice, ces discriminations qui se manifestent encore dans la fonction publique et dans d'autres secteurs. Abdel Aziz n'a rien fait et n'a rien volé, C'est un système qui est impliqué et l'a épaulé. Nous devons tourner les pages de l'histoire et essayer de reconstruire ce pays,

  • fournaise (H) 19/01/2021 19:57 X

    '' Mauritanie : Mohamed ould abdel aziz, l'homme qui défie le pouvoir mauritanien, devant la justice'' .mon prochain livre à sortir dans les jours à venir.

  • Adiekodda (H) 19/01/2021 19:55 X

    Déjà 17500€ de salaire dans un pays où certains citoyens meurent de faim est la grosse injustice. Dans les pays développés aucun président n'a un salaire aussi élevé. En guise d'exemple ; Marcon gagne 15200€ par mois .Il faudra donc commencer par là.

  • hamaodo (H) 19/01/2021 19:49 X

    c'est quoi ça? comportement de petit parvenu ;on caracole au volant d'une cylindrée du m'as tu vu?et ces milliards voles? c'est l'oeuvre de qui?

  • nemahaidara (H) 19/01/2021 19:48 X

    Le régime ferait mieux d’arrêter ce cinéma et commencer à s’attaquer à nos maux ...