21-06-2021 23:15 - A propos des appels à la démission de Ould Ghazouani

A propos des appels à la démission de Ould Ghazouani

Adrar-Info - A l’issue d’un débat, à bâtons rompus, avec quelques amis, voici, très rapidement, ce qu’on a pensé des appels à la démission de Ould Ghazouani : Ghazouani a été élu, qu’on le veuille ou pas. Il a 5 ans pour mettre en œuvre son programme. Or, là, il n’est même pas à mi-mandat.

Il se trouve qu’il fait partie d’un régime, depuis 15 ans, au second plan ou au premier plan et que tous ceux qu’il connaît et sur qui, il compte, sont à 90% issus de ces régimes qui ont ruiné ce pays, depuis 30 ans. Humainement, il lui est difficile de sortir de ce cadre.

Il se trouve que par tempérament, c’est quelqu’un de très calme et donc très lent à réagir. Il se trouve qu’il y a un ras-le-bol généralisé et une colère qui couve contre l’inefficacité de ses gouvernements et, plus spécifiquement, ces dernières temps, contre la situation sécuritaire qui se dégrade dangereusement.

Il se trouve que les attentes des populations sont très fortes et très pressantes et ne peuvent s’accommoder de tant de lenteur.

Il se trouve que la majorité des mesures prises par ses différents gouvernements ne sont pas suffisantes et ne répondent pas aux aspirations des citoyens.

Dans ces conditions, qu’est ce qu’on peut faire ?

En appeler à sa démission ?

En appeler à sa démission est révélateur d’une perte d’espoir des populations devant la lenteur, l’inefficacité et l’inaction du gouvernement. C’est clair que les citoyens déchantent et perdent espoir.

Le mot d’ordre « démission » vient aussi du fait qu’il n’y a pas de vie politique dans notre pays. C’est une situation inédite et surréaliste. Il n’y a pas d’opposition qui joue le jeu. Cette opposition aurait pu mettre en question l’inefficacité du gouvernement, au niveau du parlement, des médias et de l’opinion.

Comme l’opposition a déserté le combat politique et que, tout simplement, elle n’existe plus, son absence ouvre la voie à toutes ces demandes de démission du chef de l’Etat. En réalité, les blogueurs, les citoyens, la rue jouent le rôle de l’opposition. Et, contrairement aux politiques, la rue n’est pas nécessairement mesurée.

On peut considérer que Ould Ghazouani est lent, qu’il ne produit pas de résultats, qu’il n’a pas fait de rupture, ni avec roumouz el vessad ni avec les pratiques corruptives, que son gouvernement est inefficace, sans vision stratégique et sans projet de société, qu’il n’a pas engagé les grandes réformes attendues, que les élites qui l’entourent sont, en partie, incompétentes, novices ou corrompues…mais, de là à tirer des conclusions qu’il a échoué et qu’il doit démissionner, avant la fin de sa deuxième année de mandat, c’est un peu impatient, précipité et ce n’est pas légitime.

On peut toujours appeler à la démission du chef de l’Etat, mais il faut faire attention à ne pas créer des précédents qui voudraient qu’après deux ou trois ans, on se met à changer de régime. C’est complètement déstabilisateur et un éternel recommencement.

Ceux qui considèrent que Ould Ghazouani est un chef d’Etat faible, doivent comprendre qu’en demandant sa démission, ils contribuent à l’affaiblir davantage.

Et pourquoi ces demandes de démission n’ont jamais été formulées pendant le règne de Ould Abd El Aziz, un petit dictateur, qui a saigné à blanc le pays et qui a piétiné ses valeurs et méprisé ses Hommes ? Est-ce qu’en demandant la démission d’un président, perçu, à tort ou à raison, comme faible, ne traduit pas, quelque part, une prédilection culturelle pour le despotisme et un appel au retour de la dictature ?

La démission n’est pas la solution. La solution, c’est une rupture radicale avec les symboles d’el vessad, l’engagement de mesures courageuses et un dialogue avec l’ensemble des forces politiques et sociales, pour échanger les points de vue, proposer des solutions et, peut-être, travailler ensemble. Le temps est compté, Monsieur le Président.

Mohamed El Mounir



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 4130

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • moukhabarat (F) 22/06/2021 13:17 X

    Le président à de bonnes voire très bonnes intentions mais il choisi mal ses premiers ministres. Il a déjà suffisamment de stress comme ça et il faut le laisser finir en paix sont mandat déjà bien rempli avec la rupture avec Azziz et les mandats interminables. A moins d'un retournement imprévisible il ne se représenterait pas pour un second mandat. Notre classe politicienne avide de pouvoir et je pèse les mots, doit se concentrer sur les prochaines élections présidentielles pour barrer la route au militaire lambda qui rêverait de prendre la place de Ghazouani.

  • nabuchodonosor (H) 22/06/2021 08:53 X

    Votre brillant diagnostic est contradictoire avec votre conclusion. Si l'opposition est absente et démissionnaire avec qui le Président doit-il négocier, dialoguer? Si le Président est un symbole du système qui a prévalu les 15 dernières années, comment peut-il s'en débarrasser avec une rupture radicale? En réponse à votre brillant diagnostic, il s'impose de constater que notre classe politique, administrative et sociale a lamentablement échoué dans la gestion de l'Etat. Ce ne sont pas les Présidents le Problème: c'est la société dépravée, aliénée, corrompue, raciste, tribaliste et régionaliste qui empêche toute réforme. Les hommes et femmes les plus brillants, les mieux expérimentés et les plus honnêtes sont broyés par la rumeur des affairistes et des tribalistes qui ne cherchent qu'à assouvir leurs calculs mesquins et égoistes. Faire table rase de la classe politique actuelle des Mille Collines et instaurer un régime totalitaro-démocratique à la Paul Kagamé, c'est la seule solution.

  • mauritanievive (H) 22/06/2021 08:47 X

    Ecoutez! ce pays ne regorge-t-il pas de cadres competents , integres et qui ne demandent qu'à servir la nation, pour aller s'entourer de gens qui depuis 30 ans et meme les independence ne font que saigner le pays et proumouvoir la mediocrite. C'est ici que le peuple est impatient par bonne memoire. Pourtant la toilette est facile, alors pourquoi pas ?c'est la la vraie question!

  • mdmdlemine (H) 21/06/2021 23:54 X

    Tout cela est véridique est sage Ghazouani est un président intégre et décidé à faire quelque chose de bien pour le pays et pour sa stabilité sauf qu'il se trouve entouré de collaborateurs malsains, menteurs, corrompus, traites et il n y a pas de toujours de bague magique pour trouver des pièces de recharge Je partage entièrement l'opinion de Mohamed Mounir pour dire à Ghazaouni le temps court et il faut dialoguer avec les opposants et se concerter pour trouver le bon rémede aux maux du remede afin de lui éviter de retomber dans les lobbys de la dictature