21-07-2021 01:40 - Un ministre de l'agriculture des mensonges ou des récoltes / Yahya Beibe

Un ministre de l'agriculture des mensonges ou des récoltes / Yahya Beibe

Yahya Beibe - Ces dernières années, la Mauritanie a fait de grands pas dans le domaine de l'agriculture sur les médias, bien qu'elles soient restées en bas de la liste des pays d'Afrique de l'Ouest dans le domaine de l'agriculture sur la terre.

La fanfare qui a rempli le monde et préoccuper les gens n'a pas eu des acquis significatifs sur les tables des mauritaniens. La première nomination d'un Ministre et Secrétaire Général de l'Agriculture issu de la filière, sur le plan académique et professionnel, signifie-t-elle que le Président de la République a enfin pris conscience de la situation misérable de la Mauritanie dans ce domaine ?

Au début, je fais référence à deux critères fondamentaux particuliers qui réunissent tous les ministres de l'agriculture et leurs secrétaires généraux, pendant environ deux décennies, au cours desquelles j'ai été affligé de travailler dans ce secteur, comme si ces deux critères étaient les conditions les plus importantes pour la nomination à ces deux postes :

La première de deux critères : Ne pas avoir de formation académique dans le domaine agricole (à l'exception de mr Sy Adama, qui n'est resté au ministère que quelques semaines).

Et la seconde : C'est qu'il n'a aucune expérience dans la production agricole même avec le début du saut soudain réalisé par le gouvernement dans l'intérêt pour la production agricole, en 2007, la spécialisation du ministre de l'agriculture était l'histoire et la géographie, et la spécialisation de son secrétaire général est Statistiques.

Quant au conseiller du Premier ministre, chargé de suivi du secteur agricole, il était un spécialiste du domaine bancaire.

C'est le critère pour les nominations dans le "pays du désordre ".

Je ne trouve pas d'explication à ce brusque renversement des normes gouvernementales, en choisissant deux ingénieurs agronomes aux deux plus hautes postes du ministère de l'Agriculture, sauf avec une prise de conscience tardive du gouvernement de la situation catastrophique de ce secteur, dans lequel les gens luttent pour survivre, sans financement, ni assurance, ni subvention, ni encadrement, même pas de bonnes semences.

Cela est la situation de l'agriculture irriguée sur les rives du fleuve, tandis que dans l'agriculture pluviale, les agriculteurs dépendent encore du travail musculaire humain, et ils utilisent des semences primitives, de structures génétiques inconnues, en l'absence totale de normes scientifiques, comme le labour, la fertilisation, la vulgarisation ou la rotation agricole.

Les principaux barrages du pays, tels que Male, Maghtaa-Lahjar et Galaga, n'ont jusqu'à présent connus l'agriculture irriguée, bien que beaucoup d'entre eux retiennent de grandes quantités d'eau pendant un an.

De plus, les terres sous les barrages sont encore complètement négligées, malgré le fait qu'elles soient facilement irrigué par gravité, sans avoir besoin d'aucune source d'énergie. Le lieu n'ayant pas la capacité d'exposer les obstacles majeurs à la production agricole, il suffit de renvoyer le lecteur à nos deux précédents articles sur Google, que nous avons consacrés à ces problèmes :

1) موريتانيا: الزراعة خارج التاريخ

Mauritanie : L'agriculture hors l'histoire

Il s'agit d'un article documenté publié par des sites Web sur trois épisodes différents.

2) موريتانيا: الزراعة على طريقة الهنود الحمر

Mauritanie : l'agriculture amérindienne ( publié seulement en Arabe ) .

On est en droit de demander ouvertement : le nouveau ministre et son secrétaire général ont-ils la capacité de remédier à l'agriculture après que ses piliers ont basculé ?

Ces deux nominations suffisent-ils à épargner au « Titanic de l'Agriculture » de frapper l'iceberg ? Nous n'avons pas assez d'informations sur le ministre, mais les premières indications, dérivées de quelques petits pas, conduisent à une certaine dose d'optimisme. Nous souhaitons que les jours prouveront que cet optimisme est à sa place. .

Quant au nouveau secrétaire général, c'est un ingénieur chevronné, que nous avons connu dans les séances de négociation entre le ministère et les responsables syndicaux agricoles, depuis plus d'une dizaines d'années, et nous étions souvent en désaccord sur les sujets de discussion.

C'est un négociateur difficile, avec un cœur ouvert, doté d'une grande capacité de persuasion, et il se distingue également par une ouverture à l'autre, un critère rare parmi les hauts responsables du ministère, qui transforment souvent les divergences d'opinion en hostilité personnelle. A cela s'ajoute sa connaissance approfondie des problématiques du secteur, qu'il intègre dans ses différentes fonctions.

Mais quelles que soient les capacités du ministre et de son secrétaire général et leur volonté de réforme, leur réussite est liée à cinq étapes indispensables :

1) Une volontè gouvernementale pour arrêter la fuite annuelle des importations alimentaires, qui est estimée à 167 000 000 000 Ouguiya, selon les chiffres du bureau des statistiques du gouvernement, et pour assurer la souveraineté alimentaire, à l'instar des politiques appliquées dans les pays voisins.

En effet, les chiffres du budget général indiquent que ce que le gouvernement dit jusqu'à présent sur l'autosuffisance alimentaire n'est rien d'autre que des aspirations politiques. Comment parvenir à une renaissance sérieuse dans les deux secteurs de l'agriculture et l'èlèvage avec environ 3% du budget général de l'Etat ?!

(Le Mali, qui connaît une guerre civile, a consacré 15 % de son budget général pour l'année 2021 à l'agriculture, alors qu'il allouait 10 % à l'agriculture dans le budget 2020).

2) Choisir un staff technique qui allie l'efficacité, sincérité et ambition loin du clientélisme dans les nominations .

3) Adopter le principe de responsabilité dans les relations avec les fonctionnaires du ministère, un principe qui a été absent jusqu'à présent

4) Démanteler le système de production mensongère au sein du ministère, et se débarrasser de ses ingénieurs, tout en adoptant la transparence dans les relations avec le gouvernement, les partenaires de terrain et l'opinion publique.

5) Ouverture à l'autre avis, et bénéficier des expériences et avis des cadres du secteur agricole a moins que ces points ne soient atteints, la culture du mensonge restera le domaine le plus vaste pour le ministre et son secrétaire général.

Mais nous leur disons, citant la sagesse écrite à l'entrée du palais de l'émir du Koweït (Palais Dasman) :

Si l'agriculture du mensonge continuait pour les autres, le ministère ne vous serait pas parvenu. Et comme le dit la sagesse arabe : "Le sage est celui qui exploite les expériences des autres".

Yahya Beibe

Président de l'association de la promotion et la diversification de l'agriculture

beibeyahya@gmail.com



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Yahya Beibe
Commentaires : 3
Lus : 2118

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • hamaodo (H) 22/07/2021 12:17 X

    oui biladi ;on ne le dirait pas assez;cette juiverie nationale n'a pas de limites;ces gens qui fustigent les juifs et le yehoudds comme ils disent doivent la fermer.

  • Ya-Biladi (H) 21/07/2021 10:27 X

    Monsieur Yahya, vous articles est très riche en vérité et sérieux en prévisions qui risque de nous conduire plus tard a la mort de l’agriculture, vous avez tout dit dans votre deuxième avis sur 5 points qui nous gouverne et met ce pays a genou, que l’on ne se trompe pas de cible, dans ce pays de mon parent et ma tribu, mon cousin et mon frère dans les nominations sans tenir compte de la compétence ni du mérite, il y’a point d’espoir de venir a bout du développement de l’agriculture dans ce pays riche en tout. Dieu en nous donnant toutes les richesses a justement oublier que le mauritanien est faux par essence et par naissance, rien de sérieux dans tout ce qui se passe et surtout dans les nominations, rien de sérieux dans les attributions de fonction, tout ceux qui sont là et jouent le rôle de techniciens, ne sont rien que du trop-plein de la couleur, de la tribu, de la parenté, du pari politique rarement, mais aussi de dire ne laissons pas les autres trouvés quelques choses même professionnellement, occupons tout et ne faisons rien pour changer la situation, si cela amerde, on sort de la ville et on se retrouve en brousse le temps que cela se passe et on revient et on continue, il faut tenir ce peuple nombreux dans la pauvreté et le besoin, la soumission fera son chemin.

  • Ya-Biladi (H) 21/07/2021 10:26 X

    Cent Soixante Sept Milliards d’ouguiya (167 000 000 000 UM ) d’importation avec seulement 3% du budget de l’Etat, ce qui veut dire que nos importateur ont de beau jours devant eux et l’économie du pays va en souffrir encore pendant des années. Que Dieu nous vient en aide pour sauver ce pays des mains, des prédateurs et des commerçants vereux qui n’ont aucune pitié sur les populations.